Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 04:20

Les 10, 11, 12 octobre notre Pays Vallées d'Azur Mercantour, en collaboration avec

 le Pays A3V (Asses Verdon Vaïre Var) et Pays dignois ont organisé de très

 nombreuses manifestations sur l’ensemble de la ligne.


AG-VILL-Art-007.JPG

 Ici, une animation à Puget-Théniers, avec la pièce de Théâtre musicale : « Daïda la  Vida »où la fille du poète Alan Pelhon, Aurélie, démontre avec ses partenaires,      comédiens, musiciens, chanteurs ses qualités de   comédienne…

  FMdF-3626.jpg

 

 

 

E. Malausséna et L. Pettenaro, élus villarois ont grandement apprécié la pièce et ont ainsi soutenu le « Festirail » destiné à promouvoir le Chemin de Fer de Provence.


  Auberge des Pignes, gare de Villars-sur-Var.

  PHOTOS Festirail 001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Là, une équipe de courageux marcheurs, par un temps plus que médiocre, part de la gare de Villars, monte par le sentier au village et par monts et autres sentiers rejoint  Touët-sur-Var.

 Les élus villarois : E. Malausséna, F. Meyer, L. Pettenaro, ont à tenu à encourager les      intrépides marcheurs.

 Ils remercient Maud Orne-Gliemann et Julien Hautemaniere chargés de missions    qui   ont mené de bout en bout cette belle opération.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 02:55

1ère partie : Orientations, concertations, tarifications, mise en régie et proximité.

Des orientations vigoureuses.

Cliquez pour accéder aux infos sur le parcours Nice - Digne les Bains

Depuis que la Région PACA s’est engagée à soutenir et développer le chemin de fer de Provence, en :

° rénovant la voie,

° procédant à la réfection de gares,

° mettant en service de nouvelles machines très performantes,

° révisant de fond en comble les machines existantes,

° améliorant les passages à niveau et la signalétique,

° sécurisant progressivement le parcours,

° réparant plus rapidement les divers lieux éboulés,

…………….

on peut considérer que la ligne est définitivement sauvée.

Des concertations démocratiques qui nécessitent une meilleure remontée des territoires.

La Région Paca a mis en place des Comités de lignes qui permettent la rencontre entre les élus, les divers professionnels des différents modes de transports, les associations et chambres consulaires, les populations.

Sans surestimer le poids des populations dans ce dispositif, on peut considérer qu’un grand pas a été franchi, car les remontées vers les élus et les techniciens régionaux ont permis de corriger bien des orientations et par exemple de rechercher des horaires plus adaptés.

Cependant, ce mode actuel de Comité de Ligne, semble ne pas engendrer de nouvelles dynamiques et il serait utile de voir comment, avec les techniques en ligne et le net, il serait possible d'aller plus loin.

Des tarifications qui font débat.

La Région a décidé d’appliquer la même démarche tarifaire concernant le Chemin de Fer de Provence que pour les TER, en s’adaptant au contexte de celle ligne, partagée entre une côte qui s’urbanise à outrance, et une zone qui part de la Mescla dans les Alpes-Maritimes, pour aller à Digne et vice-versa (voir sur le site de la Région les tarifications).

Malgré ces efforts considérables, la concurrence du bus à 1€ a reporté sur la route une partie des usagers qui prenaient la voie ferroviaire.

Une « nationalisation » régionale ?

Depuis bientôt 15 ans de gestion majoritaire sous la PrésidencGPBLOGA.jpge de Michel Vauzelle, les élus (G. Piel et son groupe) et moi-même, avons toujours considéré que déléguer la gestion de la ligne à une entreprise privée, n’était pas la bonne solution.

Le syndicat CGT des CP s’est toujours opposé à la délégation de service public.

Le pas vient d’être franchiLe blog de jeanyvespetit

C’est la Région PACA qui va gérer en direct la ligne sous la forme d’une « régie », et l’on peut féliciter le Vice-président délégué aux transports et à l’écomobilité J-Y Petit qui gère ces évolutions avec talent.

Eviter la bureaucratisation et l’éloignement.

Gérer une voie de transport ferroviaire est un métier qui demande de multiples compétences et surtout, une « réactivité » de tous les instants.

