Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 10:08

Edgar Malausséna. Conseiller Régional PACA.

Membre de la Commission Transport depuis 1998.

 Point sur les transports dans les Alpes-Maritimes

 

 

 

Conférence de presse, le 17 02 2006, à Nice à l’Antenne du Conseil Régional.

On reconnaît de gauche à droite les Conseillers Régionaux suivants :

·        Edgar Malausséna, membre de la commission transport, et 1er Vice-président de la commission Aménagement du Territoire.

·        Patrick Allemand, 1er Vice Président du CR PACA.

·        Gérard Piel Vice-président délégué aux transports.

·        Adeline Moutin, Conseillère Régionale.

·        Eliane Guigo, Présidente de la commission Vie

Associative.

 

Depuis 1998 (date de mon entrée à la commission transport), le ferroviaire en PACA a connu un essor considérable.

 Montant consacré au ferroviaire en 2005.

 

Les crédits ont été multiplié par près de 15 depuis 1998. En 2005, c’est 180 millions d’euro qui ont été dépensés dans ce secteur.

Le contrat de plan de 1994 à 1998 s’élevait pour le ferroviaire à 25 millions d’€. Notre Contrat de Plan s’élève à 500 millions d’€.

Les A-M c’est 80 % du trafic ferroviaire régional.

 

Ø      La SNCF dessert 146 km de lignes dans ce département.

Ø      Nombre de voyageurs par an :

  • Cannes-Nice : 8 millions.
  • Nice-Vintimille : 7 millions.
  • Nice-Breil : 300 000.
  • Train des Pignes : 500 000 (Edgar est le Président du Comité de Ligne).

Ø      Les gares.

Le Département dispose de 44 gares, dont 5 nouvelles gares pour Cannes-Grasse.

A ce jour 12 gares ont été partiellement ou totalement rénovées dans les A-M.

Ø      Nombre et fréquence.

Par jour : 204 Transports Express Régionaux.

L’objectif est d’atteindre 1 TER tous les quarts d’heures sur Cannes-Nice. Il faut aussi arriver à doubler le nombre de train en heure de pointe pour Antibes-Nice.

Ø      Les derniers renforcements de l’offre.

Ils ont concerné la création de deux TER/jour entre Nice et Vintimille, et celle de 5 TER entre Cannes et Nice en décembre 2004.

Ø      Les travaux d’augmentation de capacité.

Ils ont été gelés par le nouveau gouvernement. Cela entraîne un retard de l’ordre de deux années pour leur achèvement.

Ø      La ligne Cannes-Grasse a été réouverte et connaît un trafic de 3000 voyageurs par jour.

Ø      La ligne Nice-Breil est modernisée entre Nice et Drap-Cantaron. Montant des travaux 3,6 Millions d’€.

Ø      La ligne des Chemin de Fer de Provence.

La Région va être la seule gestionnaire à compter du 1er janvier 2007. L’unicité de la ligne est garantie dans le cadre du service public.

Les différents tronçons vont connaître des développements en fonction de l’attente de voyageurs.

Deux nouvelles rames sont commandées pour fin 2007, début 2008. Montant de ces rames ultra modernes : entre 4 et 6 millions d’€ chacune. Cela faisait 20 ans qu’aucun matériel n’avait été acquis. 

Les tarifications sociales de la Région.

Ø      La carte Solidarité.   

Des catégories en difficulté ne paient que 10 % du billet (ex : 4,20 euro pour Nice-Marseille) : les demandeurs d’emploi (inférieurs au SMIC), RMIstes ou Handicapés, demandeurs en fin de droit non imposables…

Les Alpes-Maritimes concentrent 24 % des titulaires de cette carte.

Ø      La carte jeune.

Nouveautés 2005 en Région PACA : Réduction de 50 % sur le réseau TER PACA, Carte à 15 euro/an.

Ø      Carte tous publics.

Réduction de 25 % du lundi au vendredi, et 50 % de réduction pour le week-end.

 La suite au prochain numéro.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 10:16

Vivre la Solidarité     

Développer une Ecologie   de la Transformation  

N°1 Janvier-Février-Mars 2006                                     

les grands axes de nos  engagements

 Vous en  trouverez un rapide résumé .

 

Rapprochement avec le  monde associatif,  dans toute sa diversité.

Discussion passionnée sur le devenir de la loi Montagne.

Ici, intervention de Patrick Simon, Adjoint (Vert) au Maire de Gorbio.

 

 

 

Les « membres actifs »  s’investissent dans le monde associatif.

Résultats  au-delà de nos espérances. les membres qui se mobilisent, s’activent maintenant régulièrement avec des associations :

 

Ø      Qui ont investi les questions de l’énergie.

Ø      Qui aident les sans emplois à se réintégrer (les résultats sont au niveau de près de 250 insertions par an pour l’une d’entre elles).

Ø      Qui développent  le Commerce Equitable.

Ø      Qui se battent pour le développement de transports propres.

Ø      Qui permettent à tous de se cultiver à des coûts abordables (animation et théâtre).

Ø      Qui développent l’Education Populaire : Ecodéveloppement et  Ecocitoyenneté.

Ø      Qui luttent pour un maintien de la qualité environnementale, dans le Haut et Moyen Pays ou dans l’urbain, comme aux Semboules, contre l’incinération.

Réunion associative publique à Antibes, aux Semboules en 2003, renouvelée en 2005.

