Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 18:41

Enfin entendus ?

Ceux qui crient depuis des années dans le désert pour dénoncer la honte que représente l'industrie pharmaceutique mondialisée, voient enfin leurs idées toucher le grand public.

Mais ces mêmes personnes, ces mêmes associations, ces mêmes partis politiques sont quasi unanimes, ils sont  "POUR LES VACCINS". 

Ce qu'il faut dénoncer c'est la transformation permanente des acquis de la science en "marchandise" et en "profit".

 

C'est peut-être difficile à faire entendre;

Mais le mot d'ordre qui devrait devenir universel , est :

"A bas les multinationales du médicaments et vive les vaccins qui ont sauvé et sauvent des millions et des millions de personnes dans le monde !".

Lutter contre les monstres économiques capitalistes du médicament est une nécessité pour que la science reste au service du progrès et donc...de tous.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 15:45

Vivrions un nouvel obscurantisme modernisé par les réseaux sociaux ?

Perso, je n'ai jamais confondu le système capitaliste qui transforme tout en fric et en marchandises,

et

Les progrès de la science avec ses tâtonnements, ses avancées et ses reculs.

Et il me semble que c’est bien ce que «mélangent » ceux qui s’opposent aux vaccins en toutes circonstances. Cela me semble être de l’inconscience très dangereuse.

Pourquoi ?

Parce que, sans les vaccins nous serions par millions en train de mourir :

  • de la rage,
  • de la tuberculose,
  • de la poliomyélite,
  • de la rougeole,
  • de la grippe...

Le vrai problème est que nos dirigeants (qui ont été élus) ont laissé ces secteurs de « biens communs », aux entreprises privées, aux multinationales, alors que la recherche elle est publique.

1° Donc nous payons deux fois.

2° Ainsi, les opposants systématiques aux vaccins peuvent s’appuyer sur les tares de l’industrie pharmaceutique, pour rendre suspects tous les vaccins, en toutes circonstances.

Je pense que dénoncer les abus permanents de l’industrie pharmaceutique n'est pas une raison pour nier les progrès et l'efficacité des soins dus aux recherches scientifiques publiques .

Un exemple ?

La moyenne de vie des ouvriers en fin de 1800 début 1900 était de 29 ans et maintenant elle dépasse les 65 ans. Outre les avancées sociales dues aux longues luttes ouvrières, on ne peut pas nier que les progrès en matière de préventions, de soins, y sont pour quelque chose.

  • Alors ? Que dit-on de cela dans un certains nombre de réseaux « socios » ?
  • Que disent de cela ceux qui confondent la science avec les actionnaires des sociétés multinationales ?

Une exigence de démocratie et de transparence !

 « Actionnaires de tous les pays unissez-vous mais ne dormez pas tranquilles sur vos deux oreilles, », la déferlante de type « nouveaux témoins de Jehova » hostile aux vaccins, finira bien par se briser sur notre exigence de transparence et de vérité démocratique..

La science sans la démocratie et la transparence est en danger, mais nous la sauverons !.

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 10:25

Je me souviens des promesses mirifiques de l’époque.

Il fallait « privatiser » et supprimer « les monopoles publics ».

 

Pourquoi ?

On nous expliquait que la concurrence aller faire jouer à la baisse les prix des nouvelles entreprises privatisées.

 

Bref ! Tout le monde allait y gagner.

Les consommateurs et...les actionnaires.

Le paradis, l’idylle, l’alliance harmonieuse entre le capital et le travail.

 

RÉSULTAT ?

EN 10 ANS LES CONSOMMATEURS : PAIENT 50 % PLUS CHER LEUR ELECTRICITÉ.

 

Comme quoi, le libéralisme économique de la concurrence « libre et non faussée », fabrique toujours des perdants...les consommateurs...comme par hasard.

 

Mais où est le temps où l’on nous promettait des économies avec les compteurs "Linky"... ?

 

Allez-va dans quelque temps le tarif du gaz ne sera plus « réglementé », pour ouvrir un peu plus nos portefeuilles en direction des coffres de toujours ...les mêmes.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 08:35

Depuis plusieurs jours, on nous répète que le Covid 19 est trois fois plus meurtrier que le virus de la grippe saisonnière.

En chiffre absolu c’est tout à fait vrai.

Mais...il y a toujours un mais.

 

La COVID 19 : pas de vaccin.

