Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 11:47

Lors de mes études universitaires, je fus membre de l’UNEF et, sans ce syndicat d’étudiants offensif, bien des luttes n’auraient pas eu lieu et bien des acquis n’auraient pas été obtenus.

Ces derniers temps j’ai vu ce syndicat organiser les secours aux étudiants de plus en plus pauvres et souvent en peine de payer leur loyer et même de régler leur nourriture. J’ai entendu ce syndicat réclamer « l’allocation d’autonomie » afin que la majorité des étudiants puissent suivre normalement leurs études, sans avoir à travailler pour en même temps gagner leur vie.

Éloigne de ce milieu estudiantin par la vie et l’âge, j’ai été très surpris d’entendre ce syndicat traité de raciste et même de fasciste.

Quelques précisions sur le fascisme et le racisme.

Le fascisme est un fait historique qui s’est caractérisé par la référence au chef suprême, organisé en faisceaux, partisan de la colonisation et de la pire des violences vis-à-vis de ceux qui n’épousaient pas ses idées.

Le racisme, c’est le rejet et plus que le rejet, de tout ce qui n’est pas identique à soi même, avec un sentiment de supériorité sur les « autres ».

  • Il existe des racismes d’Etat avoués ou cachés.
  • Il existe, de même, des organisations politiques racistes avouées ou cachées.
  • Il existe des peuples en totalité ou en partie racistes.

 

Mais qu’en est-il de ‘UNEF.

On lui reproche d’être raciste parce certains de ses membres se seraient réunis avec des personnes victimes de discriminations.

Mais selon ce que j’ai compris, il ne s’agissait pas de réunions du syndicat et seules les personnes discriminées par leur couleur de peau s’étaient rassemblées lors de ces rencontres.

Cela veut dire que des personnes non colorées et non discriminées n’étaient pas invitées à ces réunions.

 

Et là, les conservateurs et y compris le RN ont crié au racisme.

Les mêmes avaient accusé l’UNEF d’être « laxiste » car ayant accepté dans ses dirigeants une femme voilée. Comme tout un chacun j’ai vu les photos et je n’ai vu aucun voile, mais ce que l’on appelle le « foulard ».

Ainsi l’UNEF serait à la fois « islamo gauchiste » et «raciste », ce qui me semble un peu contradictoire, mais bon...tout est possible dans nos sociétés en crises...

 

Mais là où je suis surpris, c’est le « manque de mémoire » de ceux qui n’admettent pas que des discriminés se soient réunis entre eux et seulement entre eux.

Je me rappelle que voici 40 ans, des organisations politiques et syndicales (de gauches) avaient accepté des réunions « ENTRE FEMMES », et seulement entre femmes, sans aucune présence masculine.

Et je n’ai pas souvenir que ces organisations furent accusées de fascisme ou de racisme.

 

Suis-je surpris ?

Suis-je surpris ; aussi, d’entendre Monsieur le ministre de l’Education Nationale prononcer des mots, comme « fasciste », qui ont des contenus bien précis et de les accoler à un syndicat qui, il est vrai, a organisé de nombreuses manifs contre la réforme du bac et de l’entrée aux universités ? Serait-ce une façon peu démocratique de vouloir punir le syndicat d’avoir combattu « ses réformes ». Espérons que non.

 

En fait de nombreux responsables politiques deviennent trop « caricaturaux ».

  • Si vous vous opposez au sionisme israélien, c’est selon eux parce que vous seriez « antisémites ».
  • Si vous vous opposez à la stigmatisation des musulmans, vous serez soupçonnés ou accusés d’être des «islamo-gauchiste».
  • Si vous participez ou organisez des réunions réservées à ceux qui se considèrent comme discriminés à cause de leurs origines, vous êtes racistes ou fascistes....

 

Triste époque où au nom de la laïcité et de la lutte pour nos libertés, on pourrait en arriver à priver l’UNEF des subventions auquel le syndicat a droit.

Espérons que cela ne se produira pas.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 15:33

Chers lecteurs, veuillez prendre connaissance de ce texte de M. Yves Lenoir

LES ACQUIS SOCIAUX DE LA COMMUNE

 

L’oeuvre de la Commune de Paris est d’abord une réponse directe, immédiate aux préoccupations de la population parisienne. 

