Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 09:43

6-PHOTO-VOEUX-2012-copie-3.jpgFORMATION

PERMACULTURE ET TRANSITION

A Villars-sur-Var

le 19 février 2012

 

L’association CULTURE POPULAIRE organise le 19 Février 2012 à Villars/Var17_La_roue_-_aubes_du_moulin_-_huile.JPG

Salle des Poilus une journée de Formation à la Permaculture et à la Transition.

Programme

8h 50 Accueil des participants et café

9h 00 Présentation et Initiation à la permaculture: Intervenant : Eric Escoffier (Lorgues)
            - Permaculture, Historique, Développement, Ethique, Principes et Stratégies.
            - Introduction au design de jardins régénératifs ou potagers des paresseux.

12h 00 Déplacement sur olivaie communale pour pic-nic et exemples de pratiques permacoles, propositions de valorisation du potentiel des oliveraies: Intervenants : Eric Escoffier et Paul Olivier Hoch (Villars Sur Var)
De la monoculture de l'Olivier à la polyculture: enherbement, lutte intégrée et bio-diversité, cultures vivrières et aromatiques, apiculture, oliveraie/verger, production phyto-sanitaire.
14h 30  Projection du Film: In transition 1.0 de ( 2009 vosf )

15h 30  Présentation de la transition, théorie, méthodes, outils. préparer sereinement l’avenir par la transition, la vallée, une communauté de destins, l'initiative de transition comme catalyseur des ressources. Intervenant : Frédéric Bœuf ( Marseille)

18h Annonce des formations en Permaculture 2012 à Villars Sur Var

Public

Cette journée est la première d’une série de formations en Permaculture qui seront dispensées à Villars Sur Var, elle concerne tout public :

- Les citoyens  désireux de connaître ou développer des connaissances dans la conception et la réalisation de lieux de vie productifs et respectueux de l’environnement.

- Les acteurs du secteur socio-associatif qui constituent le cœur des initiatives de transition.

- Les différents acteurs économiques, commerçants, artisans, agriculteurs, responsables d’entreprises, professions libérales…

- Les élus et personnes en responsabilité sur le territoire.

 

Les habitants de nos vallées ont une communauté de destin,

prenons la main !

 

Tarif Journée 15 Euros, à régler par chèque à l’ordre de CULTURE POPULAIRE ou en numéraire contre remise d’un reçu.  Attention le nombre de place étant limité, nous conseillons à chacune et chacun de s’incrire au plus vite.

Présentation des Intervenants

Eric Escoffier,  (Lorgues, 83)

Permaculteur certifié en Design

Ses activités de formation se basent la synthèse de plus de 10 ans de formations, lectures diverses et études des écosystèmes sauvages ainsi que de nombreuses  d’expérimentations de terrain en divers climats et un apprentissage direct auprès de botanistes, pépiniéristes, ethnobotanistes, écologues et pionniers (Robert Pelissier, François CouplanGérard DucerfLydia et Claude Bouguignon, Marc Bonfils, Pierre Lieutaghi…

C’est un spécialiste reconnu dans le domaine de la création de Jardins-Vergers en climat méditerranéen et un expert des plantes sauvages comestibles.

Paul Olivier Hoch, (Villars Sur Var, 06)

Permaculteur certifié en Design

C’est un spécialiste des plantes médicinales sauvages et de leurs usages, phyto-thérapeute, il est en cours de création à Villars sur Var d’un centre de permaculture référent de l’université populaire de permaculture dédié à  l’accueil de personnes  désireuses d’apprendre, approfondir ou redécouvrir les usages, la cueillette, la culture et la préparation de plantes médicinales ainsi que diverses pratiques holistiques de santé dans le cadre de la permaculture. Le centre s’appuiera sur le futur éco-lieu pédagogique de production en culture-sauvage et de transformation de plantes médicinales au domaine de la source (Gardivole).

Frédéric Bœuf , (Marseille, 13)

Permaculteur certifié en Design, Animateur initiatives de Transitions

Après une double formation universitaire en Psychologie et Droit, ce défenseur assidu de l’environnement et de la qualité de vie poursuit une spécialisation en Psychologie sociale de l’environnement, ), membre du groupe de liaison national des villes en transition, il est animateur depuis 2 ans des initiatives de transition sur Marseille (le plateau en transition, quartiers cours Julien, la Plaine et Notre Dame du Mont, animateur d’une AMAP Cours Julien et  Co-animateur du SEL de Mars ( Système d’Echange Local de Marseille), il participe aux réflexions et actions sur la création de monnaies locales.

INSCRIPTION A LA FORMATION DU 19 FEVRIER 2012

Je désire m’inscrire à la formation PERMACULTURE ET TRANSITION qui se tiendra à Villars Sur Var à la Salle des Poilus,

Je joins le règlement par chèque à l’ordre de CULTURE POPULAIRE

que j’adresse par courrier au plus tard le 12 Février à

CULTURE POPULAIRE

Chez Madame Sergent Domaine de la Source, lieu-dit la Gardivole

RD 6202 06710 Villars Sur Var

 

Pour le cas ou vous souhaiteriez régler en numéraire, ou disposer d’informations complémentaires, contacter Madame Sergent ou Monsieur Hoch

Par Téléphone  06 59 20 05 25 ou par email à contact@harmonynice.com

Le prix de la formation est destiné à couvrir les frais de déplacement, hébergement, nourriture et le cas échéant à constituer une réserve destinée aux futures formations,

Pour le cas cette somme s’avère trop élevée pour vos ressources et constitue un obstacle à votre présence, n’hésitez pas à nous contacter, nous avons prévu des invitations à cet effet.  

 

INFORMATION INSCRIT(s)

 

 

Nom/Prénom

 

Email*

 

Téléphone*

 

Ville*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Calcul du montant du Règlement : nombre de personne(s) X 15 €

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 04:28

Malauss-na-juin2009.jpgLes observateurs qui s'interessent à la vie politique des écologistes dans le 06, peinent à comprendre la stratégie de ceux-ci qu'ils soient adhérents à Europe Ecologie, qu'ils aient été membres des Verts, ou qu'il soient "aschiériens" sans être encartés  chez Les Verts/Europe Ecologie.

 

Si l'on fait le tour du département et si l'on repère les élus qui se réclament de l'écologie d'une manière ou d'une autre, on peut opérer quatre répartitions géographiques :

1° Est du département :

     Deux élus municipaux :

        - Littoral : une à Menton

        - Montagne : un à La Brigue.


2° Métropole niçoise :

       - Deux élus municipaux et métropolitain à Nice (Vert et EE),

       - Une Conseillère Régionale à Nice (LV/EE).

       - Un Conseiller Municipal à Vence (ex Vert MEI).


