Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 13:51

Fa Djazair.

Quand macron dit nous sommes en guerres, le nous c est l élites mondiales. Rotschild et rochfeller et compagnie les vrais patrons en guerres contre les peuples . C est ça la 3 ème guerre mondiale, nous sommes à l ére atomique ou et leur intérêt de détruire la planète,

mais la priorités des gens c est aller au resto, voyager, allez aux centre commercial ect. Georges Orwell avait donc raison

faudrait un vaccin efficace pour faire marcher certains cerveaux complètement éteints.... . Aux armes citoyens, former vos battalions ça vous parlent ou c est juste pour la chanter dans un match de foot...

Pauvres résistants ils doivent ce retourner ds leur tombent.😪 Eux qui ont donner leur vies pour nos droits et qu ont soient libres.

 

Edgar Malausséna.

  • Le mot guerre est de plus en plus utilisé.
  • De la guerre violente et armée, on a glissé vers
  • La guerre économique, puis vers
  • La guerre anti-terroriste,
  • et maintenant vers la guerre contre les pandémies.

 

Or chaque type de « guerre » a sa logique

  • La guerre violente et armée porte quasi toujours sur la prise de territoires et leurs absorptions par les vainqueurs.
  • La guerre économique n'a pas de frontières et n'a pas le même but. Elle consiste à implanter des entreprises là où le taux de profit est très intéressant et d''où l'on peut se retirer quand l'on veut. Le but n'est donc pas de faire disparaître des populations, mais au contraire de faire le maximum pour qu'elles deviennent des consommateurs addictes.
  • La guerre sanitaire est une façon "militaire" de prendre les choses en mains. En France c'est un Conseil de Défense qui se réunit sur ce sujet alors qu'il n'est pas fait pour cela. Là aussi, les dirigeants n'ont aucun intérêt à voir les forces vives et productives disparaître dans la pandémie.

 

Conjuguer les forces du travail et le système dominant

Vu le niveau de qualification des travailleurs dans nos pays, il leur faut essayer de conjuguer le maintien des forces de travail matérielles et intellectuelles, afin que le capital puisse se reproduire, et en même temps continuer à faire tourner l'économie dans le cadre du système dominant. D'un coté ils investissent des sommes considérables pour gérer la crise et en même temps ils préparent la réforme des retraites.

C'est donc logique et il n'est nul besoin d'aller chercher des causes ("volonté des dirigeants de détruire la planète") dont nul ne peut vérifier la véracité.

 

Mes parents Résistants étaient pour les vaccins obligatoires 

Mon père et ma mère ont été des résistants. ils ont caché des juifs.

Et tous les deux étaient pour les vaccins obligatoires.

Alors ne parlez pas trop en leur nom.

Je pense qu'ils vous désapprouveraient. Eux savaient le prix la liberté et l'obligation pour chacun de protéger l'autre.

Partager cet article
Repost0
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 11:47

Donc l’important de repérer dans quel champ on situe son analyse, non seulement entre Forces Internes et Forces Externes (implosion ou explosion) mais aussi à l’intérieur entre des forces « centripètes et centrifuges ».

 

 

 

 

L’URSS est le dernier exemple fort de cette analyse basée sur « l’implosion/explosion » et sur les « forces centripètes/centrifuges ».

 

La Chine : une tentative de consolidation historique ?

L’Empire Chinois, qui a repris le millénarisme des 6000 ans avant Jésus-Christ, tente de maitriser, à la fois :

  • « l’interne » en pesant sur le « centripète » et le « centrifuge » en appliquant une politique de rigueur extrême sur son peuple et les peuples qui pourraient s’éloigner,
  • « l’externe », en signant par exemple des accords avec les Talibans afin que ceux-ci s’engagent à ne pas exporter leur terrorisme chez lui.

L’avenir nous dira, si cette double méthode réussira ou pas.

 

Et l’Europe actuelle ?

Il est possible d’appliquer ces concepts à l’Europe.

