Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 11:47

4 scénarios pour une révolution

Nicolas Sarkozy en a fait son « grand chantier » pour 2009. « Moins d'échelons, c'est moins d'impôts » : la feuille de route de la réforme des collectivités paraît claire. Mais derrière le slogan, se cache une réalité politico-administrative complexe. Quatre grands types de scénarios se dessinent :

• Fusionner les conseils généraux et les conseils régionaux via une élection commune. A terme, unir les administrations.
• Pratiquer des redécoupages à la carte : réunir les deux Normandie(s), rassembler les deux « Savoie(s), regrouper la communauté urbaine de Lyon avec le département du Rhône…
• En finir peu à peu avec les financements croisés : limiter le nombre d' « intervenants locaux » à deux ou (et) obliger le maître d'ouvrage à financer au moins 50 % du projet.
• Affirmer de véritables blocs de compétence : supprimer la clause de compétence générale des conseils généraux et des conseils régionaux ou signer, en début de mandat une convention répartissant les domaines d'attribution de chacun.

 

Le débat fait rage devant le comité pour la réforme des collectivités locales.

L'instance semble, pour l'heure privilégier, les intercommunalités et les régions.

 

Le fait urbain, éludé lors de l'acte II de la Décentralisation (2002-2004), occupe le cœur de ses travaux.


Les conclusions de la commission présidée par Edouard Balladur sont attendues à la fin février.

L'exécutif entamera alors un véritable parcours du combattant, tant un consensus paraît difficile à dégager en cette matière ; tant aussi les principales associations d'élus disposent de relais au Parlement…
De son côté, la mission d'information sur les collectivités locales mise sur pied par le Sénat n'entend pas subir les travaux du Comité « Balladur ». Elle multiplie les auditions, et continuera ses travaux bien après les conclusions du Comité.

 Histoire d'affirmer que, s'agissant des collectivités, le Sénat a plus que son mot à dire.

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 09:51

La justice peut-être juste pour les cheminots.

La direction de la SNCF avait engagé le jeudi 29 janvier une procédure judiciaire en référé, contre 13 cheminots de Nice pour « grève illégale ».

Le tribunal de Marseille a débouté la direction de la SNCF de toutes ces demandes.
À l'heure où de répressions en actions judiciaires, pouvoir et directions d'entreprises tentent d'intimider les salariés et leurs organisations syndicales, c'est une bonne nouvelle.
C'est aussi un démenti pour les élus de la Nation qui s'appuyant sur la colère d'usagers cherchent à instaurer un durcissement de la législation, voire de mettre en place un système de réquisitions.

Rappelons que la revendication des cheminots est simple : Le Conseil Régional finance une augmentation des fréquences de 20% des trains. Les cheminots demandent qu'en conséquence à l'entreprise SNCF de mettre en cohérence les effectifs de conducteurs, et ce afin de respecter les conditions de travail pour les personnels et la sécurité pour les voyageurs.
Il faut maintenant négocier sérieusement pour répondre à des revendications légitimes.


 UTOPIA ALTERMONDIALISME ET ECOLOGIE

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 14:17


Les manifestations du 29 janvier sont une réussite complète.

Ne serait-ce qu’à Nice, nous étions près de 30 000.

Nous avons remarqué la variété des délégations et la forte participation de jeune.

Il s’agit d’une 1ère forte réponse à la situation désastreuse  que nous vivons.

Cette situation demande des réponses autres 

aussi :

à savoir la condamnation ferme des institutions mondiales libérales qui ont conduit à l’impasse :

*   FMI

*   Banque Mondiale

*   G 8

*   AGCS…etc.

 

En effet, les causes sont connues et il serait illusoire de penser que dans le long terme il suffirait d’augmenter le pouvoir d’achat pour inverser la tendance.

S’unir pour changer le système

 

Les différentes gauches  y compris écologistes se doivent de s’unir pour peser sur ces outils au service de la finance mondiale, pour les transformer.