3° Centre du Département :

- Montagne 

         - Un Maire, ex Vice-président du Conseil Régional à Villars/Var (Ex Vert, sans appartenance politique à ce jour).


4° Ouest du Département :

On peut repérer une réprésentation plus lourde de l'écologie, et ce, par la présence d'élus de collectivités locales et territoriales différentes :

Trois Conseillers Régionaux dont :

  - Un Maire à Mouans-Sartoux, Vice-président Conseiller Régional (coopérateur Les Verts/Europe Ecologie).

        - Un adjoint au Maire à Valbonne, Conseiller Régional ( Les Verts/Europe   Ecologie ).

      - Une élue municipale à Grasse Conseillère Régionale ( Les Verts/Europe   Ecologie ).

  

 - Un Conseiller Général, conseiller municipal (ex-verts écolo de gauche) à Grasse-Sud.

-  Une Conseillère Générale à Mougins, conseillère municipale à Mouan- Sartoux (PS/Ecolo).


-  Un Conseiller Municipal à Cannes ( Les Verts/Europe Ecologie ).

-  Un Conseiller Municipal à Cagnes-sur-Mer.

-  Un Conseiller Municipal à Antibes.

-  Un Conseiller Municipal à Mougins.

-  Un Conseiller Municipal au Tignet.


Pour les législatives, on constate une stratégie d'implantation intéressante, en effet :

- André Aschiéri se présente sur la 2ème.

- Marie-Louise Gourdon se présente sur la 9ème.

 

Cette disparité criante entre les différents territoires du 06 s'explique bien sûr par l'histoire, mais aussi et surtout par l'influence d'André Aschiéri Maire de Mouans-Sartoux qui a su créer un espace politique écologique, en se tenant à équidistance des partis de gauche et de l'écologie.

L'avenir semble assuré en cet espace, car l'émergence de Marie-Louise Gourdon laisse entrevoir des successions positives.


Pour le reste du Département, l'écologie politique semble être le parent pauvre du dispositif :


Les raisons en sont multiples :

- Les divisions incessantes des Verts/EE, dues à des "courants" descendants qui contreviennent à la création d'une identité verte locale.

- L'incapacité à rassembler en son sein, les écologistes socio-démocrates, les écologistes de gauche, les écolos altermondialistes.

- La méconnaissance des arcanes politiques, surtout niçoises.

- Les adhérents venus souvent d'ailleurs, sans connaissance de l'histoire départementale et sans culture politique locale.

- La petitesse des réseaux mis en place.

- L'anticommunisme de la grande majorité des adhérents.

- La nécessité de s'allier au PS tout en étant fortement anti-PS.

- La faible capacité à négocier avec le PS qui tient compte des rapports de forces internes à LV/EE et qui mise sur l'ouest du département, peut-être pour être tranquille sur Nice ?

- Le peu de contrepoids crédible à la puissance (relative) des écologistes de l'Ouest du Département, sans leader historique capable d'équilibrer géographiquement la forte influence du Maire de Mouans-Sartoux.

 

Perspectives :

Il semble que la génération qui est au centre de ces points négatifs, devra bientôt céder la place à des plus jeunes (entre 30 et 50).

Si cette nouvelle génération devait reproduire les modes de fonctionnement et les pratiques des courants, l'écologie se prépare de bien mauvais jours à venir.

Inversement, si une stratégie de :

- Contenu programmatique sur le Département,

- De rassemblement interne, sans conflit de courants,

- D'implantation cohérente,

voyait le jour, par ces temps de crise sociale et environnementale, l'écologie pourrait être l'avenir de ce 21ème siècle.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 04:45

1 PHOTOS VOEUX 2012

Vœux du Maire 8 janvier 2012.

Intervention de Mme Danièle Dao-Léna 2ème adjointe.

 

Mesdames, Messieurs,

Nous tenons à excuser M. André Aschiéri, Vice-président du Conseil régional représentant M. Michel Vauzelle, qui arrivera en fin de cérémonie dans la mesure où il est retenu à Gattières pour les vœux du Maire 

Nous tenons à saluer :

  • Monsieur Roger Ciais, Maire de Touët-sur-Var, notre Conseiller Général du Canton de Villars-sur-Var, représentant M. le président du Conseil Général des AM.
  • Mesdames et Messieurs les Adjoints et Conseiller Municipaux de Villars-sur-Var qui donnent tant et tant pour que notre village se développe tout en respectant notre caractère rural.
  • Mesdames et Messieurs les gendarmes de la brigade de Puget-Théniers/Villars sous la responsabilité de l’Adjudant Dorothée Gravier et dont nous accueillons la dernière arrivée :

Melle Moréno Flora.

Mademoiselle, nous sommes très heureux que vous accueillir dans notre commune. Nous savons que vous sortez toute fraiche émoulue de l’école et que Villars est votre premier poste.

Nous vous demandons de bien vouloir vous avancer afin que toutes et tous nous puissions vous applaudir.

  • Mesdames et Messieurs les enseignants qui pratiquent, on le sait dans des conditions bien difficiles.
  • Mesdames les responsables de la poste en activité et à la retraite.
  • Mesdames et Messieurs les responsables associatifs, du Lions de la Moyenne Vallée du Var, ainsi que tous les bénévoles du CCAS qui animent si bien notre village et font preuve d’une grande solidarité.
  • Mesdames et Messieurs les pompiers volontaires de Villars/Var.
  • La DFCI.
  • Les représentants de l’Union Professionnelle et de l’Office de Tourisme.
  • M. Depretz représentant l’ONF.
  • M. L Curé Nallino retenu à Puget-Théniers.
  • Messieurs les entrepreneurs qui ont travaillé en 2011 pour notre commune :

 

Citons les Entreprises :

  • Dalmasso,
  • Pratico,
  • Norgiolini,
  • Ferla,
  • Axa,
  • Alp'biosystem,
  • Bat’Rénov,
  • SMCR,
  • Marchand,
  • Au jardin de Villars,
  • …….si j’en oublie…prière de me le faire savoir…

·     Les commerçants de Villars qui font que nous disposons de commerces de proximités.

Remercions Odette et Gérard,

Simone et Paulette,

Raymonde et Roger,

Carole,

et Georges-Patricia ainsi  que le jeune apprenti Viarengo, qui ont permis à Gérard et Odette de partir tranquille en vacances en les suppléants dans de nombreux domaines.

Une bonne nouvelle, les repreneurs de l’Auberge de la Gare vont arriver et nous promettent une belle inauguration.

Cela nous réchauffe le cœur, sachant que toute fermeture de commerce est, pour nous, un désastre.

Saluons les chefs d’entreprises qui ont choisi d’intervenir aussi bien dans notre village que dans notre canton et plus loin. 

Grâce à eux notre village n’est pas une cité dortoir.

