Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 15:05

Le vendredi 19 septembre 2008, à Saint-Martin-de-Crau; sur ce site emblématique « l’étang des Aulnes » s’est tenue la première Journée interrégionale des réseaux d’acteurs en Gestion locale et concertée des milieux aquatiques

 

 Cette journée est une réussite sur tous les plans. Elle  a réuni plus de 80 participants associatifs et institutionnels sur  différents territoires. Les quatre coorganisateurs : « l’association rivière Rhône et Alpes, l’association rivière Languedoc Roussillon, l’association demain deux berges sur les territoires de Midi Pyrénées et d’Aquitaine et le réseau  des gestionnaires de milieux aquatiques de Provence Alpes Côte d’Azur animé par  l’ARPE PACA. »

 

Ce regroupement d’experts et des hauts techniciens met son savoir faire aux services des élus et des collectivités locales et nationales pour une même problématique : la gestion durable de l’eau.

Les acteurs de cette journée interrégionale des réseaux œuvrent pour les mêmes objectifs : 

 

*                 Le partage des expériences et des méthodologies,

 

 

*       la sensibilisation à une politique globale et concertée  des milieux aquatiques par l’information et la formation des acteurs locaux afin que soit prise en compte la gestion de l’eau dans les projets d’aménagement territoriaux.

La présentation historique des structures en réseaux,  montre qu’elles sont nées d’un réel  besoin. Avant les années 80, il n’existait pas de rassemblements de techniciens experts dans les milieux de la gestion locale de l’eau.

La présentation des cas pratiques a débuté en fin de  matinée et s’est poursuivit après le repas de midi.

On peut citer :

*         L’intervention  de M. F. RE de l’institution ADOUR par la prise en compte dans la gestion des cours d’eau. Cette présentation a été saluée pour sa précision et a montré qu’une association peut monter un projet quinquennal de grande envergure avec un plan de financement de 4 700 000 €.

*       Le montage de projet européen par l’association Rivière Rhône Alpes présenté par N. Valé

La pollution diffuse par l’association Rivière Languedoc Roussillon présenté par M. M. Servaire.

Un questionnaire d’évaluation de cette première journée a été distribué aux présents.

En conclusion de cette journée, l’eau est le patrimoine commun aux régions, les moyens techniques, financiers et humains existent, il convient de les fédérés pour une gestion durable.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 14:36

 Rencontre de l’Altermondialisme et de l’Ecologie.


 

ATTAC. J’en étais resté aux divisions et aux problèmes que l’association avait connus lors de la volonté de certains de ses membres d’en faire un parti politique ou de la récupérer au profit de partis politiques.

J’avais donc quelques appréhensions. Mais bon, il vaut mieux être déçu que de ne pas savoir.

Et bien, non seulement je n’ai pas été déçu, mais en plus j’ai retrouvé un goût pour la politique que je croyais avoir un peu perdu.

Cette façon militante et bon enfant de présenter des choses bien compliquées comme les philosophes allemands qui ont dès les années trente compris que le capitalisme ce n’était pas qu’une machine économique mais aussi un système pénétrant la vie psychique la plus intime, a réveillé l’envie d’apprendre encore un peu.

 

Cette façon d’exprimer la solidarité internationale en donnant la parole à des envoyés du Mexique représentant le Congrès des populations indigènes ou de l’Afrique avec un Maire Touareg, ça vous fait mesurer combien nous devons apprendre des autres et relativiser notre européocentrisme.

 


C
ette façon de présenter les mécanismes de l’exploitation et de la domination comme un tout anti écologique et antisocial.

 

Cette façon de faire contribuer les inscrits en leur demandant de laver leur vaisselle et de manger bio dans un parc bien propre mais sans trop.

 

Cette façon de donner à chacun sa place : réseau contre le nucléaire, radio locale, livres alternatifs,  réseaux de soutiens aux sans papiers, engendre une étonnante unité …

 

 

Voilà les quelques raisons qui vont sûrement donner un nouveau souffle à ATTAC qui prépare déjà les nouveaux forums  mondiaux et locaux.