L’intervention financière de la Région permet maintenant

l’analyse des sols pollués, autour de l’incinérateur.

Le milieu associatif apprécie notre présence.

 En pleine explosion des banlieues,

 

 

Coorganisation de Verts à un colloque

associatif avec tous ceux qui se sont

senti concernés par les causes profondes

de ce mouvement spontané de révolte.

 Les conférenciers étaient  :

Mohamed Moutabid : « Citoyenneté et le Contrat Social Français ».

 

 

 

Edgar Malausséna. « Mondialisation et citoyenneté ».

 Nous sommes accueillis très favorablement, et sommes sollicités très souvent par les responsables de ces milieux, qui nous confient volontiers des responsabilités.

 Création de liens  prometteurs avec le mouvement social et les mouvances alternatives.

 

 

 

 

Dans ce cadre, « les membres actifs » ont incité les militants   à participer aux différentes réunions de  ces mouvances alternatives.

 les personnes motivées par cette démarche ECOLOSOCIALE et de l’ECODEVELOPPEMNT,  se sont retrouvés :

 Ø      Aux journées annuelles « A gauche vraiment » d’Antibes, les 5 et 6 novembre 2005 (plus de 300 personnes), avec la présence d’André Aschiéri…

   Ø   Au Rassemblement à Carros du Collectif de l’Ecodéveloppement, le 4 septembre 2005 (plus de 90 personnes), et aux différentes réunions thématiques de celui-ci.

Ø      Aux réunions de l’Appel des Vallées (au total entre 150 et 200 personnes).

 Appels à manifestations et soutien aux luttes sociales.

 Ø      Dans le cadre des divers mouvements sociaux, les « membres actifs » ont, systématisé les appels aux rassemblements, et aux manifestations.

Ø      Il nous est arrivé, une seule fois d’être hors du coup en 15 mois. Cependant vu la relative faiblesse des effectifs , nos participations ne sont pas souvent importantes. La solution est dans l’augmentation conséquente du  nombre d’adhérents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Altermondialisme. Fidélité à notre motion de septembre 2004. Pari gagné !

 Nous nous sommes investis dans le Forum Social Départemental, autrement que par la présence symbolique d’un ou deux militants comme les années précédentes.

 

 

 Ø      Pari gagé. La présence  écologiste a été reconnue, dans l’organisation du Forum social qui s’est tenu à Carros et à Nice l’Ariane

 

Ø      Nous avons permis la prise en compte des thèmes de l’écologie et de l’économie sociale et solidaire.

Ø      Nous avons été présents aux tribunes des Assemblées Plénières,

Ø      Nous avons été à l’initiative de plénières et d’Ateliers que nous avons animés.

 

 Luttons contre la mondialisation capitaliste.

Nous avons participé à pratiquement  toutes les réunions organisées par :

Ø      Le Collectif 06 de Défense des Services Publics.

Ø      ATTAC.

 

 

 

 

 

 

 Participation  aux grands évènements de la Région.

Ø      Nous avons participé au forum des Associations à Carros.

Ø      Nous avons été quelques uns présents aux réunions des Comités de ligne des chemins de fer de Provence.

Ø      Nous avons participé aux réunions de l’Economie Solidaire.

Ø      Nous étions présents pour honorer

 

 

 

 

les victimes du nazisme.                

Citoyens, Agents de la Région , Partis de gauche, Verts ,Ecologistes,

Associations, tous ensemble !

 Les dossiers d’aménagement du territoire. Difficulté au départ.

 Dorénavant, nous sommes assez aguerris pour pouvoir décider de nos orientations sans avoir à en référer à une « autorité » unique, quelle que soit sa compétence.

         Ø      L’aménagement ferroviaire local,

           Ø      L’aménagement de la plaine du Var, rive droite,

Ø      Le contournement de Nice. 

 

 

Hong-Kong, la victoire du libéralisme !

A Hong-Kong, l’Organisation Mondiale du Commerce a conclus un accord extrêmement favorable aux pays riches et aux multinationales.

Pascal Lamy, directeur général de l’OMC, dans les coulisses annonçait qu’il avait atteint à 60 % ses objectifs.

On sait que l’OMC, a mis en place les négociations d’Accord Général du Commerce et des Services. Celles-ci prévoient de faire entrer dans la concurrence libérale le plus de « services possibles », et donc y compris les Services Publics actuels.

Ces accords ne passent pas par les parlements nationaux. Pire, si un Etat ne respecte pas l’accord signé, un tribunal créé par l’OMC, l’ORD, peut le sanctionner et demander l’indemnisation de toutes les entreprises privées qui s’estiment lésés.

Seul le droit commercial compte. Haro sur le droit environnemental et social !

Les accords AGCS, ne doivent se fonder que sur le droit commercial international. Le droit social et le droit environnemental ne doit pas entrer en compte dans les négociations.

Les technocrates internationaux auront pour tâche de vérifier si ce droit commercial international sera bien respecté.

A  Hong-Kong, l’OMC est sortie victorieuse de l’échec de Cancun de septembre 2003.

La déclaration finale entérine la poursuite  du cycle des négociations commerciales. Ce sont les pressions des ministres européens et de la commission européenne, et du représentant américains qui ont fait reculer les pays émergents ou pauvres. Ceux-ci n’ont pas voulu prendre la responsabilité d’un échec.

Ce texte qui sera techniquement mis au point à partir du 30 avril 2006. Il laisse grandes ouvertes les portes aux intérêts des pays riches.