Ils interviennent dans de nombreux secteurs comme :

le bâtiment,

les services à la personne (taxi, ambulances services médicaux…

le social,

l’informatique,

l’hébergement,

les commerces,

les restaurants,

et bien d’autres secteurs encore…

 

Nous tenons aussi à mettre à l’honneur tous les personnels communaux qui œuvrent souvent dans des conditions difficiles et ingrates pour que le service public municipal soit le plus correct possible.

 

Et puis, nous saluons toute la population villarois rassemblée ce jour en cette salle du Poilu et tout particulièrement les nouvelles familles arrivées dans l’année que nous citons avec plaisir et dont certaines n’ont pu être là et s’en excusent :

En voici les noms :

ALEXANDRE,

BAKIR-DJERIDI,

ENSA-JULLIARD,

BENSA,

BENZI,

BIHOUIX,

BLANC,

CAPAROS-CARLES,

RENGA-FAUDON,

GALUK-GUIBERNAO,

GIOAN-TRONCALE,

HOCH-SERGENT,

JEROSME-DE FELICE,

JORDAN,

LAROYE,

NAVARRO,

PONTA,

POUJARDIEU-KEMPKA,

SAINT JEAN,

TERRINONI- RULIERE,

THIERRY,

TONCREZE,

TRONCALE

 

A toutes et à tous,

Nous vous disons que nous sommes heureux que vous ayez choisi Villars/Var.

Il faut que vous sachiez que nous vous accueillons à bras ouverts, et que nous considérons que vous apportez à notre commune toute votre vitalité, tous vos savoirs, toute votre envie de vivre dans un environnement préservé.

Sachez que de nombreuses associations sont à votre disposition et dans lesquelles vous trouverez de quoi vous épanouir, vous et vos enfants.

 

Nous applaudissons bien sûr l’équipe de Francette Decarlis, avec Chantal, Odile, Annie, Chrisitiane et bien d’autres…qui nous ont préparé cet apéritif dinatoire.

Nous remercions Maurice, Patrick, Manu Fernandez et Eddy qui nous ont préparé un bien beau diaporama.

 

Je passe maintenant la parole à :

Edgar Malausséna, notre Maire.

Maurice Decarlis 1er Adjoint vous parlera des projets de la municipalité.

Patrick Barralis, en quelques mots parlera ensuite de solidarité.

 

Et il conviendra ensuite, à Roger Ciais, notre Conseiller Général de nous adresser son message, et ce, dans l’attente de l’arrivée de M. Aschiéri.

 

Intervention du Maire Malausséna Edgar.

6 PHOTO VOEUX 2012Mes chers amis,

Par les temps qui courent il est difficile de ne parler que de ce qui va bien :

tant sur le plan économique

que sur le plan environnemental.

C’est pourtant par cela que nous commencerons.

En effet cette année, malgré la crise nous avons continué à travailler pour le bien de tous.

Bien sûr, beaucoup de projets en cours d’exécution avaient reçu les financements dans les années précédentes.

Nous pouvons citer :

  • Sur le plan environnemental l’assainissement à la gare 1ère et 2ème tranche que nous avions programmé depuis 6 ans et attribué l’entreprise Dalmasso.
  • Sur le plan environnemental et esthétique la rue Bienvenue Audoly et la Placette St Antoine attribuées à l’entreprise Pratico.

Des inaugurations symboliques :

Alors, comme annoncé, et vu notre engagement à supprimer le maximum de dépenses de fonctionnement,

Nous inaugurons symboliquement ces travaux et en remercions vivement les deux entreprises concernées.

Je vous demande de bien vouloir les applaudir, pour leur rapidité d’exécution et pour la parfaite maîtrise des réalisations.

Je ne tiens pas à vous gâcher notre rencontre par des énumérations trop longues, mais je ne peux résister à mon envie de vous citer quelques réalisations quotidiennes que vous pourrez suivre sur notre diaporama au fur et à mesure.

Celles-ci sont quasi invisibles, mais accaparent pratiquement 80 % de notre temps.

Quelques exemples :

Mur à la Condamine.

Mur du Savel.

Vitraux église.

Lancement d’une souscription pour prendre en compte les travaux de menuiserie.

Les nouvelles rampes dans le village.

Gendarmerie.

 Mise hors d’eau d’un appartement. Chauffe-eau. Toiture…

Accès au Moulin à Huile.

Chemin de Royer et piste du Ciamppon.

Le clocher.

Le mur de Lunel.

La canal quartier les Vignes.

Jardinières, place Robini, rue des deux Frères Funel et placette du Centenaire.

Les nouvelles tables municipales.

L’aspirateur broyeur.

Composteurs individuels.

L’Etude pour la pico-centrale.

Sinistre du Rinouvier.

Médiathèque.

Mise en conformité et installation électrique.

Ralentisseurs. Région. Avec la présence de M. Roger Ciais.

Salle du Poilu : les agents techniques ont remplacé de nombreuses lames de parquet pourries ou détériorées et qui subit des détériorations continues.

Récupération des encombrants.

Réussite de l’opération, ramassage des « encombrants » avec le camion municipal.

Problème : le nombre d’encombrants ne cesse d’augmenter, jusqu’à deux voyages par semaine, à bloc.

Les frais et le temps passé par le personnel ne cessent d’augmenter eux aussi.

Eau potable :

Nettoyage et entretien des bassins d’eau potable.

Compteurs : relevage des consommations et facturation.

Réparation de fuites au Salvaret.

Entretien continue de la station d’épuration et boues compostées.

Les boues de la station ont été extraites par les Agents Municipaux qui entretiennent régulièrement celle-ci. Les villarois peuvent venir prendre le compost gratuitement.

 

Cependant nous sommes bien obligés de parler

de la situation actuelle.

Elle n’est pas bonne.

Nous constatons que les subventions et dotations sont en baisses.

Nous remarquons que nos dépenses progressent plus vite que nos recettes.

Nous constatons que la crise mondiale dont les banques et les politiques qui les soutiennent sont les principales responsables, nous retombe dessus.

  • Nous pouvons dire, qu’ici personne n’est responsable de cette situation.
  • Aucun d’entre-nous boursicote au point de faire sombrer l’économie.
  • Ce ne sont pas nos salaires et nos retraites qui ruinent l’économie de notre pays.
  • Aucun ici n’a décidé de la répartition des impôts selon le degré de richesse ou de pauvreté.

4-PHOTO-VOEUX-2012.jpg

Alors,

Même si avec Roger Ciais, nous n’avons pas la même appréciation quant aux causes et aux solutions à apporter à cette crise d’un système mondial à bout de souffle,

Même si nous sommes, nous, pour la poursuite du mandat de Conseiller Général pendant 6 ans et non pas sa suppression dans deux ans comme tes amis l’ont voté,

Et bien nous nous serrons les coudes.

Nous travaillons de concert.

