Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 04:10

 

SalOn Biogee à Villars-sur-Var 06

 

SAMEDI 4 MAI

ET

DIMANCHE 5 MAI 2013

 

BIEN-ÊTRE – NATURE VÉGÉTARISME

Villars--sur-Var-006.JPG 

 

MarchÉ biogÉe Les professionnnels exposent :


Association ARBRE

Association de la protection des animaux de la ferme.

Association Lumière du Sud (Reiki, Shiatsu).

Ferme La Colomba :

légumes bio, safran, miel, pollen pains d’épices.

Maraîcher Bio Leali Loris.

Foresta avec un chalet écologique.

Couscous Végétarien.

Ayurvedique Spa à la Valorette Tournefort.

Boulanger bio.

Confitures et pâtes de fruits bio et non bio.

Vin Bio Italien/Français.

Produits de soins de pieds Beate Lauterbach.

La Garance Voyageuse.

Plantes bio Sophie Thisse (producteur bio).

Petits fruits rouges Evelyne Abadir

(producteur bio).

Cristaux naturels.

Huiles essentielles, hydrolats, cosmétiques C. Cotterau (producteur bio).

Permaculture, Massages, Macérations & gemmologie Paul Hoch et Patricia (producteurs bio).

Vêtements bio.

Livres & BD : thèmes (philosophie, jardinage, bien-être, végétarisme).

Les Lamas du Soleil.

Les brebis de la Ferme des Cluots ( ?).

Bijoux avec des vraies pierres (Christine de Tournefort).

Nicole Kretchmann (Nourriture et santé – livres et atelier).

Entreprise Marchal éco-électricité.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 03:38

« Trop de forêts ont déjà été détruites. Nous ne pouvons pas nous permettre d'en perdre une de plus, surtout une aussi importante que Prey Lang ».

Vong Phan, grand-mère de 56 ans, résume la pensée de la plupart des habitants de son village Stung Treng. 

 

Avec 360.000 hectares, Prey Lang est la dernière grande forêt des basses-terres de la péninsule indochinoise. Elle est l'habitat de nombreuses espèces menacées inscrites sur la liste rouge de l'UICN comme l'éléphant, la panthère nébuleuse, le crocodile du Siam, le gibbon à bonnet.

Chaque jour ses bois précieux (palissandre, meranti, balau) sont abattus et exportés comme matériau de construction pour planchers, meubles de jardin ou de luxe. 

 

En langue kuy, Prey Lang signifie « notre forêt »

Prey Lang est la source de revenus de 200.000 personnes, majoritairement issues du peuple autochtone Kuy, qui vivent de l'utilisation et de la vente des produits de la forêt : rotin, miel, résine, fruits, gibier et plantes médicinales.

Les habitants de Prey Lang, qui signifie « notre forêt » en langue kuy, ne tolèrent plus d'être expulsés brutalement de leurs terres et d'assister à la destruction de leurs moyens de subsistances. 

Face à la grande implication des autorités et des militaires dans la destruction de la Nature et l'accaparement des terres au Cambodge, de nombreuses communautés ont créé un réseau sous le patronage du Groupe de Protection des Ressources Naturelles du défunt Chut Wutty.

Ses participants organisent des pétitions, des manifestations et même des patrouilles pour stopper les bûcherons criminels et confisquer leurs tronçonneuses. 

Le réseau Prey Lang milite pour que leur forêt devienne une zone protégée.

Un projet de loi existe déjà mais attend toujours d'être adopté par le gouvernement.

Soutenons leur initiative !

Sylvain Harmat   Sauvons la forêt
info@sauvonslaforet.org 
www.sauvonslaforet.org

Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 03:21

Les municipalités n’ont pas la « compétence emploi », mais par de nombreuses actions elles peuvent favoriser le maintien ou le développement des activités socio-économiques...

 

Défense et développement des services publics.

° La municipalité de Villars et son Maire se sont opposé au départ de la base DDE de Villars/Var et cela a permis de maintenir 10 emplois dans le cadre du SDA.

° Les élus de la majorité municipale ont fait le nécessaire pour maintenir l’activité postale.

° La municipalité s’est opposée à la fermeture de la déchetterie (avec les communes de Massoins et de Malaussène), permettant la future création d’un emploi à temps partiel, saisonnier.

° La municipalité a construit la micro-crèche  (avec la CAF) qui a permis de développer 4 à 5 emplois.