Suite désastreuse dans quelques mois.

********************************************************************************************

Agir au Cannet-Rocheville        

Héliane LONGERE

 

 

 

 

Conseillère Municipale Verte au Cannet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                 

Le principe de
précaution ? Le Cannet-Rocheville ne connaît pas …

 

 

 

La municipalité TABAROT (UMP) est complètement autiste et reste sourde aux actions citoyennes que les Verts soutiennent activement et aux interventions de la Conseillère écolo Héliane LONGERE en Conseil Municipal dont Nice-Matin se fait pourtant largement l’écho.

·                    Les antennes de téléphonie se multiplient et se dissimulent dans les cheminées tout près des écoles. Tant pis pour les enfants ! (dès 45 minutes d’exposition à 0,6 volt/mètre de micro-ondes pulsées l’encéphalogramme est perturbé).

·                    La Cantine scolaire :   3 beefs bio … par trimestre, des desserts et des laitages bourrés d’OGM tous les jours.

·                    L’incinérateur d’Antibes, dont le Cannet est co-propriétaire : les vents d’Est, après avoir arrosé Antibes et Vallauris, ramènent sur la ville les fumées de l’incinérateur chargées de dioxine… mais Le Cannet continue de remplir le four sans promouvoir activement le tri sélectif et la

valorisation des déchets (rentabilité oblige !)

 

Vie citoyenne ?   le Cannet-Rocheville ne   connaît pas davantage …

 

·                     Quelle Communauté d’agglo ? l’objectif du Cannet est d’essayer de fourguer ses logements sociaux inexistants du côté de l’agglo de Grasse, ses gens du voyage du côté de Cannes-Mandelieu, ses machefers du côté de Gourdon… Solidarité, connaît pas.

·                    Démocratie ? une inconnue dans le vocabulaire comme dans la pratique : opposition muselée (une seule intervention de 3 minutes pour les 5 opposants par question en Conseil Municipal), aucun journal municipal ouvert aux conseillers « une équipe pour une ville citoyenne ? ».

 

Décret Jospin ignoré et 4 Conseillers municipaux par an : le minimum ! Le fait du prince règne au Cannet-Rocheville.

·        Vie associative ? on ferme et on municipalise : MJC des Campelières,  Le Cannet Cinéma, Foyer Emile Roux … Sans allégeance au Maire pas de survie ! A qui le tour ?

 

Voilà un tableau très loin d’être complet … (circulation asphyxiée, pollution maxi, pas de PDU, insuffisance de crèches, pas de logements pour actifs, pas de PLU, pas de concertation, pas de salles de réunions, pas de vie de quartier, etc…)

Dur dur d’être Conseillère écolo au Cannet ! Heureusement une équipe citoyenne fermente bien… et elle s’alimente bien aussi avec une AMAP, «  les paniers de la Siagne  », créée en décembre 2005.

 

Même sans illusion immédiate, nous continuerons d’intervenir et d’agir avec toutes les associations qui résistent.

Notre convivialité et nos convictions auront raison de l’autisme de plus réactionnaire.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Faire front pour défendre la langue et la culture.

 

 

Chers amis  - Braveis  amics ,

 

 

 

 

A la veille du grand rassemblement de Carcassonne, pour la défense de la langue et de la culture d’Oc, nous tenons à vous assurer de notre solidarité et de notre soutien dans votre combat  pour  le respect  de la diversité linguistique et des droits culturels.

Il serait grand temps que des mesures  de justice soient prises pour la sauvegarde des langues de France, et  en particulier pour l’occitan qui est l’une des plus menacées, notamment en lui donnant toute sa place à l’école, dans les  médias et dans la vie publique

Notre Région  PACA est directement concerné, le provençal, le niçois et l’alpin étant des rameaux de la langue d’Oc, et nous, Conseillers Régionaux soussignés, en sommes conscients et soutenons vos revendications.

Si nous ne pouvons pas être présents le 22 octobre, nous serons de cœur avec vous et Monsieur Marcel MEAUFRONT, militant occitan de Provence nous y  représentera.

 Per ganhar fau luchar toteis ensèms.   Bòn coratge  en totei !

  (traduction : Pour gagner il faut lutter tous ensemble. Bon courage à tous ! )

Signataires :

M.Edgar MALAUSSENA (Conseiller  Régional Verts des Alpes Maritimes, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- Mme Juliette LE ROUX-CHESNEL(Conseillère Régionale Verts des Alpes Maritimes, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- M.Gérard AZIBI (Conseiller  Régional Verts des Bouches du Rhône, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- Mme Chantal LAMOUROUX(Conseillère Régionale Verts du Vaucluse,Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)  

 

Les discours  de soutien et de défense de langues d 'OC ont été prononcés sous la tour de la Vade.

Pari  réussi de l’appel des cinq organisations occitanistes pour la défense de la langue d’Oc le 22 octobre dernier. le rassemblement  comptait  plus de 10 000 manifestants à Carcassonne. Un immense cortège coloré et musical a traversé Carcassonne jusqu’à la Cité 

       

 

 

 

 

 

Une masse impressionnante de manifestants : des jeunes, des enfants qui criaient  et chantaient plus fort que les adultes, des vieux à béret, des cravatés, des barbus à lunettes, des écharpes tricolores, des dames à talons et des jeunettes nombril  à l’air. Un peuple vivant et qui a l’intention de le rester. Tout cela Samedi 22 octobre dans les rues de Carcassonne est probablement le début de quelque chose.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 13:41
Sept semaines d’activités d’Edgar, au galop !
Du 1er novembre au 18 décembre 2005    


L’urgence est sociale et environnementale.
   