Nous louons les efforts de Roger pour que nos projets passent.

Nous le remercions.

Nous souhaitons que la réforme sur la suppression des Conseillers Généraux soit abolie, afin que tu puisses réaliser, avec nous, ton mandat de 6 ans, et non pas de trois ans seulement.

La seule intercommunalité rurale du 06.

Nous souhaitons développer la seule intercommunalité rurale de notre département et nous remercier vivement tous les villarois qui se sont mobilisés et ont signé les pétitions municipales à ce sujet.

Nous avons réussi cet exploit, grâce à nos seules forces, sans l’aide d’aucun parti politique.

 

Nos finances et l’emprunt :

Sachez que nos emprunts seront réduits à 0 d’ici 2014.

C’est pourquoi nous avons décidé de procéder à un grand emprunt, dont les annuités seront supportables par le budget communal.

Ainsi, nous n’aurons pratiquement pas à augmenter les impôts de nos concitoyens.

 

Déprédations dans le village.

Cependant, très solennellement je voudrais vous dire combien nous sommes tristes lorsque nous constatons :

Que des panneaux sont arrachés,

Que des gouttières sont écrasées,

Que les Wc publics sont détériorés,

Que les matériels du jardin d’enfants sont cassés,

Que des pneus de véhicules municipaux sont crevés

Que des murs et tuiles sont brisés.

Que des chiens sont lâchés dans le village avec leurs déjections.

Que les abris à conteneurs sont pollués par des encombrants, alors que l’on a la déchetterie et le camion municipal pour cela.

Que certains ne respectent pas les interdictions de stationner.

Bien sûr ce ne sont pas des actes gravissimes, mais ils empoisonnent la vie quotidienne de chacun, et nous le regrettons fortement.

 

Pour aborder quelque chose de plus positif, nous aborderons la question de la solidarité. Solidarité qui est indispensable encore plus en cette période de crise économique et environnementale.

Cela se réalise sur notre territoire grâce :

Au CCAS en relation avec le Secours Populaire (remercions Liliane).

Au Lions (avec son Président M. Perdigon).

Cela se réalise vers l’extérieure grâce :

Faï Ana, dont le Président P. Barrallis dira quelques mots, avant l’intervention de Roger Ciais et qui vous informera de l’aide que nous pouvons apporter afin que cesse l’immigration forcée de ces populations.

 

Je passe donc la parole à M. Decarlis premier adjoint qui va, en quelques minutes, vous énumérer les projets en cours dans notre commune.

 5-PHOTO-VOEUX-2012-copie-3.jpg

Discours de M. Maurice Decarlis, 1er Adjoint délégué aux travaux.

 

Mesdames, Messieurs bonjour,

La commune de Villars/Var voit sa population augmenter sans arrêt.

C’est pourquoi, la majorité municipale villaroise investit sur l’avenir, grâce :

A une gestion saine,

A des économies continues,

A des reports de travaux dans le temps.

Maintenant avec un grand emprunt.

 

Voici donc nos projets pour 2012.

Projets votés (TTC)  et non encore financés et reportés en 2013, si non financés.

° Achat terrain Galland pour agriculture :……:  7 800,00 €

° Sécurisation de l'orgue………………..............: 15 000,00 €

° Carillon clocher….…………………..................:    4 460,61 €

° Picot centrale sur canal moulin………................75 348,00 €

° Eclairage Public les Combes…………..............33 445,00 €

° FSL : matériel déneigement…………………….:    22 126,00 €

° Création local ambulance CMS………………...:     5 536,68 €

° Travaux canaux d'arrosage quartier Narboin…17 527,38 €

° Parkings achats terrain…………………………......: 147 880,00 €

 

Projets votés (TTC)  et financés en 2010/2011.

° Cimetière 1ère tranche………………………… :   43 535,00 €

° Voies et accès (voirie communale)………: 358 000,00 €

° Diagnostic énergétique, gendarmerie..:     4 658,42 €

° Rinouvier étude RTM………………………….. :     2 392,00 €

 

Projets à voter (TTC)   et à faire financer en 2012 (montant seulement évalués).

° Toiture DOUINAS……………………………...........:   25 000,00 €

° Rinouvier travaux sécurisation………………… :  306 200,00 €

° Gendarmerie : rénovation énergétique….:    100 000,00 €

° Micro-crèche…………………………………….............:  60 000,00 €

 

Nouvelle école.

Après 10 ans d’attente, les appels d’offres sont enfin lancés.

Les appartements que nous n’avions pas demandés ont été retirés à la demande de M. le Conseiller Général R. Ciais. Et nous en avons été d’accord.

Cette école sera construite sur le modèle Haute Qualité Environnementale, elle ne dépensera pratiquement pas d’énergie, elle produira de l’électricité et répondra à toutes les normes attendues.

 

Les finances se décomposent comme suit :

Région :   …………………………………………..     110 000€

ADEME : ………………………………………….....    110 000€

Ministère de l’intérieur (M. Estrosi)……    200 000€

Etat (Préfecture): ………………………………..   600 000€

Conseil Général :…………………………………..   780 000€

Communauté de communes :………………… 300 000€

Vente d’un immeuble municipalité Villars.150 000€

 

Nota : Si la commune de Villars/Var intervient dans cette affaire, c’est parce que notre intercommunalité n’a pas les moyens de mettre plus de 300 000€.

 

Je vous remercie pour votre écoute, et donne la parole à P. Barralis pour un rapide discours sur la solidarité.

 

Intervention de Patrick Barralis, Conseiller Municipal, président de Faî Ana.

La solidarité.

Bonjour à tous

A mon tour de vos présenter pour 2012 tous mes voeux de santé, de bonheur, de prospérité et j’ajouterai de SOLIDARITE car c’est de cela que je voudrais vous parler rapidement.

Vous savez que notre commune s’est toujours manifestée par ses activités solidaires à l’image de notre CCAS ou de la banque alimentaire par exemples. Elle s’est toujours montrée aussi très généreuse chaque année à l’appel du TELETHON.

Notre commune a su aussi entretenir depuis longtemps un partenariat bénéfique à l’international. Je veux parler du jumelage de notre village avec nos amis Italiens de Chérasco.

Mais la Solidaritéça passe aussi avec des pays plus éloignés du notre et qui méritent aussi qu’on s’y intéresse.

Aussi, Président d’une association humanitaire, j’ai proposé que l’on utilise cette année une part de la subvention municipale accordée à Fai Anà pour parrainer une jeune fille africaine de Samandéni : Aïda SANGARE.

180€ seulement suffiraient à cette jeune fille à suivre normalement une année scolaire au collège de Bobo Dioulasso. Cela comprend les frais d’inscription, les fournitures scolaires, les livres, une tenue, un repas à la cantine et les frais médicaux.