Léo Fränkel déclare : «  Nous ne devons pas oublier que la révolution du 18 mars a été faite par la classe ouvrière. Si nous ne faisons rien pour cette classe, je ne vois pas la raison d’être de la Commune.  »


Le texte le plus important de lutte pour l’emploi est le décret du 16 avril 1871 relatif aux ateliers abandonnés par leurs patrons, ce qui provoque le chômage des ouvriers qui y travaillaient.

La Commission du Travail confie aux Chambres syndicales la tâche de dresser une statistique de ces ateliers, de présenter un rapport sur les conditions de leur prompte remise en exploitation par l’association coopérative des salariés, de prévoir les conditions de pérennisation de ces ateliers.


Le 25 avril, la Commune met à la disposition des délégations ouvrières un local au ministère des Travaux publics ; les délégués des mécaniciens, métallurgistes, tailleurs, ébénistes, cloutiers, boulonniers se mettent au travail. Le décret du 16 avril jette les bases d’une transformation sociale désignée de nos jours sous le terme d’autogestion.


La Commission du Travail ordonne, pour remplacer les bureaux de placements patronaux, l’ouverture, dans chaque mairie, d’un registre sur lequel les chômeurs inscrivent leurs offres de travail et d’un autre sur lequel les employeurs expriment leurs besoins en main d’œuvre.

 

La Commune suspend la vente des objets déposés au Mont de piété et dégage gratuitement ceux d’une valeur inférieure à vingt francs. Sous le Second empire, l’arbitraire patronal s’exerçait sous la forme d’amendes et retenues sur les salaires qui constituaient d’intolérables abus d’autorité. La Commune met fin à ce scandale et le décret du 27 avril prévoit que les amendes infligées depuis le 18 mars devront être restituées.

Les salaires sont augmentés dans l’enseignement et les rémunérations des institutrices deviennent égales à celles des instituteurs.

 

Dans le but de favoriser la vie sociale des ouvriers, une première mesure de réduction de la journée du travail à 10 heures est prise aux ateliers de réparation d’armes du Louvre.

 

La Commune rétablit le moratoire sur les loyers et organise le paiement de la solde des gardes nationaux, abrogés par le gouvernement de Versailles. Elle crée des ateliers féminins autogérés, des écoles professionnelles pour garçons et filles. Elle interdit le travail de nuit dans les boulangeries.
 

Elle réquisitionne les logements vacants pour y loger les habitants victimes des bombardements versaillais, décide de verser des pensions aux épouses ou compagnes des fédérés tués au combat, qu’ils soient mariés ou non, et à leurs enfants.


Les acquis sociaux, comme toute l’œuvre et les idéaux de la Commune, demeurent d’une grande actualité dans la mesure où la Révolution du printemps 1871 a su poser et résoudre, dans les termes de son époque, des problèmes qui nous interpellent encore aujourd’hui.


En 72 jours, en réalité moins de deux mois de travail effectif, si l’on retire les huit premiers jours consacrés aux élections et la Semaine sanglante, la Commune a réalisé une oeuvre sociale d’une ampleur exceptionnelle.

Elle a créé un véritable Code du travail, anticipant les conquêtes sociales des siècles suivants.

LA POSTÉRITÉ SOCIALE DE LA COMMUNE. L’un des premiers actes du gouvernement versaillais, après l’écrasement de la Commune, est d’interdire toute adhésion à l’Internationale par loi du 14 mars 1872, ce qui constitue, à postériori, une reconnaissance du caractère social de la Commune.

Le prolétariat redresse rapidement la tête. Un premier congrès ouvrier se tient à Paris, en 1876. A partir de ce moment et jusqu’à nos jours, l’oeuvre de la Commune va servir de référence à tout le mouvement ouvrier.

La loi de 1884 sur les libertés syndicales va permettre au prolétariat d’arracher des avancées sociales importantes. Les anciens communards jouent un rôle important dans cette renaissance du mouvement ouvrier. L’exemple le plus significatif de la mémoire de la Commune dans le mouvement ouvrier est le défilé au Mur des Fédérés du 24 mai 1936.


Trois semaines après la victoire électorale du Front populaire (1936) et dans un moment où la classe ouvrière s’engageait dans un mouvement de grèves avec occupation d’usines, 600 000 travailleurs participaient à ce défilé.

C’est le plus grand nombre de participants à la Montée au Mur. Cet événement allait être un puissant accélérateur des luttes qui devaient culminer début juin avec trois millions de grévistes et déboucher sur les importantes victoires sociales de 1936. Toujours inspirées par l’oeuvre sociale de la Commune, de riches avancées sont arrachées, notamment en 1945, sur la base du programme du Conseil national de la Résistance. Il en sera de même en 1968.