Nous avons besoin
d’une écologie de la
Transformation

Soyons solidaires de tous ceux qui veulent changer le système



Notre monde a besoin
de services publics


Partager cet article
Repost0
29 décembre 2005 4 29 /12 /décembre /2005 14:30
La décroissance   par  Mr Michel REMY le 22/12/05
 
Depuis 1950, différents auteurs et chercheurs naturalistes ont essayés d’alerter les gouvernements et le grand public, sur les déséquilibres écologiques qu’ils constataient. Notamment Fafied OSBORN, le président de la société zoologique de New York qui sera un des premiers à s’inquiéter des menaces qui pèsent sur la terre, « il estime que la poursuite des destructions naturelles, au rythme d’alors, ne laisse plus, avant la crise finale que, un siècle de vie à l’homme ».
A ces considérations d’inspiration naturaliste, Fafied OSBORN joint aussi des propos d’inspiration écologiques. En effet, si la nature est belle, elle est surtout une sorte de machine, dont les différents éléments sont interdépendants. Attenter à l’un d’entre eux, risque de porter préjudice à l’ensemble.
En 1969, le courrier de l’UNESCO publie un numéro prémonitoire intitulé  «  Notre planète devient-elle inhabitable ».
Un peu plus tard, Aurelio PECCEI et Alexander KING, qui exercent des responsabilités importantes à l’OCDE décident de convier trente économistes et scientifiques à une réunion privée, en vue d’étudier l’impact des activités humaines. Le Club de Rome est né.
Pour atteindre les finalités qu’il s’est donné : c'est-à-dire effectuer une recherche de prospective sur le dilemmes de l’humanité, le club de Rome désigne une équipe de chercheurs pluridisciplinaires. Ce sera une équipe du Massachusette institut of technology, « MIT », qui mènera à bien cette recherche. En 1972 sortira le rapport au club de Rome, sur « Les limites de la croissance » et non pas, « Alte à la croissance », comme le traduit la malencontreuse édition française du premier rapport. Ce travail provoquera un véritable séisme dans les pays occidentaux.
Pourtant, rien de bien nouveau dans ce rapport. Depuis de nombreuses années, les écologues et naturalistes ont démontrés que la terre n’a pas de ressources illimitées et qu’il est inconséquent d’envisager une croissance infinie, sans compter avec les méfaits occasionnés par des technologies irrespectueuses de la complexité des mécanismes propres aux écosystèmes.
Le rapport sur les limites de la croissance avait pour ambition de rendre compte de l’état matériel du monde ; cette fois la semonce du club de Rome a été bien entendu.
Le premier rapport développait 5 points clés ; la croissance démographique et les conséquences de la croissance économique – les pollutions divers – les déchets – l’épuisement des richesses naturelles.
En réponse à ce travail, les critiques furent vives, et reprochaient au rapport que, les paramètres utilisés étaient trop peu nombreux, et surtout, de ne pas tenir compte des différences entre nations, ni des différences entre la répartition des populations, et des inégalités entre le Nord et le Sud, enfin la non prise en compte, des facteurs sociaux et politiques.
A ces critiques, le Club de Rome répondra, par la parution d’au moins quatre autres rapports et notamment par celui de l’année 1976. Ces rapports successifs corrigeront les positions du Club de Rome, dans le sens d’une plus grande attentions aux pays en voie de développement, aux causes des inégalités, et aussi, et surtout, par l’élargissement des paramètres initiaux, et leur nombre. Mais ne remet pas en cause les finalités et les conclusions du premier rapport. Le Club de Rome estime avoir atteint ses deux objectifs escomptés : connaître les limites de l’écosystème global (la biosphère) et ce qu’elle est capable de supporter. Plus tard, dans un autre rapport, le Club de Rome, reconnaîtra la nécessité d’une nouvelle éthique et la recherche d’un état d’équilibre, tant sur le plan démographique que matériel pour nos sociétés, et d’une amélioration des conditions de vie dans les pays en voie de développement, ainsi qu’une reprise en main du politique sur l’économique.
Sur le thème des limites de la croissance, d’autres travaux et  rapports verront le jour, chacun apportera sa dose de critique, mais aussi sa contribution dans les propositions, qui forme, maintenant, le corpus de l’écologie politique.
En 1983, l’assemblée générale de l’ONU crée la commission mondiale sur l’environnement et le développement, (CMED), et lui fixe trois missions : réexaminer les grandes questions relative à l’environnement et formuler des solutions réalistes – proposer des changements et des coopérations, en conséquence. Cette commission est placée  sous la présidence de la travailliste Norvégienne Gro Harlem Brundtland, premier ministre de Norvège de l’époque.
Cette commission est composée de six commissaires pour les pays riches, occidentaux, trois pour les pays de l’est et de douze pour les pays en voie de développement, ainsi que des comités d’experts.
C’est en 1987 que la commission publie «  le rapport Brundtland ». Si le rapport reconnaît l’urgence et la gravité des problèmes de l’environnement, il y associe la nécessité d’un développement mondiale soutenable, pour répondre aux problèmes cruciaux de notre temps, et met l’accent sur les inégalités et la pauvreté dans le monde, qui doit être considère comme une véritable pollution.
Que devient présentement ce concept de limitation et même de réduction de la croissance économique ?
Alors que les problèmes écologiques planétaires, loin de s’atténuer, ont pris une telle ampleur que le concept de développement durable, est bien loin de sembler suffisant, à de très nombreux écologistes radicaux, pour contrer le productivisme, devenu plus offensif que jamais, il ne fut, et pour inversé l’idéologie de la croissance sans limites, qui trouve en elle-même tout ce qui est nécessaire au productivisme, pour fonctionner au moral comme au physique, en légitimant et naturalisant tout ce qui existe.
L’idée de décroissance est donc toujours présente dans les milieux écologistes, mais elle s’exprime principalement par une démarche individuelle, dans l’espoir de participer à la formation d’une société de la frugalité, voir, une démarche de l’individu, vers une « pauvreté volontaire ».
Mais cela ne veut dire que toute action collective soit abandonnée, et certains d’entre nous, pour s’en tenir aux participants de la réunion, voient l’action à entreprendre dans la revalorisation et la prédominance du politique, sur l’économique et la constitution d’un rapport de force, avec le mouvement social, afin que le rapport de force nous soit favorable.
Pour cela, il nous manque un véritable projet de société d’ou pour Serge Latouche, « le besoin de concevoir des outils robustes qui nous permettraient qui nous permettraient de défendre nos positions et nos choix avec le plus de clarté possible, des outils utiles pour construire un monde humainement vivable et non productiviste ».
Pour terminer, je dirais que le concept d’écodéveloppement me semble être le plus approprié, celui qui permet le mieux de conceptualiser cette démarche, pour répondre à la nécessité, devenue évidente, d’une certaine décroissance matérielle et économique, pour lutter contre le productivisme prédateur et ravageur. A celui-ci nous opposerons un développement qualitatif, une répartition équitable du travail utile pour tous, mais aussi des revenus de ce travail, ainsi que la revalorisation des valeurs qui fonde l’humanisme, et tende la vie humaine.
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2005 6 17 /12 /décembre /2005 00:00