En effet, concernant le Covid 19, pas de véritable traitement pour guérir à coup sûr et pas de vaccins encore.

Dans ces conditions, 2 427 319 ont eu la covid19 Le nombre de décès est de 59 619, soit 2.45%. des malades

 

La grippe saisonnière : des vaccins.

Depuis des années et des années, les français que l’on considère comme fragiles sont vaccinés en grand nombre et d’autres se font vacciner spontanément.

Donc le nombre de décès est nécessairement plus faible.

Imaginons qu’il n’y ait pas eu de vaccins antigrippal, à combien de décès en serions nous chaque année ?

Imaginons que tous les français soient vaccinés contre la grippe, le rapport avec le COVID 19, serait encore plus grand.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 09:46

Compte-rendu de réunion :  « Danger d’effondrement du plateau du village.

Questions de l’ancienne municipalité :

Quelle est l’appréciation de la nouvelle municipalité sur ce danger ?

Que compte-t-elle s faire ?

Réponses : « ...Les élus ont fait des  tours très précis du village. Grande inquiétude sur le court terme...Les techniciens et ingénieurs déplacés pensent que la situation est délicate...

Il faut attendre les analyses des géotechniciens. La date butoir est le 10/1/2021.

Un gros problème la gestion des eaux pluviales qui imbibent les terrains...

On pensait que 1994 était une inondation millénaire et en fait les accidents climatiques sont de plus en plus rapprochés.

Le village est touché depuis l’Airette jusqu’à la Fontaine de Lunel.

Nécessité de bassins de rétention pour canaliser les eaux de pluies.

Les sommes sont considérables et pourraient dépasser le « milliard ».

Nota : Il s’agit probablement d’une erreur de langage car les dépenses de reconstructions de la Roya, la Vésubie, la Tinée, sont évaluées à 1.5 milliard.

 

Position de l’ancienne municipalité concernant l’érosion du plateau du village.

Il s’agit d’une affaire ancienne et de long terme.

Effritement continu. Accélération d’un processus d’effondrement du :

  • Aux phénomènes naturels d’érosion.
  • Au changement climatique : trop fortes pluviosités.

 

Cela avait été constaté lors d’un effondrement au quartier Randa Maria en 2018 Le Maire Malausséna en avait fait rapport à la MAIF, après visite le long du canal de St Claude.

Le Maire avait d’ailleurs préconisé l’installation de « gabions naturels », là où c’était possible.

Concernant l’intérieur du village.

En des points stratégiques, les municipalités Malausséna avaient fait installer par les agents communaux des grilles de récupération des eaux, et là où c’était possible, nettoyer les canaux...

 

Saisir l’opportunité.

En cette période malheureuse, il ne faut pas rater l’occasion de bénéficier des crédits liés à la déclaration de « catastrophe naturelle... » :

  • soit par les assurances,
  • soit par les services existants,
  • ainsi que les crédits et subventions normalement dédiés.

Le service (en partie privatisé) Restauration des Terrains en Montagnes (RTM) peut intervenir comme cela a été fait aux quartiers Rinouvier (chutes de pierres et digues...) pour gérer les programmes «  chutes des pierres » et pour remettre en état l’accès à ce quartier avec une « digue ensemencée ».

Les élus doivent définir ce qu’ils souhaitent et le faire connaître aux divers services.

Ces services doivent écouter les élus de terrains et ceux qui connaissent bien le territoire.

 

Nos propositions

I° concernant prioritairement les quartiers Randa Maria et alentours.

Ce sont les lieux où les dégâts sont les plus importants et où le danger d’effondrement du plateau est le plus probable.

A° Avenue Bischoffsheim côté droit en descendant vers l’aval.

Le captage des eaux n’est plus suffisant.

Installer des grilles transversales de gauche à droite.

Suppression du busage du canal.

Grilles tout du long sur le canal.

Tenir au propre le vallon qui suit la propriété de la famille Teisseire pour finir à la gare.

 

B° Avenue Bischoffsheim côté gauche. Les terrains au-delà des habitations s’effondrent progressivement par périodes de grandes pluies.

La carte communale protectrice.

C’est d’ailleurs pourquoi, la carte communale élaborée par la Municipalité Malausséna et la DDE, avait rendu une grande partie de ces terrains inconstructibles. Heureusement..

 

C° Drainage des eaux pluviales par canaux.