° La municipalité a créé la cantine (avec la CCVA) et a permis la création d'un mi-temps et plusieurs temps partiels.

° La commune a initié l’installation du Relais Info Public avec la création de 2 emplois partiels.

 

Location de locaux et terrains municipaux et mise à disposition.

La commune est propriétaire :

° D’un bâtiment loué aux sapeurs forestiers : 10 emplois.

° De la gendarmerie et abrite donc 4 à 5 emplois de gendarmes.

° Des terrains agricoles et forêts qu’elle loue à des familles, ce qui permet de les fixer.

° Du moulin à huile qui permettra la création d'emplois saisonniers en 2013/2014.

° De la déchetterie sur lequel l’emploi partiel rendra les services attendus (cf ci-dessus).

° D’appartements ou locaux qui sont régulièrement occupés par des familles d’artisans.

° Du local du CCAS, dans lequel le CLIC de la vallée tient sa permanence.

° Du Centre de Secours des sapeurs pompiers volontaires, mis à disposition gratuite du SDIS.

° De quatre gîtes ruraux communaux avec le maintien d’un emploi mi-temps.

° Des locaux du Centre Médico-Social. Sont installés dans ces locaux :

° Un médecin,

° Une orthophoniste,

° Un Relai Info Public,

° Deux infirmiers chacun à mi-temps,

° Un dentiste à temps partiel.

 ° La circonscription sociale des Vallées.

° Unisad : service de soins à la personne.

° Une permanence de la Sécurité sociale.

° Une entreprise para-médico-sociale « ambulances des vallées ».

Bientôt du local de l’actuelle maternelle qui abritera le Centre de Loisirs dans de bonnes conditions.

 

Démarches favorisant l’emploi

° La commune a signé une convention avec ISATIS (caution bancaire) afin cette association puisse rénover les locaux et pérenniser 34 emplois.

° La commune oriente les artisans vers des propriétaires privés afin que ceux-ci puissent bénéficier de locaux.

 ° La commune oriente les villarois vers des niches d'emplois (de moins en moins car le Relai Service Public et le CCAS jouent de grands rôles dans ce secteur) .

° Rénovation des sentiers et de canaux qui permettent le maintien d’activité rurale et d’accueils, ou de nouvelles implantations à terme (Salvaret, Narboin…).

° La municipalité édite un journal « La Villarelle » qui valorise les artisans, commerçants, hébergeurs…

° L'office de Tourisme, l'UPMVV, Terra Villarenc, sont des supports que la municipalité soutient afin de dynamiser l'emploi...

 

En ces temps de chômage, ce n’est pas bien sûr suffisant, mais c’est mieux que de rester à ne rien faire tout en déplorant la situation

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 18:35

SAMEDI 4 MAI ET DIMANCHE 5 MAI 2013

 

BIEN-ÊTRE – NATURE - VEGETARISME

 

DES PROFESSIONNELS VOUS PROPOSENT

 

 MARCHE : Produits & Plantes bio, huiles essentielles, librairie..  

      STANDS : Santé, soins et détente, régimes, animations musicales..

            ATELIERS : Cuisine, dégustations végétariennes, Yoga, Thai chi..

                  CONFERENCES/PROJECTIONS : photos, thérapies, diététique, hygiène..

                          ANIMATIONS-ENFANTS : aire de jeux, jardinage: potager musical..

                                  SPA & FITNESS : conditions/réservation :

                                                                                          04 93 05 70 10 et 06 61 92 90 06

 

Accès depuis Nice par route 6202/6202 bis et train (CP de Provence)

NAVETTE DEPUIS LA GARE DE TRAIN DE VILLARS SUR VAR

PARKING GRATUIT & RESTAURATION SUR PLACE

Renseignements : 06 22 77 59 95

Salonbiogee.wordpress.com/

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 06:35

L’écologie : du pouvoir d’achat en plus, du pouvoir de vivre en mieux

L’affaire du cheval qui se transforme en bœuf entre la Roumanie et Castelnaudary n’est pas une simple affaire d’étiquette et de traçabilité. Elle illustre non pas les fraudes ou les scandales du système productiviste mais ses fondements les plus délétères.

La réduction de la part de l’alimentation dans les budgets familiaux (due pour les plus modestes à l’explosion des autres postes comme le logement) et l’idée que « l’alimentation ne doit pas couter beaucoup ».