Ø      Au centre, les élus régionaux : Aschiéri, Guigo, Malausséna, ainsi que Mirauchaux (à droite).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etaient présents :

 

 

De nombreux membres du Collectif 06 Pour la Défense des Services Publics, des communistes, des Verts, des centristes, des socialistes, des alternatifs, des sans appartenance, des membres d’ATTAC-06, du Collectif de l’ECODEVELOPPEMENT, du MRAP…

 

 

 

 

Soirée Villars-sur-Var.

 

 

Salle des fêtes de Villars. Noël des enfants des sapeurs pompiers volontaires.

 

 

 

 

 

 

 

 


*       Dimanche matin 17 12 2005. Mairie de 9 h à 12 h. Dossiers et courriers.

 

 

 

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

 

 

Annexe 1.

 

 

 

 

Déclin de la politique des déchets ménagers en Région PACA ?

 

 

 

 

Avis du Conseil Economique et Social Régional. Orientations budgétaires, année 2006.

 

 

« Environnement Energie.  Environnement. Les orientations budgétaires pour l’année 2006, dans la continuité de l’année 2005, font apparaître une réorientation de la politique en faveur de la gestion et du traitement des déchets ménagers qui n’apparaît plus avec la même priorité que la protection des milieux naturels et la gestion de l’eau ».

 

 

Avis d’Edgar Malausséna Conseiller Régional délégué aux déchets.

 

 

« Dès le début de mon deuxième mandat, j’ai été contré par Mme A. Delhaye, Vice Présidente à l’Ecologie et au Développement Durable. Celle-ci n’était pas favorable au tri compostage, malgré ses dénégations publiques.

 

 

En 2005, le partenaire de la Région , à savoir l’ADEME a continué à diminuer ses crédits déchets, et à augmenter ses crédits sur les énergies.

 

 

Au lieu de compenser cette diminution sur les déchets, et de pousser l’ADEME à s’investir encore plus sur les énergies, la Vice Présidente est allée dans le même sens que l’ADEME, sur le plan des financements.

 

 

Ma position aurait permis de pratiquer  une politique autonome régionale vis-à-vis de l’ADEME (pro-incinératrice), et donc de l’Etat, et ainsi d’approfondir les critères du tri compostage.

 

 

J’ai résisté à ces évolutions, j’ai été même contraint d’envoyer des mails au Cabinet du Président pour demander des rectifications.

 

 

Je précise, qu’à la vue d’un projet qui divisait par deux le budget déchets, j’ai entrepris les démarches nécessaires, et les autorités de la Région m’ont entendu. Le budget déchet retrouve les montants de l’année passée. Mais le recul sur ce domaine reste sensible.

 

 

 

 

Edgar Malausséna Conseiller Régional délégué aux déchets.  le 16 12 2005 ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 09:41

Monsieur le Vice-Président du Conseil Général,

Mesdames et Monsieurs les élus,

Mesdames et Monsieurs les responsables de la Gendarmerie,

Mesdames, Mesieurs,

 

Retenu par mes obligations, hors de ce département, j'ai souhaité confier à Monsieur Béjot, adjoint au Maire de Villars-sur-Var, le soin de porter mon message lors de la cérémonie de prise de commandement du Gendarme GULLY, à la brigade de proximité de Villars-sur-Var sous l'autorité du Capitaine Royer.

Je souhaite rappeler en ces circonstances, l'importance de la présence de la gendarmerie en milieu rural.