A ce jour, n’étant pas dans le sérail, il m’est difficile d’en évaluer l’émergence.

Le pire qui pourrait arriver, serait de renforcer les démarches administratives bien lourdes et bien distantes qui sont la caractéristique de toute les grandes institutions.

Prochain article :

Comment éco-développer les différents territoires à partir de la voie des chemins de fer de Provence.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 05:06

Jean-Yves Petit

Vice-président délégué aux Transports et à l'Ecomobilité

du Conseil Régional PACA

 Cliquez pour accéder aux infos sur le parcours Nice - Digne les Bains 

 

Sera présent à Villars-sur-Var

le 31 mai 2012

à la réunion publique 

de 17 h 30 à 19h

Salle du Poilu


Développement des chemins de Fer de Provence

 Développement économique de la ligne Nice-Digne

 

 

 
 


 

 



 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 03:25

POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE

A) Dans les Alpes de Haute Provence

a) Réouverture du tronçon ferroviaire Digne St Auban ….sans rupture de charge à Digne et avec une interopérabilité

des réseaux. Fermée depuis 1989, cette desserte est pourtant un axe majeur de circulation entre la préfecture

et le carrefour industriel de la Moyenne Durance. Les études ont été menées, les budgets calculés, il faut maintenant passer aux actes.

b) Mailler le réseau... avec un développement de Liaisons Aix/Digne et Gap/ Digne et envisager de Aix TGV/Digne après avoir relié la gare à la ligne Rognac/Aix.

c) Créer une Gare Multimodale à Digne... elle permettrait de regrouper sur un seul site la SNCF, les CFP, la gare routière

des transports urbains dignois (T.U.D), les Taxis, Les loueurs de voitures.

d) Rabattre les services de car sur la ligne des Chemins de fer de Provence…

Mise en place d’un service quotidien Annot-Digne le matin et retour le soir (à des horaires adaptés aux salariés et étudiants).

B) Dans les Alpes Maritimes.

a) La ligne des chemins de fer de Provence doit être intégrée et électrifiée dans le schéma directeur de transport en Commun en site Propre (TCSP), en complémentarité avec le tramway de Nice (retour de la voie à l’ancienne gare du Sud pour un quai à quai avec la ligne 1 du Tramway).

b) Maintien de la ligne en rive gauche (réaffirmé lors du colloque du mois de mars 2009 par le représentant de l’État pour l’Opération d’Intérêt National).

Nous proposons le maintien de la voie en rive gauche de la nouvelle gare multimodale prévue à Nice St. Augustin jusqu’à la Vésubie.

c) Le Passage de la ligne en rive droite du Var de St Laurent du Var jusqu’à la Zone de Carros/ Le Broc. Pour permettre une desserte de la zone industrielle de St Laurent du Var ainsi qu’une desserte de la Zone industrielle de Carros (voyageur et fret)

d) La liaison avec le futur pole d’échange multimodal de St. Augustin.

C) Sur l’ensemble de la ligne :

a) La poursuite, l’amplification et la régénération quasi totale de la voie ferrée. Certains rails sont d’origine (plus de 100 ans !), les techniques et les matériaux ont le même âge.

Conséquence, le trajet Nice Digne se faisait en 2h45 dans les années 70, il nous faut maintenant 3h30 au mieux pour le même parcours.

b) Remise aux normes du parc du matériel roulant. Les autorails actuels datent du début des années 70. En attendant leur remplacement, les révisions générales qui auraient du commencer fin 2009 début 2010 doivent impérativement permettre d’en faire des autorails fiables et confortables (Isolation phonique et thermique des caisses, chauffage et climatisation)

c) Remplacement des moteurs, par du matériel moins polluant, plus économique et plus silencieux.

d) Achat d’autorails.

 

Dans les débats actuels, le passage en rive droite semble 

faire un consensus sur son principe.

Nous proposons qu’il se concrétise par un pont au nord,

au bout de la zone industrielle du broc, mais aussi par

un pont au sud à définir. 

Cela permettrait d’optimiser la desserte des deux rives, une boucle de toute la plaine du Var ainsi qu’une connexion pour tous les usagers de la ligne y compris ceux du moyen et haut pays aux autres modes de transport locaux, régionaux et nationaux (aéroport, SNCF, TCSP).