 

Je ne sais pas où se tiendra la nouvelle université d’été d’ATTAC l’an prochain, mais sans aucun doute j’y  serai.

 

Edgar Malausséna.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 12:11

Soirée culturelle organisée par les Associations ACCA et Hardy

Le 31 mai 2008 place Garibaldi à Nice les artiste africains nous ont donné de grandes joies.

Un film, d’un jeune réalisateur concernant la ville de Pointe-Noire au Congo Brazzaville, a été présenté à un public très majoritairement africain.

Edgar Malausséna a pris la parole et a assuré le Président de l’ACCA de toute la l’aide de la Région.

T. Mantsounga Président de l’ACCA

Les associations : « ACCA, Hardy, Aide », en lutte contre le SIDA

Le 14 juin, au restaurant du théâtre de Nice, ces trois associations avaient organisé une soirée repas pour sensibiliser les milieux africains aux questions du SIDA. La soirée fut instructive, militante, culturelle.


E
dgar Malausséna représentait le Conseil Régional et la ville de Nice avait délégué deux élues.

Edgar a insisté sur l’idée qu’il ne fallait pas transformer les victimes en coupables et chercher les causes fondamentales des difficultés africaines, dans le colonialisme, le néocolonialisme et la mondialisation…

Rencontre de football et Forum des Entrepreneurs Africains


L
e 10 août au Stade de l’Oli à la Trinité les Associations ACCA et Hardy ont organisé le traditionnel tournoi de football interafricain.

Innovation, le Forum des entrepreneurs africains.

Bilan un peu mitigé pour la première fois. Mais, les organisateurs vont mieux se concentrer sur le sujet l’an prochain. Edgar a pu y faire un petit tour le matin.

Fête du partage du 15 août

Depuis des années l’ACCA organisait seule la fête du partage à l’occasion de la fête nationale du Congo Brazzaville. Cette année l’association Hardy y était associée. Beaucoup de monde, un temps magnifique, une ambiance tranquille et souriante, ainsi que des mets de qualité pour chacun. Des africains de diverses nations étaient présents.

Cette position d’ouverture se concrétise de plus en plus grâce à la ténacité des responsables de l’ACCA. 

Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:45

En ce mois de Juin 2008, la Région part en tournée dans tous les départements de la Région pour exposer sa politique culturelle et pour écouter les associations de toutes disciplines.

Le 5 juin c’était dans le tour des Alpes-Maritimes d’entrer dans les Assises Régionales de la culture.

 

L’Etat s’en va et la Région ne peut tout faire.

Les dossiers culturels sont de plus en plus nombreux et pratiquement tous les secteurs arrivent à entrer dans les dispositifs régionaux.

Michel Vauzelle a insisté sur le point central de la politique culturelle nationale. L’Etat se désengage tout autant de la culturelle que de l’aide aux associations.

La Région ne peut pas à elle seule remplacer l’Etat, et l’Etat ensuite accuse les Régions de trop dépenser et de trop augmenter leurs impôts. Incroyable mais vrais.

 

 

Entreprendre au Lycée 

Les jeunes des lycées professionnels ont le droit de créer des entreprises à l’intérieur de leurs établissements.

Ces entreprises ne doivent pas dépasser un chiffre d’affaire de 9000 € par an. Cette année, à Nice, les jeunes créateurs présentaient leurs réalisations « durables ».

De l’imagination à revendre dans les domaines du solaire, de la métallurgie (produire plus propre), des produits alimentaires…

A des années lumières des lobbys de la consommation marchande…

Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:45

 

L

 

e salon bionazur est une véritable institution. Chaque année ce salon, prémonitoire voici quelques dix ans, développe des initiatives qui attirent le grand public, ainsi que les artisans, commerçants, paysans du bio.

Au tout début, il fallait un certain culot pour présenter les producteurs de « viande bio », alors que le bio était associé presque uniquement aux plantes et même aux « végétariens ».

Cette année, la palette s’était élargie aux entreprises qui développent des pratiques dites de « développement durable ».

 


Edgar Malausséna a représenté la Région à la conférence de presse du vendredi 13 juin dans un grand hôtel niçois connu pour son investissement dans les pratiques « bio ».