En effet, après les crises en banlieues urbaines, chacun à pu constater combien nos campagnes ont été épargnées.

Cette tranquillité n'est pas due à l'absence de problème chez nos jeunes mais : - parce qu'un mode de vie plus détendu, des élus connus de tous, des gendarmes locaux capables de parlementer, de discuter, de donner confiance sans punir, permettent de créer des rapports de proximité plus forts qu'ailleurs.

Lors de nos rencontres avec le gendarme GULLY, il est apparu que nous avions des vues assez proches sur les questions concernant la vie quotidienne, les contraventions ou le civisme.

Ensemble nous avons convenu qu'il fallait être proches des habitants tout en étant capables d'êtres fermes lorsque cela devenait nécessaire.

Ensemble nous avons convenu qu'il s'agissait d'avertir plusieurs fois les contrevenants, afin que ceux-ci puissent prendre la mesure de la sanction encourue en ne respectant pas les lois.

Ensemble nous avons convenu qu'il s'agissait de rester régulièrement en contact, afin d'être en phase, lors de potentiels moments difficiles.

Il faut le dire, il faut l'affirmer, cette méthode fonctionne plutôt bien.

Ceux qui souhaitent ne pas être écrasés par les règlements tracassiers, trouveront leur compte dans cette pratique. 

Ceux qui souhaitent connaître une vie paisible pourront constater que progressivement le quotidien s'améliore.

Ceux qui ne respectent rien, pourront comprendre qu'au delà de certaines limites les autorités entrent en action, en mesurant bien le degré de délinquance constaté.

Bien sûr, il ne faut pas confondre, rôle du gendarme et celui de l'Educateur Spécialisé.

Mais, dans notre zone rurale et montagnarde, il faut bien reconnaître qu'en l'Absence d'Educateurs, c'est souvent la conjonction de l'Ecole, de la Municipalité et de la Gendarmerie, qui permet de réguler les rapports sociaux qui sont de plus en plus difficiles.

Par crainte du lendemain, par la difficulté à s'assumer sans tomber dans la consommation souvent superflue.

Bien sûr, nous ne sommes pas naïfs.

Nous savons qu'il ne nous est parfois pas possible de maîtriser  les situations.

Nous savons que des actes doivent êtres interdits, sous peine de dérapages et de contagions de proches  en proches.

Bien sûr, nous savons tous, que des pratiques peu citoyennes sont perpétrées par des personnes de toutes catégories et de tous âges.

Dans ces cas là, alors nous sommes contraints de sévir, par nécessité.

Gendarme GULLY, je ne peux que me féliciter de notre collaboration récente au sein de la brigade de proximité de Villars-sur-Var. 

Je l'espère durable et constructive pour le village et l'intercommunalité.

Au nom du Conseil municipal, je vous souhaite la bienvenue dans votre nouvelle affectation.

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 00:00

*    Jeudi 15 12 2005.

 

 

 

Matin Nice. de 8h 30 à 12 h 30 Antenne du CR Dossiers et courriers. Départ pour Villars.

 

 

 

 

 

 

Après-midi Villars-sur-Var.

 

 

 

           NON A L’AGCS !

 

 

 

        OUI AUX SERVICES PUBLICS !

 

 

 

 

 

 

13 h 30 une délégation, d’élus villarois, manifeste son attachement aux services publics, et son hostilité à l’Accord Général du Commerce et des Services.

 

 

 

 

 

 

Après-midi Villars-sur-Var. Sources villaroises.

 

 

 

A 14 h : compte-rendu sur les sources villaroises. Retour au domicile de Nice à 20 h.

 

 

 

La commune de Villars-sur-Var, dans le cadre d’un dispositif mis en place par l’Association Départementale de l’Economie Montagnarde, a décidé de recenser son patrimoine « sourcier ».

 

 

 

A ce jour 36 sources ont été recensées sur le territoire, et on est encore loin du compte.

 

 

 

 

 

 

On reconnaît de gauche à droite, M. R. Delfino Conseiller Municipal, M. M. Depretz (ONF), l’équipe de M. Mary, M. Mari Conseiller Général, M. E. Malausséna Maire de Villars, M. A. Aubert (ancien adjoint au Maire).

 

 

 

Nota : M. Fernandez (premier adjoint), grand initiateur de

 

 

 

cette opération, n’est pas sur la photo, et pour cause ! C’est

 

 

 

lui qui est derrière l’objectif.

 

 

Ce jeudi est le jour du premier compte-rendu du recensement, en présence de M. Gilbert Mari, Conseiller Général de Breil sur Roya, responsable de l’ADEM et de son équipe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 16 12 2005. Plénière Marseille, Hôtel de Région.             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              

 

 

 

 

 

 

Gérard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Juliette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Chantal

 

 

 

 

 

 

       Edgar

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le déroulé de la plénière est joint en annexe. Ceux de nos concitoyens qui souhaitent en savoir plus, peuvent nous contacter.

 

 

 

 

 

 

*    Samedi 16 12 2005.

 

 

 

 

 

 

Matin Villars. Mairie De 9 h à 12 h 30.

 

 

 

 

 

Après-midi Nice.

 

 

 

 

 

LE MONDE A BESOIN DE VRAIS

 

 

 

SERVICES PUBLICS

 

 

 

 

 

 

 A 14 h : réunion et conférence de presse   organisée par le Collectif 06 de Défense des Services Publics.