Il n’est pas exagéré de dire que la Commune de 1871 est le premier et le plus significatif exemple de démocratie sociale qui ait existé.

YVES LENOIR

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 17:29

Exemple 2. La Transulosine  à libération prolongée.

Réduction de la tension dans les muscles, la prostate...

Ne pas prendre si :

  • allergique à la substance.
  • allergique aux autres composants.
  • déjà eu des gonflements au visage, des lèvres, autres muqueuses,
  • une maladie sévère du foie,
  • auparavant déjà eu baisse de pression artérielle quand vous vous levez,
  • ....

 

Les effets indésirables (de 1 personne sur 10 à 1 personne sur 10 000).

  • Étourdissement quand vous vous levez,
  • Maux de tête,
  • Palpitations cardiaques,
  • Rythme cardiaque irrégulier,
  • Baisse de la pression artérielle,
  • Diarrhées et nausées,
  • Fatigue (asthénie),
  • Urticaire,
  • Syncope,
  • Gonflements du visage et des lèvres,
  • Troubles de la vision,
  • Saignement du nez,
  • .....

 

1° Nous remarquons que ces effets indésirables semblent nettement plus probables et fréquents que pour le vaccin astraZenaca qui, sur 10 millions de vaccinés,  a produit des effets indésirables reconnus (thromboses...) sur 30 personnes.

2° Notons aussi que les thromboses se soignent efficacement avec des médicaments qui fluidifient le sang.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 09:34

Les eaux usées constituent un indicateur avancé dans la surveillance sanitaire, avec l'avantage d'inclure les personnes asymptomatiques, car le virus s'y retrouve sous forme de traces bien avant l'apparition des symptômes chez les personnes affectées.

Source 

" Les Echos, mis à jour le 14 janvier 2021 "

Les auteurs ont mis en évidence deux voies hypothétiques de contamination par les eaux usées. Par les eaux grises, accessibles au public, et les eaux de vannes qui peuvent être parfois utilisées pour l'irrigation des champs dans les pays les plus pauvres. © Anne Bogler et al.Nature Sustainbility 2020 

Corréler les concentrations en génome viral des eaux usées avec les données épidémiologiques en lien étroit avec Santé Publique France, prendre en compte la réalité de l'excrétion par les patients symptomatiques et non-symptomatiques et les flux de population, pour en déduire des modèles mathématiques robustes et informatifs, c'est toute l'ambition de ce projet scientifique qui s'inscrit dans une dynamique européenne.

Au-delà de la présence de traces du virus dans les eaux usées, le projet s'est attaché à évaluer le risque infectieux, de l'individu jusqu'à l'environnement - des selles de patients, aux eaux usées et aux boues des stations d'épuration.

 

La surveillance des coquillages, organismes filtreurs, a été également rapidement mise en œuvre. Les premiers résultats de l'étude suggèrent une rapide inactivation du virus dans ces différents milieux.

 Source :

Article publié le 17/11/2020 sur le site du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Synthèse réalisée par Guy Bianchi

Partager cet article
Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 09:22

Soyons logiques : pour l'humain ce qui est loin et invisible ne présente pas d'intérêt ou de danger immédiat. 

Or, France 3 révélait il y a quelques jours que : les poussières de sable du Sahara étaient porteuses de Césium-137, résidu d’anciens essais nucléaires français

Sable ramassé dans le massif du Jura et analysé par un laboratoire. On y retrouve des traces des essais nucléaires français au Sahara au début des années 60. Or ces particules perdent la moitié de leur radioactivité au bout de trente ans et le reste se divise de même par deux tous les trente ans. Nous n'en sommes donc pas préservés...Rajoutons à cela la pollution....

 

Une question se pose : Et si le coronavirus s'était propagé plus rapidement grâce aux particules fines ? 

Wuhan est l'épicentre de l'épidémie de Covid-19 mais cette métropole est située dans l'une des zones les plus polluées du monde.

Dans le nord de l'Italie où le premier foyer de contamination européen du coronavirus a été observé, là encore, cette zone autour de la plaine du Pô zone où l'air est fortement pollué. 

Les zones en question ont une densité de population également très élevée.