Edgar a été longuement applaudi lorsqu’il a assuré les responsables du salon de l’aide renouvelée de la Région, et lorsqu’il a rappelé qu’il avait acheté son premier « composteur à lombrics » à un des tous premiers salons bionazur...

Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:38

Transports ferroviaires en Région PACA

Le 5 juin à Nice. Gérard Piel, Vice-Président PACA délégué aux transports, tenait une conférence de presse. Y assistaient des responsables associatifs et Edgar Malausséna, membre de la commission.

Les progrès en matière de ferroviaire sont indéniables, mais le torchon brûle de plus en plus entre la SNCF qui applique les plans de restriction sur l’emploi voulu par le gouvernement et la Région PACA. Les associations ont félicité la Région pour les avancées sur le tracé Nice-Breil, le train des merveilles, les cadencements plus rapides sur les TER, les accès pour handicapés et les projets de développement du Chemin de Fer de Provence.

 

Comité de Ligne des CP à Villars-sur-Var.

Dans sa commune, Edgar Malausséna Président du Comité de Ligne des chemins de Fer de la Provence a accueilli une foule nombreuse venue se renseigner sur les évolutions des CP. Gérard Piel Vice-président délégué aux transports était présent et a répondu aux questions de la salle.

On attend avec impatience les nouvelles rames pour la fin d’année, ainsi que les travaux du Contrat de projets pour un montant de 55 millions d’euro.

Partager cet article
Repost0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 11:41
 

M

 

ichel Vauzelle, Président de la Région PACA déclarait le 31 mai 2008 au Conseil Régional des Jeunes : « Notre jeunesse doit-être considérée non pas comme un problème à traiter mais au contraire comme une chance à saisir ».

Gérard Azibi Conseiller Régional écologiste soutient cette position de toute son énergie. Pour lui : « La jeunesse c’est l’avenir ».

C’est ainsi que pour appuyer cette affirmation, dans le cadre de la prévention de la délinquance, Gérard Azibi a représenté la Région à Marseille, lors de la mise à disposition des sept centres sociaux les plus actifs dans ce domaine, d’un bateau semi-rigide de 22  places. Gérard Azibi, pense qu’il faut toujours lier le sport au social et à l’environnement. Et plus encore lorsqu’il s’agit de la jeunesse.

Partager cet article
Repost0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 16:17

 


Zoom sur UTOPIA

 

UN MOUVEMENT TRANS-PARTI QUI (D)ETONNE !

 

C

e mouvement trans-parti, est né en 2003 au PS, et en 2006 chez Les Verts. Utopia travaille à « l’émergence d’une gauche d’avant-garde fondée sur une identité écologiste, altermondialiste et antiproductiviste capable de transformer la société, de porter de nouveaux idéaux et de les réaliser ».

Ce mouvement très original émerge très lentement puisqu’au dernier Congrès du PS au Mans, il n’avait recueilli que 1,2 % des voix des délégués.

Franck Pupunat, son porte-parole, qui siège au conseil national du PS, n’a pas été découragé par ce score.

Il a réussi à rassembler, depuis, des équipes dans le monde associatif, dans le monde intellectuel…

A

insi, Utopia a développé un cycle mensuel de conférences avec des chercheurs et des universitaires. Sa réflexion, soutenue du vivant d’André Gorz, s’est affinée et se trouve maintenant exposée dans un manifeste publié ce printemps avec un avant-propos de celui-ci.

L

 

a contribution présentée en vue du prochain congrès du PS à Reims démontre une maturation importante.

On y trouve la condamnation du :

-         « dogme de la croissance »,

-         « dogme de la consommation »

-         de « la centralité de la valeur travail »,

Ces trois thèmes étant considérés comme la « triple aliénation » qui constituait déjà le socle de la critique utopienne au congrès du Mans, a pris un tour nettement anticapitaliste.

 

Le capitalisme en « question ».

Le mot « capitalisme » était cité quatre fois dans la contribution de 2005.