Partager cet article
Repost0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 16:21

Cent vingt millions d'euro pour les Chemins de Fer de la Provence.
 
Depuis maintenant cinq ans, Gérard Piel Conseiller Régional Vice-président délégué aux transports et Edgar Malausséna Conseiller Régional Président du Comité de ligne des CP, réunissent, dans diverses communes qui longent la ligne des CP, des usagers, des syndicalistes, des élus, des associatifs...
Le but est développer les chemins de fer de la Provence et d'en faire un véritable service public capable concurrencer la route et de changer les habitudes de déplacements.
C'est à Barème dans les Alpes de Hautes Provence que les participants médusés ont appris que 120 millions d'euro allaient être investis dans la ligne.
Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 09:49


Gare de Villars-sur-Var

Le Service des Chemin de fer de  Provence s’est doté d’un nouveau chef de service, Monsieur Christophe VIDONNE en remplacement de Madame Peyron.

L’Etat ne participe pas au projet.
Le contrat de projets 2008-2013 annonce 55 millions EUR, notre institution Régionale y participe avec 20 millions EUR, l’Europe " Feder" avec 10 millions EUR, le département 06 avec 15 millions EUR, le département 04 avec 7 millions EUR, et la CUNCA avec 3 millions EUR. Cette enveloppe globale du projet consacre 30 millions EUR pour le bas de la ligne et 25 millions Eur pour le haut de la ligne.

Concernant la partie basse Km 0 à 25 (30 millions EUR)
Les travaux prévoient de renouveler la totalité de la voie (ballast, rails, traverses, ouvrages d’art et mise en sécurité des passages à niveau) tout en prévoyant l’électrification future. Les études se feront de juillet à novembre 2009 et les travaux finiront en février 2011. Il faudra prévoir la fermeture de la ligne pour travaux.

Concernant la partie haute km 25 à 150 (25 millions EUR)
Comme vous le savez, un changement complet du rail est à prévoir et une consolidation des traverses et ceci avant la mise en service des autorails neufs. Ce renouvellement de rails et la reprise du travelage (densité des traverses) concerneront les sections actuellement affectées par des ralentissements (12 Km) et en tunnel (7 Km). Et d’ici la fin de l’année 2009 nous réaliserons la consolidation provisoire de la voie en augmentant la portance du travelage sur l’ensemble des sections du rail léger (49 Km).

Entre 2010 et 2012 seront réalisés :
         - la réhabilitation des ouvrages d’arts dont le diagnostic est presque fini avec un coût de 10,4 millions EUR ;
         - La sécurité des passages à niveau pour 1 million EUR ;

         - Les protections hydrauliques pour 0,6 million EUR
 Avant la fin 2009
seront terminés les travaux de confortement de terrain. Le montant est de 2,2 millions EUR.

Par ailleurs, la Région travaille à l’augmentation de la fréquence  des trains pour parvenir  au ¼ d’heure en période de pointe sur les premiers 25 Km. Cette disposition va entrainer la création de voies d’évitements.
La construction d’un nouvel atelier à St Isidore s'élèvera à 16,6 millions EUR répartis entre les partenaires que sont le Département des A-M  et la Communauté urbaine de Nice. Les travaux sont prévus pour 2012.

Besoin de financement complémentaire,
il est évident que, pour l’ensemble de ces aménagements, les 55 millions EUR ne seront pas suffisants et qu’il faudrait des financements conventionnels et de nouveaux financements européens afin de moderniser totalement les CP.

Concernant le matériel roulant :
La rame Corse nouvellement acquise  permettra de "détendre" les services. Elle  sera opérationnelle cet été. La Région finance cette reconstruction pour 0,4 millions EUR. La révision des six rames actuelles se déroulera de mai 2009 à mai 2011.Le coût de l'opération s'élèvera  à 3 millions EUR, entièrement réglé par la Région. Les rames neuves fabriquées par la société CFD rentreront dans le parc CP à la fin de l’année 2009. C'est en 2010 que se dérouleront les essais et la mise en fonction. Afin de  plus être confronté à ce type de dysfonctionnement les services de la Région ont commandé une étude pour évaluer le nombre de rames supplémentaires nécessaires à un bon fonctionnement de l'ensemble de la ligne. Chaque rame coûte aux alentours de 10 millions EUR environ.