 

Y a-t-il un lien de causalité entre pollution et coronavirus ou un lien de corrélation ?

 Les contaminations ont démarré à partir de zones notoirement polluées, ce sont aussi des zones où il y a beaucoup d’activités industrielles, de population, de trafic automobile et donc il y a une corrélation entre, le nombre de personnes infectées par le Covid-19 et le niveau élevé de pollution. Ce n'est qu'une constatation.

 

Une personne affectée par la pollution va-t-elle tomber malade plus facilement ? 

Les personnes les plus affaiblies, vont avoir du mal à “digérer" la pollution puisque les particules vont être transportées au système pulmonaire, passer la barrière pulmonaire et rentrer dans le sang et si on rajoute à cela un virus,..

Une publication italienne sous-entendait que le virus voyageait avec les particules fines... 

Ces particules sont tout à la fois, le chauffage, le trafic automobile, l'agriculture intensive, les industries, les feux de bois, l’épandage d’engrais, ça peut être les pollens aussi, ça peut être du sable, des cendres volcaniques, donc on pourrait imaginer que les virus tout petits se collent à ces particules....

 

Le virus peut-il voyager avec la fumée du tabac ? :

 "Pour l’instant, aucune publication scientifique ne le montre mais la fumée de cigarette contient aussi des petites particules liées à la combustion du papier de cigarette et de ce qu’il y a dans le tabac, etc. Sans tomber dans la paranoïa, on pourrait imaginer que oui.... 

. (France culture - laboratoire Atmosphères) 

Synthèse réalisée par Danièle Dao-Lena

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 10:53

Les abeilles nous permettent de nous nourrir. Mais une nouvelle étude accablante vient de révéler que 25 % des espèces d'abeilles ont disparu depuis les années 1990.

 

Le nombre d'abeilles est en chute libre, et cela va empirer. Bayer et Syngenta utilisent la pandémie comme couverture pour démanteler les progrès que nous avons réalisés en matière d'interdictions des pesticides tueurs d'abeilles.

Votre rôle dans la sauvegarde des abeilles, Edgar, est plus important que jamais.

En contribuant un peu chaque mois, voyez ce que vous pourriez faire pour les abeilles :

  • Vous participerez à démasquer la campagne de désinformation de l'industrie des pesticides qui s'infiltre dans les universités.
  • Vous bloquerez les efforts de Bayer et de Syngenta pour faire reculer les interdictions en Europe.
  • Et vous étendrez notre travail à l'Afrique et à l'Amérique latine, en soutenant les groupes locaux qui luttent pour empêcher Bayer et Syngenta de déverser leurs pesticides tueurs d’abeilles dans ces régions.

Nous intensifions ce combat comme jamais auparavant, mais nous ne pouvons tout simplement pas faire tout cela sans vous. Pouvez-vous verser une petite contribution chaque mois pour sauver les abeilles ?

DONNER 1 €DONNER 2 €DONNER 4 €Donner un autre montant
Non merci, mais je vais faire un don unique.

 

Nous sommes dans une lutte mondiale pour sauver les abeilles des pesticides néonicotinoïdes. Ces poisons se sont avérés être une cause majeure de la disparition de colonies d'abeilles entières. Et les recherches montrent que les abeilles exposées à ces pesticides ne parcourent qu'un tiers de la distance que les abeilles non exposées peuvent parcourir.

Mais lorsque les membres de SumOfUs comme vous s'unissent pour exiger l'interdiction de ces pesticides, vous gagnez encore et encore.

 

Vos victoires à travers l'Union européenne ont été historiques - interdiction des néonicotinoïdes, du thiaclopride, du chlorpyriphos, et plus encore - et elles ont préparé le terrain pour que le reste du monde se joigne à elles et sauve les abeilles partout. Nous ne pouvons pas laisser Bayer et Syngenta nous enlever cela.

Nous avons un plan ambitieux pour nous attaquer à l'industrie des pesticides et l'empêcher de démanteler tous les progrès que nous avons réalisés grâce à vous ces dernières années, et nous savons que nous pouvons y arriver avec votre soutien.

Pouvez-vous faire un petit don mensuel pour sauver les abeilles ?

DONNER 1 €DONNER 2 €

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 08:46

"Tous les médicaments peuvent entraîner des effets indésirables ou secondaires.

La question est de savoir quels sont les risques pris en fonction du bénéfice que l'on attend.  Nous allons énoncer les effets indésirables de quelques médicaments usuels, dans plusieurs articles successifs.