L’énorme pression de la grande distribution sur les marges, le business agroalimentaire qui comprime le paysan et le contraignent à une productivité de court terme par la chimie, la mécanisation à outrance et le surendettement.

L’industrialisation de toute la chaîne, la standardisation des produits, la perte de diversité, le gaspillage généralisé, les déséquilibres nutritionnels, l’explosion des distances et l’apparition d’autres intermédiaires, légaux ou non qui prennent leur dime sur tout le circuit…

In fine, la spéculation sur les matières premières…

Ainsi sont générés dans une boucle folle d’énormes coûts : La dégradation de la santé de tous, des dommages irréversibles à la terre, des emplois déstabilisés…

Il est temps de sortir de ce cercle vicieux et de considérer que l’alimentation, comme le logement, l’éducation et la santé, sont les biens élémentaires les plus précieux dont l’accès à tous est l’absolu devoir des gouvernants.

Les écologistes ne sont pas les seuls à avoir indiqué la direction et par exemple : favoriser le commerce de proximité et non l’implantation de grande surface ; encourager les circuits courts ; donner la priorité à l’agriculture biologique et aux produits de terroir à forte valeur ajoutée ; réduire massivement les pesticides et la nourriture bourrée de chimie pour les animaux ; aider les agriculteurs sur des critères de qualité plus que de quantité ; rattraper le retard français en matière de jardins ouvriers et d’autoproduction ; réserver les espaces périurbains à l’agriculture maraichère, à la transformation et aux petits abattoirs. Donner une compétence alimentation aux agglomérations.

Des milliers de réalisations sont la base sur laquelle peut se construire une nouvelle politique cohérente.

Étendues dans le cadre du plan de soutien à la compétitivité de l’économie française, elles produiront dans des délais assez rapides des gains significatifs de pouvoir d’achat, des emplois non délocalisables, un plus en terme de qualité vie, de sérieuses économies sur les dépenses de santé.

Qui ne voit là les objectifs affichés par le gouvernement ?

Le ministre de l’agriculture a fait quelques pas sur la bonne voie, il peut compter sur les écologistes pour l’appuyer dans un changement de cap bien plus radical encore.

Jacques Archimbaud

Secrétaire national adjoint d’Europe-Ecologie Les Verts

Commentaires blog E. Malausséna :

Comme quoi on peut très bien raisonner et ensuite approuver son contraire en soutenant  "la compétitivité" qui est justement à l'origine des tares du système.

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 04:38

Bruno Le Maire (UMP): "Il y a quelque chose de pourri dans la démocratie"

PARIS, 12 fév 2013 (AFP) - 12.02.2013 19:51

Le député UMP et ancien ministre Bruno Le Maire a jugé mardi qu'"il y a quelque chose de pourri dans la démocratie" française, comparée à une "aristocratie", et qui devrait être "renouvelée", notamment en limitant le cumul des mandats.

Le Maire voit Valls en prochain Premier ministreInvité de TV5 Monde, le député de l'Eure a estimé que le gouvernement portait "l'entière responsabilité" d'incidents survenus plus tôt mardi à l'Assemblée nationale.

"A chaque fois que je vois ça je me demande quel effet cela fait sur les Français", a-t-il ajouté, avant d'appeler à "refonder" et "renouveler" la démocratie française, un thème qu'il défend depuis plusieurs mois.

"Notre démocratie, au-delà de ces péripéties d'aujourd'hui, est devenue une aristocratie (...) avec ses privilèges, avec ses postes, avec ses statuts", a ajouté celui qui pourrait être candidat à la présidence de l'UMP en septembre prochain.

"Quand vous voyez qu'on peut cumuler les mandats, que vous avez certains députés qui sont aussi maires, présidents d'agglomérations (...) vous vous dites qu'il y a quelque chose de pourri dans la démocratie française...

Bruno Le Maire a ensuite qualifié de "désastre pour le gouvernement socialiste et pour François Hollande" la possibilité que les objectifs de croissance (O,8%) pour 2013 ne soient pas tenus, ainsi que celui de ramener le déficit public à 3% du PIB.

"C'est une sanction magistrale adressée à la politique économique du gouvernement, qui n'a pas compris qu'il fallait restaurer la compétitivité de notre pays et qui n'a pas compris qu'il fallait réduire massivement, drastiquement la dépense publique", a ajouté le député de l'Eure.