Les CP : une volonté politique régionale.Gérard Piel Vice-président délégué aux transports, et Edgar Malausséna Président du Comité de ligne des Chemin de Fer de Provence ont pris les problèmes des CP à bras le corps.
Ils ont su écouter, consulter les usagers, les syndicats, les élus pour trouver les solutions adaptées aux besoins de notre époque. Soutenus par les services compétents basés en grande partie à Nice, la Région compte revitaliser ce service public.
c'est ainsi qu'ils ont participé à un comité de ligne le 3 mars à Barème et le 15 mars à Villars-Sur-Var dont le premier magistrat est Edgar Malausséna.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 10:56

 

 La Région octroie UN tarif solidaire  aux travailleurs de la zone Industrielle Carros-Le Broc-Gattières et Bouyon. 

 

La Région Provence Alpes Côte d’Azur gestionnaire du Réseau des Chemin de Fer de Provence  a confié l’exploitation par délégation de service public à la  Compagnie Ferroviaire Sud France.

Afin de faciliter l’usage de cette ligne par les travailleurs de la zone Industrielle Carros-Le Broc- Gattières et Bouyon, et à la demande de la région, la Compagnie Ferroviaire Sud France a passé convention avec le Syndicat Intercommunal des Transport  Collectifs B.V.M.

 

Il s’agit de mettre en place un Titre  de transport  combiné, dénommé COMBIPRO qui est un abonnement annuel valable sur les CP entre Nice et Colomars et sur le réseau B.V.M ligne 1, 2 et 3 en attendant la mise en place des gammes Tarifaires sur la totalité de la ligne régionale des Chemin de fer de Provence.

 

Cette démarche est un pas de plus qui permet aux salariés de se déplacer dans des conditions décentes à moindre frais.

Edgar Malausséna, membre de la commission transport à la Région et Président du Comité de Ligne des CP est partie prenante de cette décision.

 
Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:38

Transports ferroviaires en Région PACA

Le 5 juin à Nice. Gérard Piel, Vice-Président PACA délégué aux transports, tenait une conférence de presse. Y assistaient des responsables associatifs et Edgar Malausséna, membre de la commission.

Les progrès en matière de ferroviaire sont indéniables, mais le torchon brûle de plus en plus entre la SNCF qui applique les plans de restriction sur l’emploi voulu par le gouvernement et la Région PACA. Les associations ont félicité la Région pour les avancées sur le tracé Nice-Breil, le train des merveilles, les cadencements plus rapides sur les TER, les accès pour handicapés et les projets de développement du Chemin de Fer de Provence.

 

Comité de Ligne des CP à Villars-sur-Var.

Dans sa commune, Edgar Malausséna Président du Comité de Ligne des chemins de Fer de la Provence a accueilli une foule nombreuse venue se renseigner sur les évolutions des CP. Gérard Piel Vice-président délégué aux transports était présent et a répondu aux questions de la salle.

On attend avec impatience les nouvelles rames pour la fin d’année, ainsi que les travaux du Contrat de projets pour un montant de 55 millions d’euro.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 16:10

Gérard Piel répond-il à Christian Estrosi ?


"Monsieur le Maire,

Depuis quelques jours, vous menez une campagne médiatique pour un éventuel transfert à la CANCA ou à la Ville de Nice de la partie basse de la ligne des Chemins de fer de la Provence gérés depuis seize mois par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Désintérêt pour les CP

Il est dommage que le Conseil général des Alpes-Maritimes et ses présidents successifs se soient désintéressés de cet équipement pendant trente ans alors que c’était un de ses représentants qui présidait le syndicat (SYMA) qui gérait cette ligne.