Désormais il apparait vingt-neuf fois avec des affirmations du genre :

« Il n’existe pas de bon capitalisme » y lit-on. « C’est un système politique, un système économique, un système social qui régit la quasi-totalité des différentes sphères de la vie des individus ».

 

Le capitalisme doit-être dépassé.

Utopia, s’engage fortement à  travailler au « dépassement » du capitalisme en proposant un « alterdéveloppement », et ce, à condition d’affirmer hautement qu’il s’agit d’une « rupture culturelle qui affiche clairement le primat du politique sur l’économique ».

C

ertains, à la gauche du PS, regardent désormais avec intérêt certain cette  tentative de synthèse des préoccupations écologiques et sociales., que d’autres ont tentés sans succès chez Les Verts. On parle de Laurent Fabius…

La contribution est précautionneuse par moment, mais d’autres textes d’Utopia définissent une orientation radicale qui se trouve être « en rupture avec la vision social-démocrate ».

 

Non à la social démocratie ?

Franck Pupunat a présenté sa contribution, le 2 juillet, devant le conseil national du PS. Le journal Politis écrit : « Les socialistes présents ne l’auront guère entendu dénoncer le fait que le PS ait : « renoncé depuis longtemps à changer en profondeur la société » et « se contente aujourd’hui de proposer des mesures à la marge, des mesures qui rafistoles, sans remettre en cause le système qui crée les injustices ».

Sans doute que l’écoute n’a pas été au niveau de l’innovation, mais cela a été dit et semble plutôt inédit dans le contexte actuel.

Citons avec délice l’exergue de la contribution d’UTOPIA : « Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve ».

 

Utopia et le nucléaire 

« Il est urgent de s’opposer et de stopper les projets de toutes nouvelles centrales en France et dans le monde, et notamment l’EPR »  déclare ce courant « transparti » dans un communiqué. Publié à quelques minutes de départ de la manifestation antinucléaire parisienne, celui-ci estime que : « le programme nucléaire français (…) ne constitue pas une solution de long terme à la crise énergétique mais une fuite en avant périlleuse ».

 

Il signale aussi que : « dans le cadre de sa contribution à la préparation du Congrès de Reims, Utopia appelle le Parti socialiste à prendre ses responsabilités et à privilégier un scénario fondé sur la sobriété, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables » pour « une sortie du nucléaire à l’horizon 2030 ».

 

 

« Sortir Du Nucléaire » a besoin de nous.

Envoyez vos dons 9 rue Dumengue. 69 317 Lyon Cedex 04.

 

 

Campagne nationale du réseau SDN.

Ø    Certains déchets produits par les centrales nucléaires sont dangereux pendant des centaines de milliers d’années.

Ø    Les centrales nucléaires rejettent on seulement des éléments radioactifs, mais aussi des tonnes de produits chimiques nécessaires à leur fonctionnement.

Ø    L’extraction de l’uranium empoisonne l’environnement et les populations.

Ø    Comme le pétrole, l’uranium s’épuise.

Ø    Promouvoir la construction de centrales nucléaires, c’est aggraver la prolifération d’armes atomiques à travers le monde.

Ø    Les centrales nucléaires sont des cibles idéales pour les organisations terroristes.

Ø    Les séismes sont un danger majeur pour les centrales nucléaires.

Ø    Le nucléaire n’est pas une solution au dérèglement climatique, mais il en subit les conséquences.

Partager cet article
Repost0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 16:16

 

Manif à Marseille

 

OUI

au

TRICOMPOSTAGE

 

Sous prétexte de produire de la chaleur l’offensive des marchands d’incinérateurs se poursuit en Europe et dans notre Région.

I

 

l y a quelques années les écologistes pouvaient se plaindre qu’il n’existait pas en France de grands mouvements populaires environnementaux.

 

Cette situation est largement dépassée en PACA.


Les raisons en sont connues.

Des associations de l’environnement qui militent pour des solutions alternatives, une Région qui vote l’arrêt des subventions à l’incinération (projet élaboré par E. Malausséna et R. Loiret), des voyages en Espagne et en Italie, organisés par l’Agence Régionale Pour l’Environnement, pour convaincre les élus, des Départements qui se lancent dans le tri compostage, des médecins qui font le lien entre les cancers et l’incinération…

Et voilà que les populations bien informées se lancent dans de dures luttes pour leur vie et celle de leurs descendants.