Commentaires blog E. Malausséna :

Comme quoi on peut être contre le cumul des mandats et se prononcer pour une politique d'austérité.

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 04:25

Jean-Luc Mélenchon opposé au cumul des mandats pour les élus de la Républlique.

 

Jean-Luc-Melenchon-veut-sortir-Marine-Le-Pen_reference

 

"Personnellement, je suis pour l'interdiction stricte du cumul des mandats avec une phase d'adaptation à cette règle.

 

Mais le Front de gauche n'a pas de position arrêtée sur cette question.

 

Je crois cependant que le cumul n'est pas souhaitable.

 

Ses partisans invoquent le nécessaire ancrage territorial.

 

Mon expérience me dit que le cumul rend impossible quelque ancrage que  

ce soit, car l'élu passe son temps à courir."

 

Commentaires blog E. Malausséna.

Comme quoi on peut être le chef et être tout seul au milieu des siens.

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 03:21

 

Dans une tribune publiée par Le Monde, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir a réaffirmé avec force la nécessité d'appliquer dès les échéances électorales de 2014 le non-cumul des mandats.

 

 

Le devoir de la gauche est de combattre la crise économique et sociale, mais aussi la crise démocratique et morale. Ce ne sont pas deux combats distincts : pour sortir de la crise, réussir le changement et préparer l'avenir, il faut aussi répondre à la défiance des Français envers la politique. La gauche doit être le parti de l'emploi, de la justice sociale, de la croissance mais aussi de la renaissance démocratique, en appliquant le non-cumul des mandats dès 2014.

Aujourd'hui, la démocratie française est malade du cumul des mandats, une particularité qui n'existe quasiment pas en Europe. Non seulement, il empêche le meilleur exercice de chaque responsabilité, mais il nourrit l'antiparlementarisme. Si nous voulons redonner confiance aux citoyens dans la vie publique, il faut lever ce verrou à la respiration démocratique.

Si nous voulons que vienne le temps des femmes dans l'exercice du pouvoir, il faut lever cet obstacle à la parité. Si la jeunesse est la priorité, il faut lever cet obstacle au renouvellement des responsables politiques.

Depuis le début du quinquennat, le président de la République a multiplié les avancées démocratiques au service de notre pays : le premier gouvernement paritaire, la baisse de la rémunération des ministres et du président, des réformes fondées sur la concertation et le renouveau du dialogue social, une avancée historique des libertés et de l'égalité avec le droit au mariage pour tous. Cette audace doit continuer d'inspirer la gauche et la majorité. Les citoyens veulent que la politique soit plus ouverte, moins verrouillée.

 

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

Nous avons su prendre un temps d'avance avec les primaires citoyennes, des millions de Français s'y sont exprimés. Les citoyens ne veulent pas d'une politique cadenassée, mais d'une politique qui respire, d'une démocratie participative, de partis qui les écoutent autant qu'ils proposent, qui élaborent avec eux et non à leur place. Le non-cumul est au cœur du mandat de rénovation que les militants socialistes m'ont confié lors du congrès de Toulouse : c'est en leur nom que j'appelle à ce que cet engagement de rénovation approuvé par les Français lors de l'élection présidentielle soit tenu.

Nos engagements nous donnent des devoirs, notre époque aussi. Comment expliquer, après des années de concentration sarkozyste du pouvoir, que cette réforme peut attendre ?

Comment ne pas montrer l'exemple dans l'effort, lorsque la crise impose tant de sacrifices aux Français ?

Comment procrastiner lorsqu'une promesse ne s'applique qu'aux élus et ne dépend que de leur décision ?

La gauche doit prendre pour devise ces mots de René Char : "Tiens vis-à-vis des autres ce que tu t'es promis à toi seul : là est ton contrat."

Un report en appelle toujours un autre : 2014, 2017, 2022... En réalité, ce débat ne porte ni sur une date ni sur une opportunité politique, mais sur notre vision de la démocratie et son renouveau.

C'est au nom de la tradition parlementariste de la gauche que les socialistes veulent renforcer le Parlement en permettant aux élus d'exercer chaque mandat pleinement. Cela implique des moyens nouveaux pour l'action parlementaire, semblables à ceux qui peuvent exister au Bundestag ou au Congrès des Etats-Unis ; et pour les élus locaux d'un véritable statut correspondant au poids de leurs responsabilités.