 

Commençons par l’exemple du paracétamol

Le paracétamol, pour les petites douleurs, paraît être le médicament avec le moins de risques par rapport à ses effets indésirables.

Mais des risques existent malgré tout. Ils existent quand on augmente les doses mais aussi en fonction du terrain de chacun.

  • Si vous avez une maladie hépatique,
  • Si vous êtes âgé,
  • Si vous pesez moins de 50kg,
  • Si vous avez perdu beaucoup de poids,
  • Si vous présentez des maladies de longues durées...

Prendre des doses supérieures à 4 grammes, voire même 4 grammes, est parfois dangereux. Pour des douleurs simples, on peut préconiser la prise de paracétamol 1000. Il faut d'emblée frapper fort contre la douleur.

Mais il ne faut pas augmenter au-delà de 4 grammes chez un adulte normal, et 3 grammes chez le patient âgé sur la journée.

 

Effets indésirables du paracétamol.

  • Allergies,
  • Boutons ou rougeurs sur la peau,
  • Urticaire,
  • Brusque gonflement du visage et du cou,
  • Difficulté de respiration (œdème de Kinckel),
  • Malaise brutal : baisse de la pression artérielle,
  • Exceptionnellement diminution de certaines cellules du sang (globules blancs),
  • Autres........................

Donc, le risque zéro n’existe pas, pas plus pour des médicaments usuels que pour les vaccins !

Est-ce  une raison suffisante pour ne plus se soigner ???????

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 17:33

Ça fait tellement longtemps que j’ai écouté cette chanson de « Bob Dylan » et de « Hugues Aufray » que j’ai cru que qu’elle datait « d’avant l’histoire », de la « pré histoire » quoi !

Et puis je me suis aperçu que oui, en effet, les temps changent...

En 40 ans j’ai vu les acquis de mes grands parents, de mes parents, les miens, minés, disloqués, rabotés, y compris sur le plan fondamental du droit à disposer d’un choix privé qui se traduit par des choix «d actes sociaux », à savoir l’ascenseur social républicain.

Et c’est sur ce plan des « droits et des libertés » que je souhaite faire un retour en arrière pour mieux sonder notre présent.

Sur ce plan, on peut affirmer qu’avec les outils que l’on qualifie de « modernes » nous sommes tous le temps, « écoutés », «pris en charge», «classés», «sondés»,  «repérés», « visés », «dévisagés ». De nos jours on peut être « arrêté » si l’on vous prête des...« intentions », en fonction de la loi sur le terrorisme.

Et pourtant, nous sommes semble-t-il de plus en plus libres, nous pouvons théoriquement et pratiquement :

  • Circuler,
  • Déménager,
  • Entrer en formation.
  • Changer de métiers,
  • Choisir sa compagne ou son compagnon.
  • Changer de compagne ou de compagnon,
  • Choisir de dépenser ou d’économiser.
  • Décider d’aller ou pas au théâtre ou au cinéma.
  • Consacrer du temps à notre corps avec des sports choisis.
  • Aimer ou détester la chasse et le faire savoir.
  • Consommer.
  • Se jeter ou pas sur les soldes ou le black Friday
  • Porter plainte.
  • Disposer de défenseurs.
  • Ester en justice pour défendre l’environnement.
  • Tenter dans son jardin des expériences bio.
  • Autres.......................

Bien sûr, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne dans cette énumération, et nombre de nos concitoyens auraient du mal à se retrouver dans la majorité de ces thèmes.

 

Alors où se situe le problème ?

Liberté sociologiques en progrès ?  Libertés sociales et collectives en recul ?

Il me semble que l’on finit par accorder de plus en plus de liberté aux actes individuels et familiaux hors de la sphère du travail et  collectifs sociaux, comme nous allons le voir.

 

Libertés dites «sociologiques» :

  • Contraception.
  • Avortements,
  • Divorces à l’amiable.
  • Droit des femmes à gérer leur patrimoine.
  • Droit des femmes à entamer des carrières dites «masculine ».
  • PACS.
  • Mariages homosexuels...)
  • PMA.
  • .....................

Nous faisons la même remarque qu’au paragraphe précédent. Ces droits théoriques ne deviennent pratiques que pour une partie de la population.

Notons aussi que ces droits sont régulièrement contestés, avec des reculs et des avancées selon les périodes.