Il est maintenant prouvé que l’activité de tricompostage crée dix fois plus d’emplois que le système qui consiste à bruler les déchets.

Mais les groupes de pression sont puissants et les luttes à venir seront difficiles depuis que l’Europe s’est dévouée à la cause incinératrice.

Partager cet article
Repost0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 16:16

C’est sérieux. Il faut continuer !


 

Saisi par plus de soixante députés et plus de soixante sénateurs pour censurer la loi sur les OGM, le Conseil constitutionnel a rejeté le 19 juin la quasi totalité des griefs invoqués par les requérants.

I

 

l n’y aura pas de nouveau coup de théâtre.

Le Conseil constitutionnel a estimé le 19 juin que la loi sur les OGM votée le 22 mai par le Parlement avait été adoptée « au terme d’une procédure régulière », rejetant l’argumentaire des parlementaires de l’opposition pour qui l’adoption d’une question préalable aurait dû interrompre l’examen du texte.

L

es sages du Palais Royal ont également considéré qu’il n’avait pas été porté atteinte au droit d’amendement desdits députés en Commission mixte paritaire.

 

E

n outre, le Conseil constitutionnel juge la loi conforme à la Charte de l’environnement : d’une part, explique-t-il, « la loi, qui organise un régime d’autorisation préalable des OGM et qui soumet leur culture à des procédures d’évaluation, de surveillance et de contrôle ne méconnaît pas le principe de précaution lorsqu’elle organise la coexistence des cultures OGM et non OGM ». D’autre part, « le législateur a pris des mesures propres à garantir le respect, par les autorités publiques, du principe de précaution à l’égard des OGM.

 

A

insi, pour l’application de la loi, il reviendra à ces autorités de prendre en compte ce principe, espèce par espèce, pour chaque autorisation de culture ». « Enfin le respect du principe d’information du public est garanti par plusieurs mesures législatives de publicité (publicité des avis du Haut conseil des biotechnologies sur chaque autorisation, publicité du registre des parcelles où sont cultivés les OGM…) » indique le Conseil. Il souligne aussi que la loi OGM « n’a pas méconnu » les directives européennes qu’elle transpose.

 

Censure de deux alinéas de la loi

Les « sages » ont seulement censuré deux alinéas prévoyant qu’un décret établirait une liste d’informations  obligatoirement rendues publiques quand un exploitant sollicite un agrément.

 

O

r, selon le Conseil, cette liste doit être inscrite dans la loi. Cependant, cette censure ne prendra effet qu’au 1er janvier 2009, les membres du Conseil ayant voulu laisser au gouvernement le temps de modifier sa copie afin d’éviter que la France ne soit en infraction en méconnaissant l’obligation qui lui est faite de transposer les directives européennes dans sa législation. (OIB).

Bref ! La lutte continue !

 



L’hydrogène pour faire rouler nos bagnoles ?

 

Et le méthanol issu des déchets?

Le coût énergétique de production d’hydrogène est très élevé car il faut activer un procédé de purification. De plus, gros problème de stockage et ce d’autant que la liquéfaction de ce gaz se réalise à moins 270°.

La solution d’avenir ?

Peut-être le méthanol qui provient de la transformation du méthane, lui-même issu des biogaz des déchets et qui produit deux fois moins de C02 que les hydrocarbures. Trop simple ?

L’incinération au secours du pétrole ou de l’hydrogène…

En effet, après la Commission européenne, le parlement européen ont adopté un texte qui rend tout à fait licite l’incinération des déchets.

Quel rapport avec le méthanol, diriez-vous ? Tout simplement qu’en prenant cette décision on essaie de mettre hors course le « tricompostage des déchets » qui permet à partir du compost de produire du méthanol.

Edgar Malausséna délégué régional à la gestion des déchets ménagers estime qu’il s’agit d’une régression qui coupe l’herbe sous les pieds à une énergie renouvelable bien peu polluante.

Partager cet article
Repost0