  1. Rappel : Les gouttières de par la loi, ne doivent pas déverser leurs eaux dans les égouts, mais dans les canaux d’arrosage ou à l’extérieur. Mais cela peut entraîner un cumul des eaux pluviales sur les terrains adjacents. C’est pourquoi une des solutions est de construire de futurs canaux :
  • Des colonnes Grimaldi au quartier Ciampon.
  • Des colonnes Grimaldi au début du canal de Saint Claude.
  1. Revoir entièrement le canal de St Claude. Il s’agit de canaliser correctement les eaux pluviales. Suppression de la buse dans la traversée Savel, poser une grille, orienter par bourrelet les eaux vers le canal.

 

D° Terrains, saturation et glissements.

  1.  Les terrains au delà des habitations (côté Randa Maria) ont été imbibés par les pluies et surtout celles de la tempête Alex. Ils sont devenus des « éponges » qui finissent par glisser ou s’effondrer (cf Marillé, Teisseire...). Cela s’est aussi produit à l’Airette et au Ciampon.
  2. Là où le sol n’est pas à nu. Possible d’installer des gabions naturels (arbres couchés et terre avec revitalisation naturelle).
  3.  Là où le sol est à nu, cette technique n’est pas possible. Dans ce cas, possibilité de prévoir des « avaloirs » qui amènent les eaux de manière dirigée vers le bas.

 

II° Quartier Airette et route de Massoins. Revoir préventivement le canal du moulin. Notons qu’il est indispensable de reprendre ce canal, prioritairement en le « débusant » et en mettant en place des caillebotis.

Redimensionner les grilles de récupération des eaux pluviales. Envisager des avaloirs.

 

III° Quartier la Chaudanne : Conjugaison de plusieurs phénomènes :

    1. Torrents grossis et incontrôlables.
    2. Coulées de boues.
    3. Mouvement de terrains.

Le récurage total du vallon semble nécessaire et le confortement des berges apparaît comme indispensable sous peine d’entrainer l’effondrement de certaines habitations.

 

IV° Les « Hyères » et « Tourn dei Frei ». Enormes glissements de terrains. Des habitations sont en danger. Il semble là aussi nécessaire de prévoir deux types de protection :

  1. Gabions naturels.
  2. Gabions artificiels.

V° Propositions générales :

  1. Les vallons naturels sont coupés par des routes (ex D26 Massoins). Ce qui était suffisant ne l’est plus. Il serait sans doute nécessaire de redimensionner les grilles et les « ponts sous route » afin de répondre à ces nouvelles et énormes précipitations.
  2.  Créer ou recréer des avaloirs vers les vallons (par exemple le vallon de l’Espignole).
  3. Bassins de rétention ?

Il ne peut s’agir de bassins type DFCI, car pas assez importants pour drainer les eaux de pluies.

Avec le changement climatique la quantité des eaux provenant des glaciers des Hautes Alpes va nécessairement diminuer, si ce n’est se tarir si le réchauffement continu.

C’est pourquoi il faudrait envisager des « retenues collinaires », sur des lieux stratégiques, car les retenues devraient alors retenir de très grandes quantités d’eaux pluviales importantes et être suffisamment nombreuses.

Cette solution serait coûteuse, mais pérenne... 

 

Conclusions : Il s’agit d’analyses de terrains, par des personnes locales qui connaissent bien leur territoire. Mais ces analyses ne sauraient être ni définitives, ni exhaustives.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 08:13

En France, en dépit de la mobilisation exceptionnelle des citoyens et du travail acharné des associations dont POLLINIS, qui ont multiplié des rendez-vous dans les ministères et avec les élus, les tribunes dans la presse et les manifestations, l’industrie des pesticides a réussi à ouvrir la brèche pour la ré autorisation des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles sur la base de mensonges avérés.

 

 

Elle cherche désormais à blanchir les nouveaux tueurs d’abeilles (sulfoxaflor et flupyradifurone)* que les parlementaires avaient précautionneusement interdits à cause de l’irrégularité manifeste de leur homologation, et leurs effets délétères déjà documentés sur les abeilles !