 

La dégénérescence des Libertés dites «sociales» et « collectives » :  

  • Droit de veto des représentants des salariés lors des délocalisations. Un vœu, un rêve...
  •  
  • Droit de négociations sur le pouvoir d’achat par branches de métiers. En voie de quasi disparition.
  •  
  • Droit de disposer de comités d’hygiène et de sécurité. Supprimé.
  • Droit pour les syndicats salariés de gérer le budget de la sécurité sociale et d’en déterminer les montants. C’est l’Etat qui a pris en mains les budgets.
  • Droit de se syndiquer, qui demande un grand courage et des sacrifices de carrières.,
  • Droit de disposer d’organes de presses diversifiés, qui n’est plus qu’un leurre... , car 9 grands groupes se partagent le « marché » français.
  • Droit pour les ouvriers d’accéder à des postes politiques (1 seul ouvrier à l’assemblée nationale)
  • Droit de manifester en étant protégé par les forces de l’ordre républicaines, ce qui n’est nécessairement pas le cas...
  • Droit de n’être pas molestés lors des interrogatoires (témoignages récents d’enquêtes qui montrent que la violence à l’égard des détenus provisoires est monnaie courante),
  • Droit pour les syndicats de fonctionnaires de cogérer les carrières avec les employeurs. Droit supprimé.
  • Droit de cogestion des entreprises publiques. Ce droit a disparu.
  • Droit obligatoire de disposer d’un « toit », alors que les sans abris atteignent les 300 000 chez nous.
  • Droit de disposer d’un revenu permettant de se « nourrir », alors que les associations caritatives n’arrivent plus à gérer les flux.
  • ....................

 

Cela a des conséquences de long terme.  Par réflexes, par conditionnements  inconscients :

  • Une majorité de personnes considère que pour qu’il ne leur arrive rien il s’agit d’être « prudents »  et « rangés ».
  • Une majorité de personnes considère que les droits dont nous disposons sont tellement supérieurs à ceux de nombreux pays, que nous devons être bien contents d’en bénéficier. Il n’y aurait pas vraiment de quoi s’inquiéter.

 

Etat d’urgence dans le droit commun.

Ces personnes pensent, qu’en se comportant ainsi, il ne leur sera jamais appliqué les articles de la loi qui ont intégré l’état d’urgence dans le droit commun, dans le droit de tous les jours..

C’est la vieille croyance qui considère que les lois liberticides ne s’appliquent qu’aux autres.

Et c’es ainsi que beaucoup trouvent normal que ce soit un « Conseil de Défense Militaire » qui gère en dehors du parlement la pandémie de la COVID 19, avec les errements que l’on connaît. Une majorité de la population n’ayant que peu confiance en les parlementaires, le Président de la République peut se passer d’eux sans que cela soulève des interrogations.

.

Et oui, fut un temps où les mouvements sociaux engrangeaient des victoires, des acquis, et de nos jours les mouvements sociaux se battent toujours le dos au mur pour conserver les dits acquis que finalement ils perdent.

Nous sommes donc bien dans une phase de recul des libertés collectives et du travail.

Villars-sur-Var le  13 01 2021.

Edgar Malausséna Maire Honoraire.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 10:24

1° 550 000 informations par seconde : sur les réseaux socio.

2° 6 fois plus de fausses nouvelles diffusées, y compris par des Agences créés spécialement pour cela, que de nouvelles vérifiées.

3° 35% de concentration en moins pour les nouvelles générations par rapport à leurs parents.

 

Analyses et conséquences :

1° Les cerveaux humains ne peuvent plus trier lentement et sereinement ces millions « d’informations » qui défilent en continu à des vitesses vertigineuses.

2° Sans disposer du temps nécessaire pour lentement et longuement réfléchir, le cerveau humain se dirige toujours vers les réflexes primaires et anciens venus de la nuit des temps :

  • Croyances magique et irrationnelles, contre lesquelles il est très difficile de lutter sans outils intellectuels de « réflexions lentes » et non émotionnels. C’est l’intuition non vérifiée qui remplace la « raison » qui elle, permet de comparer, de soupeser...C’est le règne de la certitude à l’inverse de la démarche du doute et de la remise en question.
  •  
  • Instinct de survie qui amène à réagir sans recul à des menaces réelles ou supposées de toutes sortes, sous peine de disparaître soit même ou sa famille, ou sa civilisation (par exemple la théorie du grand remplacement).