 

 

 

Etaient présents des Maires, des Adjoints, des Conseiller(e)s de communes des Alpes-Maritimes, des Conseillers Régionaux et un Conseiller général (P. Cuturello). Tous contre l’Accord Général du Commerce et des Services.

 

 

 

 

 

 

Ø      On reconnaît des élus d’Utelle, Mouans-Sartoux, Villars-sur-Var, Beausoleil, Carros, Valbonne, Nice, Le Cannet, Le Broc, Contes, Saint Laurent du Var…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 00:00

Semaine du 21 au 27 novembre 2005.

 

 

 

 

*      Lundi 21 novembre 05.

 

 

Matin Nice. 8 h 30 à 12 h : Antenne C.R.. Dossiers.

 

 

Après-midi Marseille. Départ 12 h. Réunions de 14 h à 16 h 30.

 

 

Soir Nice. Réunion groupe de travail autour de l’écodéveloppement. Retour domicile 23 h.

 

 

 

 

*      Mardi 22 nov 05.

 

 

Matin Aix. Départ pour : ARPE 9 h. Réunion Commission Technique Paritaire avec les salariés jusqu’à 11 h 30. Départ pour Villars-sur-Var.

 

 

Après-midi Villars. De 14 h 30 à17 h. Mairie.

 

 

Soir Nice. De 17 h à 20 h. Conseil d’Ecole. Retour Domicile Nice 21 h.

 

 

 

 

*      Mercredi 23 nov 05.

 

 

Matin Nice. De 8 h à 10 h. Antenne du C.R. Dossiers et courriers. Réunion avec Qualitair.

 

 

 

 

Après-midi Nice. De 11 h à 13 h. Lycée Calmette.

 

 

 

 

I

 

 

nauguration de la Plaque des élèves juifs du Lycée Calmette de Nice, déportés sans retour, durant la deuxième guerre mondiale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eliane Guigo Conseillère Régionale, Juliette

 

Chesnel Le Roux Conseillère Régionale,

 

 

 Edouard David Maire de St Léger.

 

 

 

 

 

 

Après-midi. Inauguration de la nouvelle Antenne Régionale à Nice.    De 15 h 30 à 17 h 30.

 

 

 

 

 

A

 

 

utour de Michel Vauzelle, on reconnaît les élus régionaux : P. Allemand, C. Mirauchaux, AJ Clary,  P. Gérard, G. Piel,  A. Mouton,  P. Bernarsconi, J. Chesnel-Le Roux, E. Malausséna. (D’autres élus sont dispersés dans la salle).

 

 

 

 

 

 

*       Jeudi  24 novembre 2005.  

 

 

Matin Nice. 8 h à 13 h. Antenne du C.R. Dossiers et courriers.

 

 

Après-midi Villars. De 14 h 30 à 18 h. Mairie.

 

 

Soir Nice.. 18 à 21 h 30. Nice Réunion Interassociative sur les Energies.

 

 

 

 

*      Vendredi 25 novembre 2005.  

 

 

Matin Villars-sur-Var. 9 h à 12 h 30 Mairie: réunion du Maire et des Adjoints.

 

 

Après-midi Villars. 14 h à 18 h 30. Mairie, dossiers et réunions avec particuliers.

 

 

Soir Villars. 8h 30 à 11 h. Conseil Municipal.

 

 

 

 

*      Samedi 26 novembre 2005.  

 

 

Matin Villars. De 8h 30 à 18 h 30 Mairie, dont réunion du CCAS.

 

 

Après-midi Mouans-Sartoux. 14 h à 17 h 30. Château de Mouans-Sartoux. Collectif 06 pour la défense des services publics. Forum sur l’AGCS et l’autogestion.

 

 

 

 

*      Dimanche 27 novembre 2005.  

 

 

Matin Villars. Mairie.

 

 

Après-midi Villars. Salle des fêtes. De 15 h à 19 h. Réunion culturelle « Franco-Nissart ».

 

 

 

 

Semaine du 28 novembre au 4 décembre        

 

 

 

 

*      Lundi 28 nov 05.

 

 

Matin Nice. 8 h 30 à 12 h : Antenne du C.R. Dossiers et courriers.

 

 

Après-midi. Relâche pour raison de santé.

 

 

 

 

*      Mardi 29 novembre 05.

 

 

Matin Villars Départ de Nice à 7h 30 h. Mairie. Réunion Maire-Adjoints de 9 h à 13 h :

 

 

Après-midi Villars. Mairie e 14 h à 18 h 30. Arrivée domicile Nice 19 h 30.

 

 

 

 

*      Mercredi 30 novembre 05.

 

 

Journée Nice. De 8 h à 17 h 30. Antenne du C.R. Dossiers et courriers.

 

 

Soirée Carros à 18 h.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2005 7 20 /11 /novembre /2005 21:05

Faire front pour défendre la langue et la culture.

 

Chers amis  - Braveis  amics ,

 

A la veille du grand rassemblement de Carcassonne, pour la défense de la langue et de la culture d’Oc, nous tenons à vous assurer de notre solidarité et de notre soutien dans votre combat  pour  le respect  de la diversité linguistique et des droits culturels.

Il serait grand temps que des mesures  de justice soient prises pour la sauvegarde des langues de France, et  en particulier pour l’occitan qui est l’une des plus menacées, notamment en lui donnant toute sa place à l’école, dans les  medias et dans la vie publique.

 Notre Région  PACA est directement concernée, le provençal, le niçois et l’alpin étant des rameaux de la langue d’Oc, et nous, Conseillers Régionaux soussignés, en sommes conscients et soutenons vos revendications.