Plusieurs autres villarois se sont déjà proposés pour parrainer 4 autres enfants.

En qualité de Conseiller Municipal, je proposerai également à M. le Maire et à mes collègues conseillers d’accorder le titre de CITOYENNE d’HONNEUR de notre village à cette jeune fille.

Cela ne veut pas dire que nous souhaitons q’Aïda vienne s’installer et travailler à Villars. Non ! Notre souhait n’est pas de déraciner ces gens de leur pays mais plutôt de les aider à construire chez eux, au BURKINA FASO, leur avenir et leur permettre ainsi de devenir de véritables citoyens du monde.

Aïda se fera une fierté de savoir qu’un petit village de France lui fait cet honneur et soutienne ses ambitions scolaires.

Voilà chers amis ce que tenais à vous dire et, avec votre permission, Maurice, Richard et moi  transmettrons à Aïda,  lors de notre prochain voyage en Février prochain au BURKINA,  toute l’amitié et la solidarité des villarois.

Merci de votre attention.      

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 03:04

A) Vie professionnelle.

1° Comptable.

2° Surveillant (pion).

3° Educateur Scolaire Spécialisé.

4° Directeur collège enfance inadaptée.

5° Conseiller en Formation Continue GRETA.

6° Conseiller en Formation Continue DAFCO (chargée du FAS. Population immigrée).

7° Professeur certifié Histoire-Géo.

B) Etudes :

1° Commerce-comptabilité.

2° DEA Histoire.

3° Maitrise psychologie.

4° Fac : philosophie et sociologie  niveau DEUG.

5° Fac : une année de droit.

C) Appartenance politique : Ecolo de gauche altermondialiste.

Sans appartenance politique actuellement.

D) Mandats électoraux.

Conseiller Municipal à Massoins de 1971 à 1977

Conseiller Municipal à Villars/Var de 1989 à 1999.

Conseiller Régional de 1998 à 2010

Maire de Villars/Var de 1999 à ...

Vice-président intercommunalité rurale moyenne vallée du Var (CCVA) de 2004 à....


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:01

Chers amis proches et lointains,

 

Voici venu le temps des vœux que je vous souhaite pour 2012.

C'est le moment de :

 

Resserrer les liens avec sa famille, ses amis, ses compagnons de route, 

Faire la fête avec ceux que nous aimons,

Penser à soutenir activement ceux qui n'ont pas grand chose ou rien, 

 

Permettre à tous de disposer d’un logement, 

Sauver les terrains agricoles (ex : plaine du Var...),

Soutenir nos artisans, commerçants, agriculteurs, hébergeurs qui ne délocalisent pas, 

 

S'insurger contre les déforestations massives et la perte de la diversité biologique

Faire le petit chèque - qui additionné à d'autres - rentre dans le concert de la solidarité  humaine, 

Penser aux animaux abandonnés et sacrifiés qui n'ont pas les moyens de protester, 

 

Réclamer la poursuite d'une politique d'énergies renouvelables,

Faire le nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique.

Respecter l'air, l'eau, les sols, grâce par exemple à l'assainissement naturel et au tri-compostage, 

 

Développer une agriculture de qualité (bio et permaculture),

Réclamer l’égalité salariale hommes-femmes, la réduction de l’échelle des salaires, le droit à la santé,

Pratiquer au niveau local une politique d’écodéveloppement.

 

Tous ces voeux dépassent bien sûr la seule année 2012, mais il n'est jamais trop tôt pour les évoquer tous ensemble.

Bonne année à tous.

Malausséna Edgar

Maire de Villars-sur-Var.

Vice-président de l’intercommunalité.

Tel Mairie : 04 93 05 32 32

Blog : http://e.malausséna-p.over-blog-com

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 02:42

 

L'intercommunalité est en marche. Le tout est de savoir si celles-ci sont acquises démocratiquement et comment et pourquoi elles représentent les différents territoires.

Répartition des votes sur les 163 communes du département :

- 41 avaient délibéré favorablement,

- 112 défavorablement;

- Les 10 n’ayant pas encore délibéré sont dans ce cas « réputées favorables » si l’on en croit la préfecture.

Etablissement Public de Coopération Intercommunal  à fiscalité propre (qui peuvent lever l’impôt) :

-     3 sont pour,

-   11 contre.

Répartition des votes des Syndicats mixtes :

33 ont voté non,

4 oui,

les 61 qui ne se sont pas encore prononcés seraient eux aussi « réputés favorables ».

Référendum :

Il faut rappeler que dans la vallée de la Roya et à Mouan-Sartoux, ont été organisés des référendums qui ont dégagé des majorités contre les choix du Préfet.

Rappel : la Tour-sur-Tinée avait annoncé l’organisation d’un référendum lors des cantonales.

Ceci ne s’est pas produit.

9 décembre 2011.

La carte de l‘intercommunalité départementale a été finalement voté par la Commission Départementale des Communes pour l’intercommunalité.

La Commission départementale de coopération intercommunale a voté le schéma, par 34 voix contre 11 et une abstention.

Votes contre :

- Les élus des gauches et de l’écologie,

- Mme Tabarot  (UMP).

- M. Henri Leroy (UMP).

- M. Bernard Brochand (UMP) abstention.

Il y aura donc 6 intercommunalités :

1° Communauté d’Agglomération Riviera étendue (Est du Département).

2° Communauté des communes du Paillon (Centre-est du Département).

3° Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (Centre-ouest du Département).

4° Communauté Scot de l’Ouest du Département.

5° Nice-Métropole : de la côte à St Dalmas de Selvage  (Tinée) et St Martin Vésubie (Vésubie).

6° Communauté de Communes Cians-Var Vallées d’Azur Mercantour au Nord-est du Département.

L’Ouest du Département.

Contre la volonté majoritaire des élus.

Le destin des communes de l’ouest du département a été décidé par une majorité d’élus du centre et de l’est du département, dont le sort était déjà scellé dans la métropole ou la CASA. dont 10 seulement représentent l’ouest du département.

A l’ouest, de Cannes à Collongues en passant par Mouans-Sartoux et Grasse, la nouvelle agglomération imposée par le préfet et validé par la commission, devrait regrouper 27 communes, alors que 24 communes sur 27 avaient voté contre ce projet, ainsi que les syndicats intercommunaux et les Communautés existantes.

La vallée de la Roya.

Contre la volonté majoritaire des élus.

Les élus de cette vallée ont refusé en majorité le schéma.

La Roya majoritairement ne veut pas être rattachée à l’agglomération mentonnaise qui est réputée ayant des difficultés financière.

 

Notre analyse :

1° La métropole niçoise :

Beaucoup pensent qu’il y a incohérence géographique. Nous ne pensons pas cela.

La Métropole n’a pas été à la hauteur des espérances de ses auteurs.