Sans réforme de structures nous n’avons aucun espoir  de changer le monde en faveur des salariés et de l’environnement.


Malausséna Edgar

Président  UTOPIA-ALTERMONDIALISME et ECOLOGIE

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 09:43

"Il est totalement indigne d'un gouvernement français de supprimer les crédit de cette structure qui est un des éléments essentiels de la libération de la femme".

Malausséna Edgar Conseiller Régional Maire de Villars-sur-Var



MOUVEMENT FRANÇAIS POUR LE PLANNING FAMILIAL - MFPF
Association Départementale des Alpes Maritimes
.

 

Disparition annoncée du financement

                            des  permanences du MFPF par l’Etat !...

 

 

LE 27 JANVIER 2009, LE PLANNING EST  DANS LA RUE

DANS TOUTE LA FRANCE !

 

Moins  42%  en 2009   (actions 2008)

                                Moins 100% en 2010  (actions 2009)

Alors que ces financements de fonctionnement ont été décidés suite à l’adoption de la loi Neuwirth (1967) reconnaissant enfin le droit à la contraception et à l’information sur les questions de sexualité!...

 

NON  à la mort annoncée d’un tiers de nos Associations Départementales

NON aux économies sur la prévention, l’information, l’éducation à la sexualité

NON  à la suppression de droits fondamentaux acquis grâce à nos luttes

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 11:14


En ce début 2009, la crise est loin d’être finie, mais déjà des premiers enseignements en sont tirés. Les gouvernements, de Washington à Paris, Berlin et Londres, s’activent pour refonder le capitalisme, une fois mises à l’index les brebis galeuses comme Madoff.

Les économistes bien en vue font preuve d’éclectisme mystificateur en mariant Keynes, héros de la régulation, Fridman, figure de proue du néolibarisme(1).

Du côté des altermondialistes, après avoir eu raison de critiquer le capitalisme organisant la dégradation des rapports sociaux, sur laquelle se greffait la financiarisation de l’économie mondiale, que peut-on dire pour dessiner des alternatives ?

Cette crise est une crise de globalisation, qui, depuis deux siècles d’accumulation capitaliste, arrive à un point très critique : le processus de la marchandisation (celui dénonçait Marx dès les premières lignes du Capital), qui soumet toutes les activités humaines à l’exigence du profit, happe tous les moments de la vie des individus.

Lorsque l’exploitation du travail passe un certain seuil, la finance plane hors sol et finit par s’écraser. La crise est également globale car, pour mener à bien son entreprise d’accumulation infinie, le capitalisme a mis en coupe réglée la nature, au point de s’approcher du moment où les  bornes mises par la biosphère à l’expansion de la production et de la consommation matérielles seront atteintes.

Ces deux phénomènes sont liés par la dynamique même du capitalisme, tout en n’étant pas réductibles l’un à l’autre : l’affrontement capital/travail structure le monde, mais le saccage ne s’y résume pas.

Une conclusion s’impose : plus le capitalisme se rapproche des points de tensions sociale et écologique   ultimes, moins il peut prétendre constituer une solution aux urgences qu’il a engendrées. Le bilan de trois décennies de néolibéralisme est que le social et l’écologie ont été conjointement immolés sur l’autel de la rentabilité.

La frénésie avec laquelle s’agitent les gouvernements ne doit pas faire illusion.

La croissance verte, fût-elle baptisée Keynésianisme vert, ne pourrait être conçue qu’en sacrifiant un peu plus le social, par exemple en remplaçant les cotisations permettant la protection sociale par des taxes écologiques, au nom de la compétitivité, laquelle n’est jamais un critère de défense de l’écologie.

Ainsi, ou bien les questions sociale et écologique seront résolues ensemble, ou bien elles seront niées toutes les deux. La crise, dont le déclencheur apparent fut la finance, aura  eu le mérite de permettre de  nommer les choses par leur nom.

Alors que le « capitalisme » avait disparu du vocabulaire depuis trente ans, aujourd’hui il n’est pas question que de lui.