L’Europe est pour moi, un empire moderne construit après deux effroyables guerres, progressivement et par élargissement, par le haut, et ensuite en faisant participer les peuples à condition qu’ils disent « oui » sous peine de ne pas être entendus ou de revoter.

Comme tout empire il est soumis aux forces internes et externes, mais aussi aux forces centrifuges et centripètes.

Comme tout empire, il atteindra son plateau et c’est à partir de là que tout va se jouer.

Entrée, sortie de l’Europe ?

C’est pour cela que je considère « l’entrée » en Europe, ou la « sortie de l’Europe »,  d’un ou plusieurs pays, comme des moments possibles de l’histoire de ce continent.

Villars-sur-Var le 31 07 2021

Partager cet article
Repost0
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 05:03

Colère et autoritarisme. Rien de bien nouveau dans l‘Histoire.

En réponse à des amis gagnés par l’impatience et qui souhaitent des changements profonds dans notre société, envisageant même des solutions dures, comme l’arrivée de partis à la Polonaise ou à la Hongroise. 

 

 

Sortir de l’Europe ?

Souvent ces sentiments et colères sont tournés contre l’Europe et finalement contre les conséquences de la mondialisation, que ces mêmes amis n’avaient pas prévues.

Je leur répondrai ceci :

 

 

Une voie étroite

Mais où sont les partis quels qu'ils soient qui en demandent la sortie de l’Europe ? Le RN a laissé tomber depuis le départ des tenanst du brexit. Reste la France Insoumise, qui propose la renégociation de tous les traités, et qui indique que si cela n'aboutissait pas il faudrait demander au peuple de trancher. Donc la voie est longue et étroite.

 

Les désunions de fond bloquent les changements

Or comment espérer que ce soit uniquement la rue qui décide, comme nous l’entendons souvent. A ce jour, à part sur la baisse des APL, les indemnités chômage et les retraites, il n'y a pas d'unité syndicale. Ne parlons pas de l’unité à gauche et à droite, partout c’est la faillite.

Par ailleurs on a vu comment les colères (très diverses) des gilets jaunes ont été retournées contre elles, grâce à des contextes violents qui sert les dirigeants. Et les partis qui ont osé ouvertement les soutenir (ex LFI) se sont pris des claques électorales.

 

Pas de cohérence idéologique majoritaire

En fait ce qui manque c'est une cohérence idéologique majoritaire de notre peuple pour sortir à la fois de la V° République et desserrer l'étau étouffant d'une mondialisation en proposant d'autres voies qui incluent la résolution du triptyque :

 

"La fin du mois/la fin de vie/la fin du monde ».

 

Or ces trois thèmes sont contradictoires les uns par rapports aux autres, selon la classe sociale dans laquelle on se trouve et même opposent les classes sociales très diluées, dans leur conscience d’appartenance, de nos jours.

 

Le système écartelé  entre « fin du mois, fin de vie, fin du monde ».

Par exemple la pandémie du Covid19 se retrouve prisonnière de ces trois éléments contradictoires. En effet notre système économique, basé sur l’accumulation d’un côté (voir les milliardaires qui s’envoient en l’air dans leurs fusées) et la dilution des retombées de manière totalement inégalitaire, ne peut que provisoirement juguler la crise de "La fin du mois/la fin de vie/la fin du monde ». car il n’est pas fait pour cela.

  • Il ne peut, à la fois continuer à détraquer la planète et l’espace et s’attaquer à la « fin du monde ».
  • Il ne peut, à la fois prôner la restriction des dépenses de santé et s’attaquer à la « fin de vie » par des politiques de restrictions sur la santé.
  • Il ne peut, à la fois augmenter les revenus des actionnaires et s’attaquer à la « fin du mois » du plus grand nombre.

On ne peut, aussi, que constater que l’on est loin, d'une unité populaire qui permettrait de sortir par le haut, de la crise généralisée que vit notre système dominant. Pour l’instant il n’existe que des petits pas, des pratiques louables et alternatives mais bien minoritaires.