La nouvelle majorité au SYMA a pris ses responsabilités

Le 26 mai 2004, grâce à une nouvelle majorité, j’ai été élu Président du SYMA. Je n’ai trouvé que des dettes (plus d’un million d’euros), un plan de modernisation bloqué et sans moyens financiers, du matériel roulant obsolète, une procédure de délégation de service public en cours sans aucun volet social J’ai aussi été surpris de constater que le Conseil Général des Alpes-Maritimes se substituait à la Ville de Nice en payant, à sa place, sa part de fonctionnement

L’Etat : pas un € dans la rénovation des CP

Il a fallu effacer la dette, parer au plus pressé pour les travaux urgents, commander des rames neuves que le Conseil Régional finance seul, initier un contrat de projet où, malgré votre présence au Secrétariat d’État à l’Aménagement du Territoire, l’Etat n’a pas mis 1 € des 55 millions d’euros de ce contrat.

Débats politiciens

Cette ligne n’a pas besoin de débats politiciens mais bien de concertations comme l’a toujours fait le Conseil Régional. Avec son Président, Michel Vauzelle, nous sommes disposés à travailler en commun, O.I.N., L.G.V., de grands projets sont devant nous et les Chemins de Fer de Provence, sous la gestion du Conseil Régional, joueront tous leurs rôles, desserte de la rive droite, de la gare de St Augustin, bas de la ligne électrifiée… Oui, la Région va permettre aux habitants de notre département et singulièrement celles et ceux de Nice de disposer d’un moyen de transport collectif moderne, propre, sécurisé.

Bien évidemment, je suis disponible pour travailler avec toutes celles et tous ceux qui veulent développer les transports collectifs dans ce département qui subit des décennies de retard et d’immobilisme. Alors, au travail !

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, en l’assurance de mes sentiments respectueux.

Nice, le 13 mai 2008. Gérard PIEL" Vice Président PACA délégué aux transports.

Les intertitres sont de la rédaction d’Altermondialisme et Ecologie.

Notre Point de vue

Nous sommes très étonnés que G. Piel ne réponde rien à M. Christian Estrosi lorsque celui-ci annonce la substitution du tram au CP dans la partie basse de la ligne. Si cela devait se produire ce serait la mort de la ligne car la partie Haut Pays n’est absolument pas rentable à elle seule


 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 00:00

Et si nous parlions des Verts et du Chemin de Fer de Provence ?

 

Nécessité d’une vue globale sur le Problème des C P.

Depuis des mois et des années, les élus verts niçois au Conseil Municipal se battent sur l’aménagement de la gare des Chemins de Fer de Provence à Nice, dans le cadre du projet de l’équipe de J. Peyrat. Cette lutte des élus Verts niçois est juste, mais afin de n’être pas réductrice, et afin qu’elle fasse preuve autant d’efficacité que d’opérationnalité, il faudrait qu’elle intègre les particularités de cette ligne, et qu’elle s’insère dans une réflexion globale.

 

Les particularités de cette ligne.

Son statut bicéphale partagé entre :

Le gestionnaire :

Le Syndicat Alpes-Méditerranée (SYMA) qui regroupe :

Les villes de Nice et de Digne.

Les Départements des Alpes-Maritimes et des Alpes de Haute Provence.

La Région Provence Alpes Côte d’Azur.

La Région PACA a voté l’intégration de cette ligne dans le réseau Régional, ce se nomme : LA REGIONALISATION. C’est l’Etat qui décide in fine.

L’exploitant.

Cet exploitant se trouve placé en situation de Délégation de Service Public.

Il encaisse les recettes d’exploitation et gère les dépenses liées à l’exploitation.

 

Caractéristiques techniques.

Sa voie métrique (largeur d’un mètre entre les deux rails).

Son matériel roulant vétuste et toujours acquis d’occasion.

Ses ouvrages d’art, ponts, tunnels, gares…

 

Caractéristiques géographiques.

Son tracé géographique sur deux départements (06 et 04).

Sa possible, connexion avec Saint-Auban/Grenoble à partir de Digne. Ligne abandonnée à ce jour. Etude financée par la Région pour sa réouverture.

Le projet de passage en rive droite du Var pour irriguer les zones industrielles de Carros et le Broc (Directive Territoriale d’Aménagement des A-M).

Le projet de relier les CP au futur pôle multimodal de Saint-Augustin à Nice.

 

Les deux segments de la ligne, et les différents flux de voyageurs (400 000 voyageurs/an).