 

 

En Europe, les manœuvres de leurs lobbys se font plus pressantes pour obtenir des « tests abeilles » assouplis qui permettront une mise sur le marché facilitée pour leurs pesticides tueurs d'abeilles et de pollinisateurs ;

 

 

 

Au niveau international, les grandes multinationales de biotechnologies sont en passe d’arriver au bout d’une stratégie tissée dans l’ombre depuis des années pour asseoir leur hégémonie sur les productions agricoles, en tentant d'obtenir le feu vert des institutions internationales pour disperser dans la nature des abeilles OGM et des organismes génétiquement modifiés par les nouvelles techniques de « forçage génétique » qui leur assureront potentiellement un contrôle total sur tous les organismes vivants ;

 

 

 

Ce sont des dérives graves auxquelles nous devons nous opposer de toute urgence :

chaque bout de terrain laissé à l'agrochimie et ses lobbys tentaculaires est une défaite fatale pour les abeilles, les pollinisateurs, l'environnement – pour nous aujourd’hui et pour les générations à venir.

Aidez POLLINIS à mener la riposte !

 

Facebook Villars-sur-Var à cœur ouvert https://www.facebook.com/guybianchidevillars

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 02:47

Villars-sur-Var possède un Trésor. Ce trésor c’est le classement par le Conseil d’Etat  de terrains ancestraux en appellation « AOC Côte de Provence ». C’est le seul territoire des Alpes-Maritimes qui peut s’enorgueillir d’être classé dans cette appellation prestigieuse.

Il ne suffit pas de disposer de terrains classés

Mais bien sûr, il ne suffit pas de disposer d’un terrain classé, encore faut-il produire des vins qui répondent à tous les critères de qualité et qui contiennent les cépages qui correspondent à l’appellation, avec quelques variantes locales.

C’est le cas pour les vins du Clos Saint Joseph dont les propriétaires sont : Roch Sassi et Constance Malangé.

 

Une belle variété de cépages

Cépages rouges : Mourvèdre (20%), Syrah (50%), Cabernet-Sauvignon (10%), Divers noir (10%), Grenache noir (10%)
Cépages blancs : Sémillon (15%), Clairette (5%), Ugni (trebbiano) (30%), blanc Rolle  (50%).

 

Culture biodynamique. Cette famille se veut résolument respectueuse de l’environnement et de la qualité de ses véritables nectars.

En effet, l’objectif de la culture biodynamique est d’inverser la tendance actuelle en matière d’agriculture. L’utilisation de produits phytosanitaires chimiques est remplacée par une agriculture plus traditionnelle. En plus des rythmes de la journée et des cycles lunaires, l’usage d’engrais naturels occupe une place majeure dans l’agriculture biodynamique.

 

Villars-sur-Var, dans le « bon vent » de l’histoire ?

Cette commune, que l’ancienne municipalité avait fait classer par le ministère de l’agriculture, « Hors OGM », est entrée dans le bon vent de l’histoire qui veut que l’homme respecte la nature et la vie en général sur terre.

En effet, à Villars-sur-Var,  outre le lancement de la biodynamique viticole, on a enregistré la création d’une ferme de maraîchage au départ en agriculture raisonnée qui se rapproche de plus en plus du bio, un GAEC maraîchage en bio, une ferme avicole dédiée au bio, et un espace agricole et d’animation en permaculture. une miellerie totalement bio, un moulin à huile qui souhaite obtenir le label grâce à "l'A.O.C olive de Nice", une exploitation de plans bio, un élevage d'ovins, caprins nourri à l'herbe...

 

Conserver la valeur agricole et patrimoniale des terrains A.O.C.

La commune, les particuliers doivent mesurer cette chance et ne pas détériorer ou laisser à l’abandon des terrains qui ont vocation à produire de la richesse agricole et patrimoniale.

Nous souhaitons que la nouvelle municipalité s’engage à poursuivre notre œuvre environnementale, en demandant aux propriétaires de terrains classés de trouver des solutions humaines et techniques de long terme. La municipalité peut aussi racheter des terrains classés et trouver preneurs chez des jeunes qui n’ont pas les moyens d’acquérir du foncier.

Surtout la municipalité doit décourager ceux qui auraient envie de demander des « déclassements » ou qui dénaturent les terrains, comme cela arrive malheureusement.

Espérons que cette démarche soit entendue.

Edgar Malausséna Maire honoraire et son équipe.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 15:16

Villars-sur-Var a cœur ouvert

https://www.facebook.com/guybianchidevillars

Je n’en retire pas un mot.