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 02:13

Il est assez difficile de dialoguer sans passion et avec sérieux entre pro et anti vaccins, d’autant que dans chaque « camp », il y a des points de vues différents. Les difficultés à surmonter sont nombreuses, sachant que les techniques de conceptions des vaccins sont anciennes, mais évoluent, ce qui les rendent quelquefois ou souvent inaudibles dans le champ social.

1° Première difficulté est le repérage et l'adaptation à des microbes ou des virus qui semblent surgir du néant, alors qu'ils sont souvent, connus, en sommeil, puis en circulation, puis en phase de contamination.  Ce qui ne se voit pas est alors, soit mystérieux, soit sans danger. Par exemple : l’eau de mer est claire, donc on peut s’y baigner.

2° Deuxième difficulté est l'évolution des transmissions qui arrivent maintenant à passer les barrières animaux/hommes. Cette évolution est à la fois vécue comme une hérésie et maintenant comme une fatalité.

3° Troisième difficulté est l'évolution des techniques. ARN messager par exemple qui a déjà été utilisé avant le Covid (cancer), mais qui touche au profond de ce que certains humains considèrent comme le centre de la vie, c'est à dire la "cellule", le « génome ».

4° Quatrième difficulté tient aux propriétaires (actionnaires) des laboratoires qui veulent comme tous actionnaires, des retours sur investissement très rapides et juteux. Cette approche « rapace » se traduit par des scandales sur le marché des médicaments qui radicalisent ceux qui font un lien direct entre la marchandisation de la santé et la recherche scientifique.

5° Cinquième difficulté tient à la perte de confiance dans la science qui semble pour certains totalement inféodée à la logique « actionnariale des laboratoires », ce qui est vrai quand l’on voit comment l’Europe s’est couchée devant les labos, en lui accordant un « chèque en blanc ». Mais ce qui est faux, car par exemple dans la silicon vallée la recherche fondamentale sans résultats est tout à fait autorisée et encouragée.

6° Sixième difficulté tient à l’idée répandue qu’il y aurait une conspiration généralisée, mondiale, ayant pour but de faire mourir les populations, parce que trop nombreuses.

7° Septième difficulté vient de certains religieux radicaux qui ont su pénétrer plus largement la sphère sociale et qui  considèrent que la maladie est voulue par Dieu, et que le vaccin, tout particulièrement, est une offense à la nature que Dieu nous a donnée. Cette approche est plus répandue que ce que l’on pourrait le penser a priori.

Contradictions majeures chez nos gouvernants.

Pays riches et développés.

Au-delà des orientations concernant la santé de gouvernements très enclins à faire des économies, il y a la nécessité pour ces mêmes dirigeants de conserver des mains d’œuvres hautement qualifiées pour reproduire (en partie) le capital par le travail, que ce travail soit manuel ou intellectuel.

Ralentir l’économie pour « protéger » la « main d’œuvre ».

Voilà pourquoi, ces gouvernements n'ont aucun intérêt à faire disparaître leurs mains d’œuvres et pourquoi brusquement abandonnant leurs politiques d’une économie sans entraves où la concurrence est la règle, ils enfreignent tous les dogmes qu'ils énonçaient avant la pandémie.

Ce n’est probablement pas, par charité (quoi que...) que nos gouvernants dépensent sans compter, pour l’instant, pour que le système basé sur le couple infernal « capital/travail » puisse continuer à fonctionner. Cela va de pair, avec la poursuite de la fermeture de lits dans le milieu hospitalier.

Pays pauvres ou en développement.

Tout ceci n'est pas tout à fait le cas dans les pays pauvres ou les mains d’œuvres sont peu qualifiées, car peu formées, et remplaçables à tous moments.

Partager cet article
Repost0
1 août 2021 7 01 /08 /août /2021 05:57

L’Etude des royaumes, des empires, des républiques, suivent pratiquement tous la même courbe historique (équivalente à la forme de la courbe de Gauss sur les probabilités), avec une évolution qui se décompose de la manière suivant :

  • La montée en puissance,
  • La période de stabilisation en plateau,
  • La descente lente mais continue ou brutale.
  • La rétrogradation ou l’extinction.