Si nous ne pouvons pas être présents le 22 octobre, nous serons de cœur avec vous et Monsieur Marcel MEAUFRONT, militant occitan de Provence nous y  représentera.

 Per ganhar fau luchar toteis ensèms.   Bòn coratge  en totei !

  ( traduction : Pour gagner il faut lutter tous ensemble. Bon courage à tous ! )

  Signataires :

M.Edgar MALAUSSENA (Conseiller  Régional Verts des Alpes Maritimes, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- Mme Juliette LE ROUX-CHESNEL(Conseillère Régionale Verts des Alpes Maritimes, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- M.Gérard AZIBI (Conseiller  Régional Verts des Bouches du Rhône, Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)- Mme Chantal LAMOUROUX(Conseillère Régionale Verts du Vaucluse,Membre du Collectif pour l’écodéveloppement)

 

 

Les discours  de soutien et de défense de langues d 'OC ont été prononcés sous la tour de la Vade

 

 

Pari réussi de l’appel des cinq organisations occitanistes pour la défense de la langue d’Oc le 22 octobre dernier. le rassemblement  comptait  plus de 10 000 manifestants à Carcassonne. Un immense cortège coloré et musicale à traversé Carcassonne jusqu’à la Cité

      

 Une masse impressionnantes de manifestants : des jeunes, des enfants qui criaient  et chantaient plus fort que les adultes, des vieux à béret, des cravatés, des barbus à lunettes, des écharpes tricolores, des dames à talons et des jeunettes nombril  à l’air. Un peuple vivant et qui a l’intention de le rester. Tout cela Samedi 22 octobre dans les rues de Carcassonne est probablement le début de quelque chose.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2005 4 17 /11 /novembre /2005 11:20

 

« l’eau est un bien public. C’est pourquoi, à l’initiative de Danielle Mitterand s’est tenue une réunion à Varages qui a lancé l’appel suivant : 

           

 

Appel de Varages

 

Pour le service public de l’eau potable en France

 

 

Appel aux élus et usagers des communes et intercommunalités pour une gestion publique de l’eau potable en France.

 

 

Que tous mutualisent leurs expériences et créent les outils pour s’engager ou accompagner ceux et celles qui souhaitent le retour à une gestion publique transparente et démocratique de l’eau potable dans leur commune ou leur intercommunalité.

 

 

Cette prise de conscience est d’autant plus urgente que la dégradation et la mondialisation de la gestion de l’eau sont coordonnées par l’Organisation Mondiale du Commerce. Le risque est donc que les communes ne puissent plus revenir en gestion publique.

 

L’eau, patrimoine de l’humanité, qui est de la responsabilité des collectivités locales depuis la Révolution française, doit rester un droit et ne peut être gérée selon les règles du marché.

 

 

 La gestion de l’eau doit être IMPERATIVEMENT exclue de la directive Bolskenstein.

 

Il faut savoir que 60 %  des communes françaises ( 80 % des usagers) ont délégué la distribution de l’eau aux trois grands groupes privés.

 

Et que lorsqu’une société privée gère l’eau potable d’une commune, les usagers paient une facture en moyenne 27 % supérieure à la facture d’une régie publique et jusqu’à 44 % dans le cadre d’une intercommunalité*.

 

 

Nous ne pouvons plus accepter que ces sociétés d’affermage continuent à afficher des bénéfices importants vis-à-vis d’un service public essentiel pour tous.

 

Ensemble, faisons la démonstration collectivement que le retour en régie du service public de l’eau est la seule garantie d’une gestion rigoureuse et de qualité, garantissant à tous un accès à l’eau potable.

 

Nous invitons tous les élus et l’ensemble des citoyens à nous rejoindre dans cette résistance.

 

 

LES ELUS ET ACTEURS SOCIAUX REUNIS A VARAGES CE 14 OCTOBRE 2005.

 

D. Mitterrand (Présidente de France Libertés) – M. Partage ( Maire de Varages – PS) – C. Castaner (Vice-Pdt du Conseil Régional de PACA – PS) – J. Canapa (Vice-Pdt du Conseil Régional de PACA – PC) – J.L. Bennahmias ( Eurodéputé – les Verts) – G. Bono (Eurodéputé – PS ) – J.C. Lefort (Député- PC) – N. Mamère ( Député – Les Verts) - G. Perrin-Gaillard (Député – Les Verts)-J.M. Coppola (Conseiller Régional de PACA – PC) – P. Salvodelli (Vice-Pdt du Conseil Régional du Val de Marne – PC) – Ch. Martin (Conseiller Régional de PACA – PS) – K. Bensaada (Conseiller Régional de PACA – PS) – C. Nivou (Conseiller Régional de PACA – PS) – J-C. Magalhaes ( Adjoint au Maire de Cherbourg – les Verts) – R. Avrillier (Conseiller Communautaire de l’Agglomération de Grenoble) – M. Giovannangeli ( Adjointe au Maire de Aubagne – PC) – R. Balme ( Secrétaire Général du Réseau national des Elus et Collectivités Hors AGCS) – J.L. Touly ( Président de ACME France)...

 

 

 

 

J’étais retenu par de grandes affaires ce jour là.

C’est pourquoi un responsable de l’ARPE m’a représenté.

Je suis de tout cœur solidaire de cet appel.

Edgar Malaussena.

Partager cet article
Repost0