 

  • Crainte, haine et peur qui sont les mécanismes de défenses qui fonctionnent en priorité si l’on ne construit pas d’outils de réflexion qui permettent de "réagir lentement" et de disposer de  connaissances soupesées, vérifiées, confrontés, du passé.

 

Civilisation, technologie, idéologie et dictature.

Nous sommes donc, dans un tournant technologique et idéologique  de civilisation qui laisse croire que « écouter et réagir vite », est la meilleure façon de réussir sa vie, celle de sa famille, celle de son pays, etc...

Et c’est sur cette révolution que s’appuient les dictateurs de tous pays, surtout dans les pays où grâce à ces mécanismes mentaux anciens de notre cerveau et aux technologies modernes de la communication, on peut s’emparer des pouvoirs en étant porté par des peuples apeurés, en colère, de plus en plus repliés sur eux mêmes car se pensant en danger d'extinction....

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 18:17

1° La tendance actuelle n’est pas à l’autonomie communale.

Depuis des années, sous prétextes de « cohérences », de « coopérations », « d’échanges », de « mutualisations », toutes les lois qui sont promulguées font le travail que la mondialisation demande :

ll s’agit de construire des territoires de plus en plus grands, avec un chef de file, toujours une grande ville, de manière à transférer des compétences communales vers des structures qui ne sont pas soumises aux votes des citoyens et qui les éloignent de plus en plus des décideurs.

On peut citer la perte de la gestion directe de l’eau et assainissement par les communes. le tourisme qui n’est plus une compétence communale, les ordures ménagères, l’environnement...

 

2° Des centralisations nécessaires ?

Il est des cas, où bien sûr la centralisation était nécessaire grâce à des services de l’Etat comme la DDE ou comme le service postal national. Et là c’est le contraire, les petites et moyennes communes et leurs maires sans de véritables moyens se sont vus détenteurs techniques de décisions « urbaines ». il en est de même avec les Agences postales où les services sont bien moindres que ceux des bureaux.

 

3° Répondre par des actions d’autonomie.

Afin de fonctionner de manière la plus autonome possible, les communes petites et moyennes doivent être capables de s’enrichir en économisant de diverses manières, pour mieux dépenser.

Par exemple, grâces aux Régions, elles peuvent acheter beaucoup de matériels de transports, de travaux publics, d’entretien des routes et canaux...

 

Une approche valorisante pour les agents et économe pour les finances.

Cette approche permet de rendre les agents communaux de plus en plus techniques et de ne plus les cantonner seulement aux ramassages des crottes, des papiers et des feuilles...

Ainsi on conforte les emplois publics et l’on peut réaliser de petits, moyens, grands travaux en toute autonomie municipale.

Bien entendu il faut ne jamais oublier, aussi, les subventions des Départements, de l'Etat, de l'Europe. Mais il ne faut pas en dépendre de trop.

 

4° Qu’avons-nous fait durant 21 années à Villars-sur-Var ?

Nous avons pratiqué ces politiques d’autonomisation et cela a permis avec l’accompagnement des subventions :

° d’acheter des terres créatrices d’emplois,

° d’agrandir le parc locatif municipal,

° de revaloriser le patrimoine,

° de participer à la création d’une école classée A sur le plan environnemental,

° de créer une crèche,

° de remettre en était le réseau eau/assainissement...

 

5° Un exemple d’achat qui rend les communes autonomes et rapides.

En fin 2018, notre municipalité avait acquis un « tracteur multifonctions ».

Cette acquisition a permis par exemples :

  • ° De réparer immédiatement, un week-end sous la pluie, un talus au quartier Ciampon qui s’était effondré sous des pluies diluviennes (déjà hé oui).
  • De retrouver, en soirée et matinée, une forte fuite au quartier de la gare.
  • De créer des accès au quartier « La Vigne » pour que s’installent des maraîchers/oléiculteurs.
  • D’aménager les terrains communaux, loués à des villarois pour créer la ferme avicole.
  • De créer une piste d'accès au haut du quartier La Vigne.
  • De récupérer l'eau d'une ancienne conduite d'eau potable....
  •  

  • De déneiger à partir de 5 heures du matin les voies communales...

Il n’y a pas de mystères, économie d’un côté, et de l’autre rapidité, proximité et valorisation des agents.

Cette politique renforce les petites et moyennes communes et crée de l’emploi.

 

Partager cet article
Repost0