Les grands espaces géo-politiques dans l’histoire. Citons sans être exhaustif :

Les Empires : Assyrien, Egyptien, Grec, Perse, Romain, Romain-Germanique, Austro-Hongrois, Africains millénaires (royaume de Koush, le Pays du Punt...), Chinois, Aztèque, Inca, Napoléoniens, National-socialiste, URSS, les empires coloniaux Anglais, Français, Portugais, Espagnols, Pays-Bas...

On assiste à ce jour, à une perte de suprématie mondiale lente de l’Empire Américain. Ce n’est probablement qu’un début du processus, car en interne on constate des déchirures de plus en plus profondes de la société américaine.

 

 

Des constante expliquent ce phénomène complexe "historique, géographique, économique, , environnemental, social, culturels

I° Forces Internes et Forces Externes (implosion ou explosion).

  1. Forces internes. Dans ce cas, on peut repérer une « formation sociale » qui a grandi au point de ne pouvoir plus contenir ses divers « contenants ». Ses forces productives se désagrègent. Des forces sociales reprennent progressivement leur autonomie, ou s’atomisent et font décliner et/ou tomber le système centralisateur basé sur les capacités de production et de gestion à développer l’espace concerné. C’est l’implosion.
  2. Forces Externes Dans ce cas, c’est l’extérieur qui pénètre dans le Royaume, l’Empire, la République et qui à coup de boutoirs, le fait « exploser » soit par :
    1. « Importation de la révolution », dixit la France révolutionnaire,
    2. « Expansion territoriale», dixit la France Napoléonienne, pour construire un nouvel Empire...

 

II° En interne d’une formation sociale. Forces centripètes et Forces centrifuges

Les évolutions se produisent selon le processus antinomique entre :

  • Des forces « centripètes » qui sont celles qui agrègent et concentrent,
  • Des forces « centrifuges » qui sont celles qui tentent la déconcentration, ou l’autonomie, ou l’indépendance.

Ces forces sont contradictoires car :

  • Les « centripètes »  tendent à unifier, à gommer les différences, à jouer sur les différences pour mieux gérer, en incorporant tout en divisant (Exemple : l’Empire Romain). Elles peuvent utiliser la force, la persuasion, la démocratie, le libéralisme. Souvent cette gestion centralisée a entraîné l'épuisement de la nature et l'extinction du système.
  • Les « centrifuges », elles, souvent représentent les descendants des anciens conquis, les oubliés, les méprisés, les étudiants, les intellectuels... qu’ils soient :
    1. des démocrates épris de liberté qui souhaitent trouver une autonomie ouverte, culturelle et économique,
    2. des identitaires conservateurs, xénophobes, religieux.

Suite prochain article (2)

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 03:57

On ne nous croyait pas ! Nous annoncions, depuis des années, que le changement climatique se précipitait sur nous.

Mais cela semblait loin, loin, à une très grande majorité des français.  L’idée largement répandue, était que les changements climatiques se produisaient naturellement sur notre planète, sans que les activités humaines y soient pour quoi que ce soit.

Pourtant,  les chercheurs et savants du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), le répétaient sans arrêt :

Notre mode de production et de consommation, destructeur de l‘environnement faisaient courir les « générations futures », de plus en plus vite à la catastrophe.

Hélas, le climat n’a pas attendu les « générations futures ». Le dérèglement c’est pour nous : 

  • ° Les pôles voient la banquise s’effondrer un peu plus chaque jour.
  • ° Des tornades, des typhons, des tempêtes en Asie, aux Amériques, en Europe et en France. 

° Des inondations à répétition partout dans le monde qui maintenant se localisent et se répètent : Allemagne, Belgique, France, Italie, Espagne, Portugal...

° Des feux épouvantables en Californie, en Sibérie, en Australie, en Amazonie, en France...Des périodes caniculaires extraordinaires, comme les 50° dans un village Canadien.