Concrètement, une loi organique votée par l'Assemblée peut prévoir le non-cumul pour tous les parlementaires, dès 2014, et le remplacement par leurs suppléants des élus qui choisiraient leur mandat local.

Aux craintes d'élections partielles périlleuses pour la majorité, on pourrait objecter que le principal danger pour la gauche serait de cumuler les déceptions : les Français savent que certains combats restent à mener, comme le droit de vote des étrangers, à l'inverse, ils savent que sur le non-cumul nous pouvons agir dès aujourd'hui.

Notre pays a plus que jamais besoin d'un renouveau civique : il faut co-inventer le changement avec les Français, leur permettre de prendre le destin de la France en main.

Et si la limitation du cumul des mandats rencontre trop d'obstacles, si des difficultés d'ordre constitutionnel sont invoquées, c'est aux Français qu'il faudra donner la parole.

Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste

Commentaire blog E. Malausséna :

Comme quoi il y croyait au Congrès de Toulouse et il a fort à faire avec les élus de son parti en début 2013.

Partager cet article
Repost0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 04:36
www.editions-dialogues.fr/livre/michel-serres-biogée/

Description de cette image, également commentée ci-aprèsQuelques mots sur le livre

Biogée est une rhapsodie où alternent le conteur et le philosophe. Exclusivité : le texte entier lu par Michel Serres lui-même accessible gratuitement grâce au livre.

Résumé

Comment les marins se sauvent-ils des tempêtes ?

Et les mariniers des inondations ?

Comment les montagnards se tirent-ils des crevasses ?

Et les gardiens de phare d’un envahissement de rats ?

Comment les savants négocient-ils le feu et les bombes des volcans ?

Que disent la brise, les fleuves turbulents, le grand hurlement des loups et le silence des microbes qui foisonnent ?

 

Pour faire entendre le bruit de fond du monde et la voix des vivants, j’ai appelé à l’aide le récit de la nouvelle, l’évocation poétique ou musicale, les raisons scientifiques et la méditation propre à la philosophie… en une mosaïque la plus proche possible de l’expérience positive de la vie.

Critique : Christiane Frémont nous parle de Biogée...

"Michel Serres, philosophe, mais écrivain d’abord et toujours, publie aujourd’hui un livre au titre étrange et beau : Biogée – 
Bio signifie la vie, Gée désigne la terre.

Pourquoi ce titre s’est-il imposé à lui ? c’est que, répond-il, la Vie habite la Terre et la Terre se mêle à la Vie ; c’est aussi – les lignes de Valéry et de Bernanos inscrites en exergue le disent – les choses, comme les vivants, ont un langage, et que l’âme d’un poète sait devenir arbre.

Et le philosophe, lui, devient récitant, mêlant légende, histoire, récit, choses vues ou rêvées, avec des paroles de philosophie.

 

A qui s’étonne devant cet objet inusité en philosophie, Michel Serres répond que les sciences de la vie et de la terre sont en passe de prendre la première place dans nos savoirs et nos pratiques.

Non seulement parce que nous sommes de plus en plus instruits sur la formation du globe et la fabrication des vivants, mais aussi parce qu’il y a urgence : nous devons nous occuper de la Biogée tout entière que nous avons mise en péril et qui nous met en danger.

Il faut rappeler ici les thèmes des précédents livres, Hominescence qui par le concept d’ « objet-monde » mesure le nouveau rapport de l’homme à la Terre, Temps des crises où apparaît le mot « Biogée », puissance incontournable et inquiétante, milieu et partenaire de l’humanité, terme muet – moins qu’on ne croit, on le lira ici – d’un « contrat naturel » nécessaire, jamais écrit. 

 

Si surprenant soit ce livre, il est dans le droit fil de l’œuvre, car Michel Serres est l’un un des rares philosophes contemporains à toujours avoir fait entrer le monde dans ses écrits – le feu, les mers et les fleuves, le dessin des continents, le choc des particules, objets de la physique sans doute, mais aussi de la philosophie, comme modèles d'intelligibilité des connaissances et des pratiques humaines : turbulences, flux, passages, îles, crêtes, nuages, chaos…bref, le monde extérieur ne se borne pas pour lui aux maigres notions de matière, d’objet, de chose, de temps et d’espace.