Tous les euphémismes (libéralisme, économie de marché…) ont laissé la place à une réalité plus crue car les tenants de l’ordre établi ne s’y trompent pas : il faut sauver l’essentiel.

Et, pour â parvenir, ils ont renoué avec leurs vieux réflexes : privatiser les bénéfices, socialiser les pertes.

Dès lors, il convient de les prendre au mot, c’est le cas de le dire. Socialisons. Non seulement les biens communs de l’humanité (air, eau, ressources, connaissances…), mais aussi la monnaie et le crédit, qui furent centraux dans l’entrée en crise et qui  le seront dans la sortie.

Annulons les privatisations de ces dernières années dans l’énergie, les transports, les communications, et resocialisons des pans entiers de la Sécurité sociale massacrés hier.

Cela n’éliminera pas le marché, mais il sera cantonné.

Faisons du climat et de l’environnement des priorités collectives dans lesquelles le marché ne dictera aucune norme.

Privilégions les valeurs d’usage non prédatrices de l’environnement et diminuons les autres. Élargissons le domaine des services non-marchands, dont la légitimité est avérée, d’autant plus qu’ils concernent les citoyens au plus près de leur vie et que ceux-ci peuvent les contrôler.

En un mot, puisque les capitalistes, à la faveur de leur crise, osent nommer ce qui était innommable, le capitalisme, nommons la voie vers laquelle on peut progressivement s’avancer : le socialisme écologique.


 

(1)     Daniel Cohen, le Monde du 3janvier ; voir http//alternatives-economiques.fr/blogs/harribey

Publié dans POLITIS semaine du 22 au 28 janvier 2009

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 16:02

L’ACCA FETE NOEL EN CHANTANT

Cette année grande innovation.

 

Les enfants invités par l’association  congolaises de la Côte d’Azur ont été acteur de leur noël.

Avec leur professeur de chant ils ont animé l’après-midi cadeaux de noël.

 

 

 

 

Yasmina distribue les cadeaux.

 

Le Président de l’Association : Thiéry Mantsounga a insisté fortement sur la nécessaire implication des parents dans la vie associative.

 

Malausséna Edgar Conseiller Régional qui parraine l’association a lui aussi insisté sur cet aspect et a rappelé le rôle de la Région PACA dans la vie de l’Association. Etait présente Liliane Pettenaro adjointe au Maire de Villars qui représentait le Secours Populaire et la Banque alimentaire.

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 10:56

 

 La Région octroie UN tarif solidaire  aux travailleurs de la zone Industrielle Carros-Le Broc-Gattières et Bouyon. 

 

La Région Provence Alpes Côte d’Azur gestionnaire du Réseau des Chemin de Fer de Provence  a confié l’exploitation par délégation de service public à la  Compagnie Ferroviaire Sud France.

Afin de faciliter l’usage de cette ligne par les travailleurs de la zone Industrielle Carros-Le Broc- Gattières et Bouyon, et à la demande de la région, la Compagnie Ferroviaire Sud France a passé convention avec le Syndicat Intercommunal des Transport  Collectifs B.V.M.

 

Il s’agit de mettre en place un Titre  de transport  combiné, dénommé COMBIPRO qui est un abonnement annuel valable sur les CP entre Nice et Colomars et sur le réseau B.V.M ligne 1, 2 et 3 en attendant la mise en place des gammes Tarifaires sur la totalité de la ligne régionale des Chemin de fer de Provence.

 

Cette démarche est un pas de plus qui permet aux salariés de se déplacer dans des conditions décentes à moindre frais.

Edgar Malausséna, membre de la commission transport à la Région et Président du Comité de Ligne des CP est partie prenante de cette décision.

 
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 10:49

La Modernisation et l’Augmentation de capacité de la ligne Nice-Breil sont deux projets retenus dans le « Contrat de Projets Etat/Région 2007/2013 » dans lequel la Région réaffirme sa volonté de développer les transports ferroviaires régionaux.