La partie urbaine et péri urbaine : de Nice à Baou Rous dans les A-M.

Essentiellement des salariés vivant dans le péri urbain et travaillant sur la côte.

La partie rurale de Baou Roux à Digne (O6 et 04).

Salariés et scolaires

Les flux bipolaires sur la portion rurale :

Un flux voyageurs de Puget-Théniers ou d’Annot vers Digne.

Un flux voyageurs de Puget-Théniers ou d’Annot vers Nice.

 

Les rapports de forces actuels.

Tradition syndicale forte. A plusieurs reprises, les salariés ont sauvés la ligne, leur emploi, et le Service Public.

La gauche, depuis sa victoire aux régionales, est devenue majoritaire au SYMA.

Gérard Piel est Président du Comité Syndical du SYMA.

Je suis Président du Comité de Ligne, créé après la victoire de la gauche aux Régionales, et, suppléant de Marc Daunis au Comité Syndical du SYMA.

L’Etat souhaite que les Régions prennent en charge le maximum de lignes, y compris celles qu’il demande à la SNCF d’abandonner. Il s’agit d’un véritable transfert de charges.

L’Etat, au temps du Ministre Gayssot, s’était engagé à financer un plan de modernisation de 57 millions de francs.

L’année 2005 a vu l’Etat UMP refuser de payer sa quote part.

 

 

Compte-rendu d’Edgar Malausséna du Comité de Ligne

à la Gare des Chemins de Fer de la Provence, à Nice le 21 09 05.

 

Comme à chaque Comité de ligne, en tant que Président de ce Comité, j’introduis le débat par un récapitulatif des actions passées et en cours.

 

 

Voici donc le compte-rendu de mon introduction.

 

Mesdames, Messieurs,

Les précédents Comités de Ligne avaient porté sur un certain nombre de point :

 

1° La délégation de service public, qui a partir d’un cahier des charges précis et validé avait été octroyé à la CFTA.

Ce cahier des charges se veut, en particulier « social ».

 

2° Les travaux en cours, tant sur la voie elle-même, que sur les gares et les passages à niveaux.

 

3° Au mois de juin, en Comité de Ligne, nous avions défini des objectifs.

Elaborer des horaires qui doivent servir prioritairement ceux qui travaillent, et souhaitent prendre les CP. Nous considérons que cette tâche de service public est prioritaire, mais cela ne veut pas dire que nous négligeons la partie tourisme.

Ramener le maximum de personnes sur les rails.

Diminuer la pollution en contribuant à une baisse de la production d’Ozone.

Combattre, à notre échelle, l’effet de serre.

 

4° Nous avions fait, dans les Comités de Lignes précédents, le point sur l’état d’avancement de la REGIONALISATION (1). Gérard Piel avait précisé qu’il était très optimiste et que les choses allaient bon train.

 

5° Nous avions annoncé que le SYMA diligentait une étude pour :

Le passage en rive droite du Var.

La desserte des zones industrielles de Carros et du Broc.

 

6° M. Piel avait annoncé le désengagement financier de l’Etat sur les gares multimodales.

 

7° Nous avions annoncé que, pour la première fois depuis 50 ans, nous avons passé commande de deux rames nouvelles. Celles-ci pourraient être disponibles dans deux ans.

 

8° Depuis ce mois de juin, nous  avons consulté les associations qui s’occupent des transports ferroviaires, et avons élaborés des horaires, avec des trains qui essaient de s’adapter au maximum aux horaires des salariés.

Un document va être distribué afin que chacun puisse donner son avis.

 

La parole est au Président Piel.

 

(1) REGIONALISATION : Les Régions sont les autorités organisatrices des transports ferroviaires passagers. Elles travaillent en relation avec Réseau Ferré de France et la SNCF qui exploite le réseau. Elles financent l’achat de rames, les remise en état des gares, des quais,  la signalétique… Les Régions interviennent financièrement pour créer des emplois spécifiques comme la sécurité, elles définissent des politiques tarifaires sociales et les financent. Toutes ces dispositions s’appliqueront aux Chemins de Fer de Provence, lorsque la régionalisation sera entrée en vigueur.

Partager cet article
Repost0