Elle est le résultat de positionnements politiques opposés au sein de la majorité départementale et de la forte opposition des élus de la moyenne vallée du Var et du Cians.

Solidarité mer-montagne.

Le découpage actuel est basé sur l’idée centrale, selon leurs auteurs, que cette Métropole continuera la politique du Département dans le cadre de la « solidarité mer-montagne ».

La métropole sera organisée en 3 espaces :

La côte et l’espace niçois avec des activités dites traditionnelles.

L’OIN qui serait le poumon de la nouvelle économie départementale, tournée vers la mondialisation et la concurrence internationale.

L’espace montagnard arrière cour de « la ville » qui est présentée comme un poumon écologique et basé sur l’agritourisme qui permettra sans doute d’installer des activités qui ne sont pas nécessairement attendues par les populations.

Dessaisissement des compétences.

Sachons que dans ce type d’organisation géographico-politique les municipalités sont dessaisies de nombreuses compétences et que les communes n’auront aucune autonomie :

° Droit du sol : permis de construire.

° Eau et Assainissement.

Les régies communales de l’eau sont en voie de disparition au profit de la gestion par un groupe privé en délégation de service public.

2° Notre nouvelle Communauté de Communes :

Quel était notre projet ?

Créer une intercommunalité rurale pouvant rassembler :

CCVA.

CCCV.

Haut Estéron.

Entrevaux et Annot.

Quel est le résultat ?

CCVA.

CCCV.

Haut Estéron.

Entrevaux. 

Communes regroupées :

Revest, Tourette du Château, Roquesteron, Pierrefeu, Toudon, Cuebris, Sallagriffon, Les Mujuls, Sigale, Aiglun, St Antonin, Ascros, La Penne, Puget-Théniers, Rigaud, Auvare, Puget-Rostang, la Croix-sur- Roudoule, St Léger, Villars-sur-Var, Touët-sur-Var, Massoins, Malaussène, Thiéry, Lieuche, Pierlas, Daluis, Beuil, Guillaumes, Sauze, Péones, Villeneuve d’Entraunes, Châteauneuf d’Entraunes, St Martin d’Entraunes, Entraunes, Aiglon, Amirat, Entrevaux.

Ne boudons pas notre plaisir.

Nous serons bien la seule intercommunalité rurale des AM avec en sus, la commune d’Entrevaux.

Cependant, Annot, qui entrait dans notre logique « valléenne » n’a pas été acceptée

Les risques :

Nous n’avons pas nécessairement additionné des richesses.

Le plus grand nombre de communes et les diversités géographiques peuvent entraîner des dispersions et des antagonismes plus importants qu’aujourd’hui.

Il va falloir être capables de gérer cela.

Malausséna Edgar

Maire de Villars-sur-Var.

Vice-président de l’intercommunalité.

Tel Mairie : 04 93 05 32 32

Blog : http://e.malausséna-p.over-blog-com

 

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 09:56

Acca-2.jpg

Conférence internationale à Durban

sur les changements climatique

 Gaz à effet de serre et crise économique : mêmes enjeux

 

Au moment où se tient la conférence de Durban :

Un indien ou un chinois produit 3 tonnes de gaz à effet de serre par an.

Un américain du Nord produit 20 tonnes de gaz à effet de serre par an.

Les Américains + les Chinois + les indiens produisent 50 % des gaz à effet de serre.

L’Europe produit 11 % des gaz à effet de serre.


Nous subissons les effets des façons de produire et de consommer des générations antérieures.

Les générations futures seront les héritières de nos productions d’effet de gaz à effet de serre à cause de nos façons de produire et de consommer.

Les bourses contre la vie.

Tant que l’on maintiendra la « bourse des gaz à effet de serre », ou les droits à polluer, il n’y aura aucune possibilité de diminuer l’augmentation des gaz à effet de serre et d’empêcher le réchauffement climatique.

Tant que l’on maintiendra « la bourse des valeurs boursière » on continuera à rendre les grands actionnaires plus riches et le reste de la population plus pauvre.

Ainsi :

Les crises financières, sociales et environnementales ont la même cause : la course au profit grâce aux mécanismes d’un système libéral et productiviste incapable de gérer harmonieusement notre planète.

 

Mobilisation réussie, mais sans résultats.

A ce jour, malgré les mobilisations les peuples sont en échec, tant sur les plans économiques que  sociaux.

En effet, es plans d’austérité s’alignent les uns derrière les autres, et ont pour unique but de permettre au système d’entrer dans une nouvelle phase d’autorégulation, et de permettre le recyclage des capitaux, en imposant des politiques dites de rigueur.

A ce jour, malgré les mobilisations les peuples sont en échec sur le plan environnemental, car la crise généralisée qui secoue la planète permet de faire oublier la crise environnementale et de l’énergie.

Durban n’échappera pas à cette tendance négative.

 

S’investir localement est une nécessité.

Cela ne doit pas nous faire abandonner nos luttes locales (comme nous essayons de les mener à Villars-sur-Var) pour promouvoir une démarche globale sociale et environnementale (écodeveloppement )bien au contraire car si une hirondelle ne fait pas le printemps, le printemps disparaitra sans les hirondelles.

 

Malausséna Edgar

 

Maire de Villars-sur-Var.

Vice-président de l’intercommunalité.

Tel Mairie : 04 93 05 32 32

Blog : http://e.malausséna-p.over-blog-com

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 15:18

CRISE. Où vont les municipalités, les intercommunalité…et Villars-sur-Var ?

 

PREMIERE PARTIE.

 

Par ces temps de crise, les français ou tout au moins les classes moyennes, ne semblent pas encore avoir mesuré les diverses conséquences de la crise mondiale.

 

Les gouvernements rationnent les peuples et finissent par tomber.

Les détenteurs de milliers d’actions spéculent sur les dettes des Etats, au point que ceux-ci n’arrivent plus à les rembourser.

Ces milieux en arrivent à faire écrouler les gouvernements en place, après les avoir obligé à démolir les services publics, après avoir supprimé les articles des codes du travail en faveur des salariés, après avoir fait reculer l’âge de la retraite…

Parallèlement, en Grèce, comme en Italie, comme en Espagne, en France, les politiques de mise en place de cadeaux fiscaux aux plus possédants, déséquilibrent encore plus les budgets des Etats.

La crise n’est pas passagère.

Cela pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une crise passagère où certains secteurs resteraient épargnés.

Ceci est une erreur, car tous les collectivités territoriales et locales entrent dans la crise.

 

L’exemple des municipalités et des intercommunalités.

Toutes ces collectivités locales vivent de diverses recettes que nous pouvons lister ici :

 

A) Les ressources propres de Villars-sur-Var.

1° Les taxes indirectes comme le foncier, l’habitation et auparavant les entreprises.