 

Le Département des Alpes Maritimes n’en peut plus

Cela fait au moins 30 ans que tout s’accélère, sur tous les plans dans notre département.

  • ° La côte bétonnée à outrance n’absorbe plus les pluies diluviennes.
  • ° La Méditerranée, de plus en plus polluée, connaît des tempêtes redoutables.

° Les villes comme Menton, Biot, Antibes...ont été ravagées.

Il y morts d’hommes et  de femmes, destructions massives et dépenses énormes qui épuisent nos finances et font exploser les cotisations des assurances...

Les Hauts et Moyens Pays dévastés

  •  
  • Après la furie des inondations de 1994 et 2001 dans la vallée du Var, c’est maintenant, nos magnifiques hauts et moyens pays, qui s’écroulent sous des masses d’eau dues à des orages qui stagnent des heures aux mêmes endroits.
  •  
  •  
  •  

 

                                                                                                                                 

Les derniers épisodes de la Roya, Vésubie, Tinée, Var jusqu’à Villars, Malaussène, ne sont que des débuts à d’autres catastrophes.

 

 

 

 

Le climat et la santé, même combat !

Nous vivons une période grave, où les interventions de l’homme, dans le but unique de procurer des profits et toujours des profits, rendent la planète de plus en plus invivables. Le climat et la santé, même combat.

Mais voilà, les sociétés humaines, n’arrivent pas à concilier harmonieusement :

  • La planète : En provoquant la fin du monde
  • La vie de tous les jours : En dégradant les fins du mois
  • Les pandémies : En provoquant des fins de vies.
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 02:00

Liberté chérie

Quand je n’étais pas né...maintenant je suis un senior !

 

Quand je n’étais pas né

Le code de la route et les feux rouges :

Quand je n’étais pas né en 1922, il n’y avait pas de feux rouges arrivés en 1923.

Quand ils furent installés, il parait que ce fut  les cris et hurlements. On nous privait de notre liberté de choisir de circuler. Il y aurait de nombreux accidents en plus, car on devrait lever la tête pour les voir.

C’était un piège, afin que nous soyions verbalisés et que nous remplissions les caisses de l’état.

Est-ce que toutes ces annonces catastrophiques se sont réalisées ?

 

Quand j’étais né et encore jeune :

Ceinture de sécurité.

Quand j’étais né et encore jeune, il n’y avait pas de ceinture dans les véhicules.

Elle devint obligatoire en 1973.

Ce fut la "bronca". On perdait notre liberté de choix. On avait le droit de choisir sa mort, non mais... !

Ce serait pire car on resterait coincé dans notre véhicule en cas d’accident...

C’était un piège afin que nous soyions verbalisés et que nous remplissions les caisses de l’état.

Est-ce que toutes ces annonces catastrophiques se sont réalisées ?

 

Quand je fus encore bien moins jeune, mais pas encore vieux :

Fumer dans des lieux publics.

Quand j’étais né et encore bien moins jeune, mais pas encore vieux, on fumait en voiture, dans les restaurants, dans les transports publics, à la télé, dans les studios d’enregistrements, dans les locaux d’habitations.

Et puis vint la loi Evin.

Pas de « fumette dans les lieux publics, dans les bureaux...» depuis 2007.

Ce fut la colère. On perdait une liberté de choix. On avait le droit de s’intoxiquer et d’intoxiquer les autres qui n’avaient pas à se trouver là.

C’était la dictature des non fumeurs. Cela ne servirait pas à faire baisser la consommation. Cela allait engendrer des trafics.

C’était un piège afin que nous soyions verbalisés et que nous remplissions les caisses de l’état.

Est-ce que toutes ces annonces catastrophiques se sont réalisées ?

 

Maintenant que je suis un senior...

Je constate qu’il est difficile pour quelque autorité que ce soit de protéger la collectivité, car pour beaucoup la liberté de faire ce que l’on veut, ne doit être entravé par rien...comme si il n’existait pas de libertés collectives permettant la réciprocité, le partage, le respect des libertés des autres.