Tout nous tombe dessus. La crise écologique avec des décisions qui l'accélère en permanence. La crise politique avec une majorité de français qui ne vote plus aux différentes élections. La crise économique avec des inégalités de plus en plus visibles. La crise sanitaire avec l'incapacité d'avoir une médecine préventive pour tous et surtout les plus démunis. La crise idéologique avec l'invocation à la laïcité alors que cela fait des décennies que l'on finance les écoles privées et confessionnelles. La crise religieuse qui révèle les affrontements mondiaux et la fin de l'hégémonie occidentale. La crise de la violence qui s'abat en général sur les plus innocents...

Bref, notre monde ne serait pas un paradis ?

Quelle découverte

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 18:05

Le ruissellement de la richesse ?

Qui a dit que les premiers de cordées faisaient ruisseler la richesse sur les deuxièmes de Cordée ?

Si cela était vrai, pourquoi alors le nombre de personnes en France qui vit en dessous du seuil de pauvreté s’élève maintenant à 10 millions.

 

Voyons un peu avec un seul exemple d’inégalité salariale.

Le PDG de L’Oréal M. Jean Paul Agon gagne 14.4 millions d’euro par an (Source : Politis). :

  • soit 1 million 200 000€ par mois,
  • soit pratiquement 1000 fois plus par mois qu’un salarié au SMIC net en 2020 (SMIC net mensuel 1 219€)
  • Il faudrait 984 ans à un smicard pour gagner ce que gagne M. Agon en un an.

 

 

 

La dette et la fraude.

La dette de la France avant la COVID 19 tournait autour de 80 milliards par an.

Les transferts dans les paradis fiscaux sont évalués à 90 milliards par an. Donc pratiquement plus que la dette.

 

Les capitaux et les migrants.

Ainsi les capitaux sont « apatrides » et passent les frontières sans aucun danger pour leurs propriétaires et ruinent nos économies.

Par contre, les migrants, eux, passent les frontières et y laissent très souvent leur peau et quand ils arrivent chez nous, ils acceptent pratiquement les boulots les plus durs et les plus mal payés (nettoyages, hôtellerie, restauration, bâtiment...).

 

Qui donc ruine la France ?

Sans commentaire.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 18:30

Depuis quelques années, entre le village et le quartier l’Airette, la route de Massoins  (D26) connaissait des dégradations répétées.

1° Refus de reconstruire.

Officiellement nous avions demandé de refaire le mur après la montée du moulin et il nous avait été répondu qu’il s’agissait d’un terrain privé et qu’en conséquence il n’était pas question de le restaurer. Or, nous pouvions citer des cas identiques où les murs avaient été refaits.

 

2°Dérogations de tonnages routiers déraisonnables

Nous avions dénoncé en son temps, le passage de camions bien trop lourds à qui les services routes accordaient des dérogations de tonnages. Malheureusement nous n’avions pas été entendus et nous avions remarqués des fissures qui nous avaient inquiétés.

 

3° Effondrement progressifs de murs en pierres cimentés

Nous avons eu à  faire remarquer dernièrement combien les murs de contre-rives (fonds dominants) s’effilochaient jusqu'à finir par s’écrouler. Mais rien n’avait été fait, ce qui montre que les Départements n’ont plus autant de moyens qu’auparavant.

 

La tempête Alex et les vallons torrentiels

La tempête Alex a précipité les dégradations.

Des murs de soutènements ont lâchés, là où la route avait coupée la descente de vallons torrentiels qui se gonflent lors des tempêtes alpines.

Il apparaît maintenant que les grilles et tunnels n’avaient pas été calibrés pour de si terribles précipitations.

 

 

 

 

Décharge des déchets verts

C’est ainsi qu’à la décharge des déchets verts, le talus de terre et de branchages est parti dans le ravin torrentiel. Ce sont les pierres du parapet qui sont tombées mais le mur de soutènement, lui, a tenu.

 

 

 

Dans ce cas, la municipalité a bien fait de clôturer le site

Notons cependant, que la municipalité actuelle n’avait pas prévu, dans son programme électoral, la création d’un autre site pour déchets verts comme nous l’avions programmé. Du coup, les villarois passent des heures et des heures sur la route pour aller décharger à Puget-Théniers ou alors dans des vallons...

La solution pour ceux qui le peuvent : Broyer et fabriquer le plus possible, du compost. C'est économique et bon pour l'environnent.

 

 

Article paru dans facebook : villars-sur-var à cœur ouvert

Partager cet article
Repost0