2° Les ordures ménagères lorsqu’elles sont en gestion directe (ici c’est l’intercommunalité qui en est chargée).

3° La vente de l’eau et de l’assainissement parce qu’elles sont en gestion directe à Villars.

3° Les locations d’immeubles, avec l’obligation de suivis sérieux sous peine de déficit.

4° Les locations de gîtes ou chambres d’hôtes municipale, à condition de disposer des outils de gestion, de diffusion et des personnels adéquats.

5° La vente des produits comme par exemple les coupes de bois.

6° Les « ex » taxes locales sur les permis de construire.

7° Les taxes locales d’électricité.

8° Les dons.

Nota : Le budget autonome du Centre Communal d’Action Sociale permet de créer des activités qui ne peuvent exister que grâce au travail bénévole et dépendent de dons, d’activités propres, mais aussi de subventions.

Etc…

 

B) Les ressources extérieures de Villars-sur-Var.

1° Les différentes dotations d’investissement et de fonctionnement d’Etat.

2° Le reversement des droits de mutation des Conseils Généraux.

3° Les péréquations qui proviennent d’une méthode de report d’excédents entre les différentes collectivités.

4° Les subventions pour les différents programmes de travaux, en provenance de :

l’Etat,

les Conseils Régionaux, et celui de PACA pour Villars-sur-Var,

les Conseils Généraux, et celui des AM pour Villars-sur-Var,

l’Agence de l’eau,

l’Europe,

les CAF, et celle des AM pour Villars-sur-Var

les DRAC, et celle des AM pour Villars-sur-Var

Les fondations diverses, par exemple la fondation du patrimoine…

5° Les subventions pour des actions ciblées, comme pour la culture, le sport…

6° Les emprunts avec des annuités de remboursement qui se répartissent sur x années.

Etc…

C) Equilibre des ressources locales.

Préambule : il n’est pas certain que l’augmentation des populations engendre des recettes nouvelles en rapport avec les nouveaux besoins.

Afin de pouvoir équilibrer ses différents budgets, Villars-sur-Var comme toutes les municipalités et les intercommunalités,  se doit donc :

D’essayer de disposer du maximum de ressources propres. Celles-ci lui donne une indépendance certaine par rapport à ses financeurs et la capacité de réaliser des travaux d’entretiens réguliers… sans attendre d’hypothétiques subventions.

D’essayer de disposer du maximum de dotations et de subventions.

2° Le haut niveau de subvention.

Ce haut niveau permet de mettre en place des outils de recettes, comme les appartements, les gîtes, les salles d’animation (gratuites à Villars pour les activités associatives et publiques).

Cependant, cela ne suffit pas.

Si la municipalité ne réalise pas des recettes propres en quantité suffisante elle ne pourra pas dégager la part communale pour procéder à la réalisation des divers travaux.

Un haut niveau de subvention permet de mettre en route des travaux dans pratiquement tous les domaines :

Eau, assainissement.

Salle d’animation.

Sentiers.

Sécurité pédestre.

Sécurité routière.

Voiries diverses.

Patrimoine.

3° Un bas niveau de subvention.

Un bas niveau de subvention entraîne la nécessité de mobiliser l’ensemble des ressources propres citées au paragraphe : A) Les ressources propres de Villars-sur-Var.

Les leviers budgétaires et financiers pour répondre à un bas niveau de subvention se caractérise par :

L’augmentation des impôts.

L’endettement.

 

Prochaine partie :

D) déséquilibre des ressources locales.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 20:03

VAR-ROUGE-31-12-011--2--copie-1.JPG

CRISE. Où vont les municipalités, les intercommunalité…et Villars-sur-Var ?

PREMIERE PARTIE.

 

Par ces temps de crise, les français ou tout au moins les classes moyennes, ne semblent pas encore avoir mesuré les diverses conséquences de la crise mondiale.

 

Les gouvernements rationnent les peuples et finissent par tomber.

Les détenteurs de milliers d’actions spéculent sur les dettes des Etats, au point que ceux-ci n’arrivent plus à les rembourser.

Ces milieux en arrivent à faire écrouler les gouvernements en place, après les avoir obligé à démolir les services publics, après avoir supprimé les articles des codes du travail en faveur des salariés, après avoir fait reculer l’âge de la retraite…

Parallèlement, en Grèce, comme en Italie, comme en Espagne, en France, les politiques de mise en place de cadeaux fiscaux aux plus possédants, déséquilibrent encore plus les budgets des Etats.

La crise n’est pas passagère.

Cela pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une crise passagère où certains secteurs resteraient épargnés.

Ceci est une erreur, car tous les collectivités territoriales et locales entrent dans la crise.

 

L’exemple des municipalités et des intercommunalités.

Toutes ces collectivités locales vivent de diverses recettes que nous pouvons lister ici :

 

A) Les ressources propres de Villars-sur-Var.

1° Les taxes indirectes comme le foncier, l’habitation et auparavant les entreprises.

2° Les ordures ménagères lorsqu’elles sont en gestion directe (ici c’est l’intercommunalité qui en est chargée).

3° La vente de l’eau et de l’assainissement parce qu’elles sont en gestion directe à Villars.

3° Les locations d’immeubles, avec l’obligation de suivis sérieux sous peine de déficit.

4° Les locations de gîtes ou chambres d’hôtes municipale, à condition de disposer des outils de gestion, de diffusion et des personnels adéquats.

5° La vente des produits comme par exemple les coupes de bois.

6° Les « ex » taxes locales sur les permis de construire.

7° Les taxes locales d’électricité.

8° Les dons.

Nota : Le budget autonome du Centre Communal d’Action Sociale permet de créer des activités qui ne peuvent exister que grâce au travail bénévole et dépendent de dons, d’activités propres, mais aussi de subventions.

Etc…

 

B) Les ressources extérieures de Villars-sur-Var.

1° Les différentes dotations d’investissement et de fonctionnement d’Etat.

2° Le reversement des droits de mutation des Conseils Généraux.

3° Les péréquations qui proviennent d’une méthode de report d’excédents entre les différentes collectivités.

4° Les subventions pour les différents programmes de travaux, en provenance de :

l’Etat,

les Conseils Régionaux,

les Conseils Généraux,

l’Agence de l’eau,

l’Europe,

les CAF,

les DRAC,

Les fondations diverses…

5° Les subventions pour des actions ciblées, comme pour la culture, le sport…

6° Les emprunts avec des annuités de remboursement qui se répartissent sur x années.

Etc…

C) Equilibre des ressources locales.

Préambule : il n’est pas certain que l’augmentation des populations engendre des recettes nouvelles en rapport avec les nouveaux besoins.