La 1ère opération de modernisation de cette ligne a permis de faire circuler 2 trains  par heure, en heure de pointe entre Nice et Drap.

Investir 35 MILLIONS d’euros.
Pour la  deuxième phase de modernisation la Région prévoit  d’investir 35 Millions d’Euros afin d’augmenter le service en Heure de pointe à 1 train/heure à 2 trains par heure entre Nice et Breil, avec un accroissement dans le sens où il y a le plus de voyageurs,. Actuellement seuls 6 Allers/Retours sont autorisés à titre dérogatoire.
Or les  déplacements domicile/travail vers l’Est de l’agglomération niçoise ne cessent d’augmenter provocant de plus en plus de pollution et de saturation des axes routiers. Par ailleurs, La Région avec le consensus des partenaires souhaite :

-Faire de cette ligne un service de transport public Urbain et périurbain en portant la desserte entre Nice et Drap à  1 train par quart heure.

-Améliorer l’accessibilité du réseau ferroviaire dans les quartiers de Nice  avec la création de 2 nouvelles Haltes :

  • la 1ère au Pont Michel sur la ligne Nice-Breil et
  • la 2ème au niveau du Palais des Expositions sur la Ligne Nice-Vintimille.

Vote des études nécessaires la réalisation de ces objectifs.

C’est ainsi, la Commission Permanente du 12 décembre 2008 a approuvé les termes de cette  convention relative au financement des études préliminaires,  entre la Région Provence –Alpes –Côte d’Azur, le Département des Alpes Maritimes, la Communauté d’agglomération Nice-Côte d’Azur et Réseaux ferrés de France.

Cette prestation est estimée à 400 000 €  dont  120 000 € HT en part régionale, à parité égale avec les AM et la CANCA, et 40 000 € à la charge de RFF.
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 12:34

le compte rendu succinct de la conférence de Christian VELOT, maître de conférence en biologie moléculaire à Paris sur les OGM qui s'est tenu à Antibes le samedi 13/12/2008.

 

Il a été insisté sur la confusion existante entre les différentes techniques de génie génétique, confusion entretenue pour banaliser les techniques OGM utilisées dans l'agriculture.

Ceux (celles) qui maîtrisent bien le sujet pourront zapper.

 

Après avoir expliqué les techniques de manipulations génétiques, il a explicité les domaines concernés par ces techniques :

 

1) la recherche fondamentale : on cherche à faire avancer les connaissances sur le vivant par des études et manipulations confinées en laboratoire. Aucun risque de dissémination dans la nature de produits éventuellement nocifs. 

 

2) l'industrie du médicaments : l'utilisation des OGM dans cette industrie remonte à 25 ans. Près de 80% des médicaments sont aujourd'hui obtenus par génie génétique. Il s'agit de faire produire des substances (ex : insuline utilisée pour les personnes diabètiques insulino-dépendantes et produite par des porcs) qui sont en tous points identiques aux substances fabriquées par le corps humain (et qui donc ne contiennent aucune substance "OGM") seuls les producteurs ont été "traficotés" . Et on n'est pas obligé de consommer ces animaux.

 

3) l'agriculture : Sous le terme générique de pesticides on désigne les insecticides, les herbicides, les fongicides.

Deux techniques principales sont utilisées:

* produire des plantes OGM qui résistent à un pesticide particulier qui sera épandu sur les cultures et éliminera le parasite visé, (de même que bon nombre d'autres organismes vivants (bactéries, vers de terre, plantes,...). La plante, elle résiste, mais le pesticide se retrouve dans le sol et bien sûr sur la plante qui sera ingérée par les consommateurs (humains ou animaux), et tout le long de la chaîne alimentaire. Ex : Monsanto, le roundup et le maïs "quelque chose". 

* produire des plantes OGM qui fabriquent elles-mêmes le pesticide qui la protège. Le consommateur, là encore, est en première ligne, car en plus de se nourrir il ingère l'insecticide.