 

La Biogée s’inscrit dans la série des personnages-concepts qui jalonnent l’œuvre (Hermès, le Parasite, la Noise…) concept global cette fois, essentiel en ce qu’il nous est co-naturel, nous nés de lui et lui de nous : la Biogée est la nation , nous y sommes tous nés depuis notre première aurore, disait le philosophe après Copenhague, invitant à la création d’une institution véritablement mondiale. 

 

(nota : Les surlignages sont dus au blog "Edgar Malausséna").

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 03:44

Qui est donc l'illustre Michel Serre ?

 

"Le but de l'instruction est la fin de l'instruction, c'est-à-dire l'invention".

BIOGRAPHIE MICHEL SERRES

 

 

Fils de paysan, il entre à l’Ecole navale en 1949 et à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1952, où il obtient l’agrégation de philosophie en 1955.


De 1956 à 1958, il sert comme officier de marine sur divers vaisseaux de la Marine nationale : escadre de l’Atlantique, réouverture du canal de Suez, Algérie, escadre de la Méditerranée.


Michel Serres soutient sa thèse de doctorat en 1968 puis enseigne la philosophie à Clermont-Ferrand, Vincennes, Paris I,et à tanford University.


Dans ses nombreux ouvrages, il s’intéresse entre autre à l’histoire des sciences (‘Hermès’, 1969-1980).

Sa philosophie, s’adressant autant à la sensibilité qu’à l’intelligence conceptuelle, cherche les jonctions possibles entre les sciences exactes et les sciences sociales.

 

Il est élu à l’Académie française en 1990 et est commandeur de la Légion d’honneur. Epistémologue rigoureux, il n'en est pas moins soucieux d'éducation et de diffusion du savoir.

 

Il est notamment l'auteur du "Tiers instruit", ainsi que d'un grand nombre d'ouvrages visant à la vulgarisation du savoir scientifique.

 

 

Michel Serres

A la question : "La crise est-elle bientôt finie ?"   

 Michel Serres répond :

La crise financière, c'est probable.

Je ne suis pas un économiste, ni un spécialiste de la finance, mais ce que je vois, c'est le tableau global.

On ne parle que d'économie!

Une campagne électorale, ce n'est que ça : l'emploi, la dette, le budget !

Elle a envahi la totalité de la discussion publique.

Or notre monde traverse une phase de changements gigantesques.

Comme on est obnubilé par l'économie, on ne pense la crise qu'en termes économiques, mais il y a tellement de choses plus importantes qui nous mettent en crise!

Cette crise d'ailleurs, c'est principalement le malaise dans nos têtes devant les immenses changements qui sont à l'œuvre.

Que pensez-vous de cette déclaration de Michel Serres ?

 

A la question "Quand situez-vous cette bascule " ? 

 Michel Serres répond :
Précisément au milieu des années 1960.

En 1965, 1966, on ne se souvient plus de cela aujourd'hui, mais il y a eu des révolutions agricoles dans beaucoup de villes françaises.

Il y a eu des morts à Rodez, à Quimper, à Millau.

La paysannerie s'apercevait tout d'un coup qu'elle changeait de monde.

Au même moment, l'Église catholique a fait son aggiornamento, avec le Concile. Et puis il y a eu la révolution étudiante, en 1968, mais c'est la dernière des trois secousses.

Il y a donc eu un premier tremblement de terre à cette période-là. Il a précédé le vrai tremblement de terre, celui des années 1980, avec l'arrivée des nouvelles technologies. 

Que pensez-vous de cette déclaration de Michel Serres ?

 

Michel Serres et le nouveau monde vers lequel on bascule :

 

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde"

"Préparez-vous à basculer dans un nouveau monde.

Un monde où l'avenir appartiendra à "Petite Poucette", ce "nouvel humain" identifié par le philosophe Michel Serres, dépendant du clavier de son téléphone ou de son écran d'ordinateur.

Un monde marqué par l'allongement de la durée de la vie, grâce à des molécules agissant sur le vieillissement et auxquel travaille une foultitude de laboratoires, de Bâle à Boston.

Un monde qui verra la vie en numérique.

Chaque produit ou presque pourra se connecter à Internet grâce à des puces intelligentes.

Ces nouveaux appareils alimenteront les "big data", ces millions de données qui viendront régir nos vies, aussi bien à l'hôpital que dans les embouteillages des mégapoles de demain"....(paru dans le JDD).

 

Partager cet article
Repost0