Afin de pouvoir équilibrer ses différents budgets, Villars-sur-Var comme toutes les municipalités et les intercommunalités,  se doit donc :

D’essayer de disposer du maximum de ressources propres. Celles-ci lui donne une indépendance certaine par rapport à ses financeurs et la capacité de réaliser des travaux d’entretiens réguliers… sans attendre d’hypothétiques subventions.

D’essayer de disposer du maximum de dotations et de subventions.

2° Le haut niveau de subvention.

Ce haut niveau permet de mettre en place des outils de recettes, comme les appartements, les gîtes, les salles d’animation (gratuites à Villars pour les activités associatives et publiques).

Cependant, cela ne suffit pas.

Si la municipalité ne réalise pas des recettes propres en quantité suffisante elle ne pourra pas dégager la part communale pour procéder à la réalisation des divers travaux.

Un haut niveau de subvention permet de mettre en route des travaux dans pratiquement tous les domaines :

Eau, assainissement.

Salle d’animation.

Sentiers.

Sécurité pédestre.

Sécurité routière.

voiries diverses.

Patrimoine.

3° Un bas niveau de subvention.

Un bas niveau de subvention entraîne la nécessité de mobiliser l’ensemble des ressources propres citées au paragraphe : A) Les ressources propres de Villars-sur-Var.

Les leviers budgétaires et financiers pour répondre à un bas niveau de subvention se caractérise par :

L’augmentation des impôts.

L’endettement.

 

Prochaine partie :

D) déséquilibre des ressources locales.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 09:27

CENTENAIRE-3-07-DES-CP-022.JPG 

Centenaire des chemins de Fer de Provence.

Transports plus propres et économe en C02.

Réagir « localement » face au changement climatique

c’est une necessite !

 

Dans le cadre de la renaissance du Pays Vallées d’Azur Mercantour, j’ai postulé au Conseil de Développement et à son bureau.

Conseil de Développement Pays Vallées d’Azur Mercantour

Celui-ci a créé plusieurs commissions dont celle concernant le changement climatique.

J’ai donc pris la décision d’y participer, sachant que pendant quelques temps j’ai été indisponible.

J’ai donc pris mes sources dans le travail de M. Pratico, lui aussi membre de cette commission. Qu’il me pardonne donc.

Ecodeveloppement.

Nous sommes un certain nombre à  penser depuis des années que les termes « Développement Durables » ou « Développement Soutenable » ne devraient plus être utilisés par les écologistes.

Le concept initial était celui « d’ECODEVELOPPEMENT » a été remplacé sous la pression des grandes compagnies américaines, par le Développement Durable ou le Développement Soutenable, transformant ainsi un concept de terrain en une immense machine internationale qui donne le « la».

 C’est pourquoi il m’a semblé intéressant d’aborder la question du  changement climatique par le petit bout de la lorgnette, diraient      certains, c'est-à-dire par l’aspect théorique et pratique local.

 

Notre ami Pratico a donc essayé de repérer les grands objectifs en étudiant l’opportunité de mettre en place un Plan Local Energie, dans le domaine des énergies renouvelables :

Le solaire : le soleil, bien présent sur notre territoire

L’hydraulique : l’eau, idem avec le Var et ses affluents.

L’éolien : le vent, force naturelle intéressante également

Le bois : pour le chauffage, avec une gestion concertée de la forêt.

Pour ma part j’ai essayé de donner quelques guides pour la réflexion, concernant la répartition des différentes sources d’énergie sur le plan national à partir d’une étude de l’ADEME, en espérant ensuite repérer sur notre territoire les différents potentiels d’énergies alternatives.

Avec une part de 74,1% de la production électrique française, le nucléaire est très loin devant les autres énergies.

L’hydraulique arrive en deuxième position avec 12,1%.

Jean-François Astolfi, directeur de la division hydraulique chez EDF, estime que cette part devrait relativement peu progresser dans l’avenir.

La puissance moyenne d’une installation nucléaire est de 1.100 MW, contre 12 MW pour une centrale hydraulique, et 3,5 MW pour une centrale photovoltaïque.

Les autres sources d’énergie se partagent les 13,8% restants ainsi :

les centrales combinées gaz 5,4%,

les centrales à charbon 3,5%,

l’éolien 1,7%, les centrales au fioul 1,4%,

le bois 0,9%,

l’incinération avec valorisation énergétique 0,6%,

le photovoltaïque 0,18%

le biogaz 0,1%.

 

Il nous semble nécessaire de rajouter les économies et les sources d'énergies alternatives suivantes :

       Bâtiments,

            La biomasse

            Les carburants plus propres.

            Le chemin de Fer de Provence.

1° Bâtiments HQE ou/et bioclimatiques. Il nous faudrait avoir une politique incitative concernant les bâtiments bio-climatiques ou HQE, car la plupart des émissions de CO2, proviennent des bâtiments d’habitations et des bureaux. Nous pouvons citer l’exemple de la future école de Villars-sur-Var.

Les financeurs abondent ce genre de projet public.

2° La biomasse. Nous avons par ailleurs à rajouter la biomasse dans l’énumération proposées qui peut être au carrefour de deux utilisations toujours en liaison avec le CO2.

Au lieu de brûler les déchets verts des particuliers, les composter et donc monter des dossiers qui peuvent être pris en charge par la Région, l’ADEME, le CG06 et les communes. L’achat de composteurs individuels (voir exemple Villars ou plus récemment Touët) est une méthode de responsabilisation par individus et par foyer.

b° Les piles à méthane. Nous pouvons aussi, comme on peut le lire dans Politis de cette semaine, imiter l’exemple de la Bretagne où des paysans font murir de la biomasse pour produire du méthane (piles à méthane comme en Espagne) qui sert ensuite de matière première pour le chauffage.

3° Les carburants plus propres : Actuellement se développe le travail pendulaire qui fait parcourir des milliers de kilomètres aux salariés habitants dans nos territoires qui travaillent sur la côte ou dans les zones de St Laurent, Carros, le Broc… Nous pourrions obtenir des financements (ville de Digne) pour inciter à l’installation d’une ou deux stations de GPL, sachant que la plus proche est sur la plaine du Var, à Castagniers.

4° Le chemin de Fer de Provence. Actuellement un gros effort est fait sur les tarifs. Mais l’obligation de prendre des carnets et de payer une somme forfaitaire ramène, pour les personnes âgées, quasiment à l’ancien tarif, parait-il.

L’absence de jonctions par transport collectif entre les différents villages et la ligne, diminue le nombre de passagers qui donc continuent à utiliser leurs propres véhicules, même si la municipalité de Villars-sur-Var a créé un parking de dissuasion à la gare des CP.

C’est le moment de demander au Conseil Régional et au Conseil Général de se compléter, l’un pour la ligne, l’autre pour les bus, afin de dynamiser encore plus la renaissance de cet outil formidable qu’est le CP.

  La réflexion et le travail ont donc bien commencé.

 


Partager cet article
Repost0