 

Le conférencier conclut :

* Ces différentes utilisations des OGM n'ont rien à voir entre elles.

* Il n'y a aucune "urgence sociale" a répandre ces techniques en agriculture sans en avoir évalué tous les risques sanitaires (sinon développer les profits des firmes concernées et leur permettre la mainmise sur l'agriculture mondiale) ,

* Par ailleurs, le confinement des cultures OGM est impossible, car vent oiseaux, abeilles,...ne sont pas maîtrisables.

 

Alain Pollonghini et Edgar Malaussena

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 16:34

 

Edgar Malaussena, Conseiller Régional
Délégué aux affaires relevant du traitement des déchets

Merci Annick Delhaye pour ton intervention de grande qualité.
Bonjour Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs, bonjour.
Je vais donc poursuivre l'intervention des élus régionaux en essayant de ne pas être trop long.
Premier constat.
Aujourd'hui, le chemin est tracé et le premier bilan n'est pas négligeable.

Concernant la création d'emplois :
Ce n'est peut-être pas encore suffisant, malgré plusieurs dizaines de millions d'euros déjà investis
dans la mise en œuvre de cette politique,
Mais vous êtes ici pour nous faire ressortir combien la dynamique est enclenchée et fonctionnera
bientôt à plein.
Sachez qu'avec les PRIDES :
Nous investissons sur le moyen et long terme, et
 Nous voulons anticiper les mutations économiques dans une logique
de régulation et d'adaptation positive de l'économie régionale.
Quelques précisions cependant.
Nous n'oublions pas qu'en matière :
 de développement économique,
 de politique de l'emploi,
 de réponse à la crise,
La responsabilité de l'Etat est pleinement engagée.
Celui-ci dispose de leviers ne serait-ce :
 qu'au regard des moyens financiers dont il peut disposer,
 Qu'au regard des outils législatifs règlementaires dont il est le détenteur légitime.
Vous savez qu'en France les collectivités territoriales et locales n'ont pas la totale panoplie de ces pouvoirs et de ces outils.
La question est donc pour nous de nous positionner dans un cadre efficace à notre niveau.
Nous voulons agir dans une logique :

 de proximité, et
 de partenariat bien compris avec les entreprises de notre territoire.
Nous considérons que les entreprises sont constituées de toutes leurs
parties prenantes et donc :
- Des chefs d'entreprises,
-Des cadres et la maîtrise s'ils en existent,
- Des travailleurs
- Des clients finaux,
- Des territoires d'intervention ;
 de leurs habitant


Deuxième constat.
Nous pouvons dire qu'en aidant les PME dynamiques de nos territoires,
au sein de réseaux de coopération, nous savons que nous facilitons:
 leur développement, tout particulièrement dans le domaine environnemental,
 le Développement qui devrait permettre de créer les emplois durables de demain.

Ainsi avec 26 PRIDES, dont 9 d'entre eux sont aussi des pôles de compétitivité qui sont
entrés dans la dynamique plus large des PRIDES,
Nous avons, tous ensemble, installé durablement un mode d'intervention renouvelé
de la puissance régionale en direction des PME.

Troisième point. Votre PRIDES.
Concernant votre PRIDES, nous avons en tête, bien sûr :
L'importance du marché de l'environnement et des éco entreprises qui se chiffre
aujourd'hui, selon les experts :
A près de 19 milliards d'Euros dans le domaine de l'eau par exemple et
A plus de 15 milliards dans celui des déchets.
Madame Annick Delhaye a rappelé tout à l'heure notre accord sur votre projet stratégique
qui fonde notre partenariat.
Au service de ce projet, votre dynamisme de réseaux au niveau national est essentiel.
Nous pensons notamment :
au partenariat français pour l'eau,
au plan export des éco entreprises
à votre participation récente au comité d'orientation stratégique des éco industries.
Ainsi, ces contacts, ces réseaux, ont évidemment des retombées favorables sur nos entreprises régionales et sur le PRIDES
que vous animez et dont la légitimité et l'autorité sont à leur tour renforcées.
Quelques exemples ?
Nous avons retenu quatre actions récentes qui nous paraissent très positives et que nous voulions souligner pour
nos partenaires socio économiques qui nous font le plaisir de s'impliquer dans ce comité de pilotage:

La première est le projet DEBIDO, qui a été présenté en réponse à l'Appel à :
 Projets Recherche Finalisée de la Région.
Ce projet de micro capteurs électromécaniques pour la mesure des débits d'eau, destiné à la surveillance
des réseaux et à la détection des fuites, est tout à fait intéressant à la fois :
 Parce qu'il est proche du marché et donc créateur d'emplois,
 Mais également parce qu'il est porté par un PRIDES qui n'est pas un pôle de compétitivité.

En ce sens, votre PRIDES fait partie des PRIDES « précurseurs » sur un des grands leviers, qui est celui :
 De l'innovation et
 De la Recherche et Développement.

Vous avez là franchi un pas, et sachez que nous attendons qu'il soit suivi d'autres, dans la mesure où l'ingénierie de projet de recherche finalisée est au cœur de notre cahier des charges PRIDES

La Deuxième action est votre mission collective programmée pour le salon
environnement aux Emirats Arabes Unis en janvier 2008.
Nous souhaitons nous attarder un instant sur celle-ci.
Cette action témoigne, en effet, d'un savoir faire régional réel sur :
1° : Les missions à l'exportation
2° : Une méthodologie d'approfondissement du travail sur une destination,
puisque cette action s'inscrit dans la consolidation de partenariats précédents.
Ainsi, on sélectionne attentivement les destinations.
Puis on concentre ses forces.
C'est le bon chemin.

La troisième action est celle relative au salon Pollutec à Lyon qui aura lieu les 1 et 2 décembre prochains.
Votre PRIDES a repris, sur ce salon l'animation d'un stand collectif régional qui était auparavant porté par le réseau consulaire.


Cette prise en charge est d'une importance grandissime, car le salon Pollutec est LE salon sur :
 L'environnement et
 Les éco entreprises français,

Le PRIDES a su développer une synergie nouvelle avec le réseau consulaire et avec PRIDES ARTEMIS pour l'éco conception du stand collectif.

Enfin, troisième exemple :
Je ne peux pas faire l'impasse sur votre persévérance dans la mise en place d'une action de Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences en partenariat avec :
 l'OPCA interprofessionnel et
 Act Méditerranée,
Qui sont financés par la Région pour réaliser des actions de ce type au bénéfice de plusieurs
entreprises volontaires du PRIDES, et, sous votre suivi.
En Région - toutes délégations et tous services confondus -
 Nous croyons et
 Nous voulons croire à l'avenir régional de ce PRIDES
Dont les bases objectives justificatrices sont évidemment toujours là et nous
souhaitons pouvoir soutenir demain davantage :
 De projets collaboratifs innovants ou
 D'actions collectives d'accompagnement de PME.
Pour terminer je dirais que nous souhaitons qu'il y ait un retour sur notre investissement public.
C'est vrai, nous ne demandons qu'à être davantage convaincus :
 Que l'allocation de moyens publics, permanents, importants, dédiés :
- à l'animation et
- l'ingénierie de projets constitue un investissement public rentable.
C'est pourquoi nous allons maintenant vous écouter attentivement, avant de passer la parole aux partenaires du comité de pilotage.
Nous allons vous laisser développer le bilan très concret de votre action notamment depuis la labellisation PRIDES de votre pôle intervenue en juin 2007 (bientôt 18 mois donc).
Et c'est seulement dans un second temps, et après un tour de table des partenaires présents,
que vous nous présenterez vos premières propositions d'actions pour 2009.
Monsieur le Président, nous vous écoutons tous attentivement maintenant

 

 

 

  


 

 

 

 

 

 

 




 


 

Partager cet article
Repost0