A méditer......................la liberté sans des devoirs réciproques ne serait-elle qu’un leurre ?

Que certains de nos dirigeants utilisent cette approche à des fins politiques, en n'insistant que sur les "devoirs", est un autre sujet à débattre.

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 02:06

Voici deux ans que des lois de plus en plus "liberticides" sont votées sans que peu d'entre-nous ne s'en émeuvent.

Les lois sur le terrorisme incorporées dans le « droit commun » peuvent donner dans des mains autoritaires des pouvoirs très dangereux.

 

Mais lorsque, poursuivant dans la même lancée, le gouvernement veut imposer les soins qui pourraient, selon lui, permettre de juguler la pandémie, alors on se réveille. Certains peuvent alors exprimer leur vieilles oppositions aux vaccins, ce qui n'est pas le cas de tous...

Etoile jaune et pandémie

Malheureusement, certains en arrivent à comparer "l'étoile jaune" qui a permis de rafler les Juifs (70 000 en France sous Pétain), au "pass sanitaire" qui tente, selon des dirigeants, de nous protéger les uns des autres.

Dans un cas c'est l'interdiction d'exister pour une partie de la population, dans l'autre c'est « l’intention », que l’on soit d’accord ou pas sur la méthode, d’accorder la possibilité pour tous, de se déplacer partout.

Ne confondons pas...

 Même si je n'approuve pas la méthode qui sanctionne un échec de stratégie de nos gouvernants (20 milles décès de plus chez nous qu’en Allemagne, alors que l’Allemagne compte 16 millions d’habitants de plus qu’en France), je ne confonds pas :

  • La volonté des nazis et fascistes de faire disparaître physiquement une population pour ses croyances de 1930 à 1945.

et

  • la volonté de certains dirigeants, qui n’ayant pas réussi une stratégie efficace de prévention depuis au moins 30 ans, tentent maintenant la méthode « autoritaire » pour pallier à la pandémie.
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 01:53

En France, on utilise majoritairement (à 90%) des chutes de production de scieries, des déchets de bois de l'entretien des forêts qui sont préservées autant que possible par la gestion durable.

   Afin de réduire l'impact sur l'environnement, les entreprises utilisent des encres ou des colles éliminées facilement au recyclage.

 

Le papier recyclé est désormais de bonne qualité pour tous les usages : blocs, carnets, cahiers, ramettes...54% des papiers sont donc éco-conçus.

La pâte à papier recyclée permet la fabrication de produits d'hygiène, d'emballages ou même d'isolants pour habitations.

 

Conclusion : TOUS LES PAPIERS SE RECYCLENT A CONDITION DE LES TRIER - En 2019 57% des papiers sont recyclés. PARTICIPONS A CETTE ACTION.

 

Danièle Dao-Léna

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 01:58

FRANCE juillet 2021 :

Nombre d’habitants en France : 67 millions 400 000 

Cas total de Covid depuis le début de la pandémie :       5 millions  953 071

Nombre total de décès depuis le début de la pandémie :  111 milles 587

 

 

 

 

ALLEMAGNE juillet 2021 :

Nombre d’habitants en Allemagne 83 millions 200 000

Cas total de Covid depuis le début de la pandémie :       3 millions  758 425

Nombre total de décès depuis le début de la pandémie :   91 milles 505

 

 

Conclusion. Allemagne : plus d’habitants, moins de contaminés et moins de décès

Avec près de 16 millions de plus d’habitants qu’en France, l’Allemagne compte :

  • 2 million 494 546 de personnes contaminées en moins qu’en France
  • 20 mille 082  décès de moins qu’en France.

 

Analyses 1 : politiques sanitaires et comportement différents.

Ces chiffres traduisent bien des politiques de détection de la maladie, différentes entre les deux pays.

De plus, vu le nombre de contamination il semblerait que les Allemands aient appliqués bien mieux qu’en France les gestes barrières.

Pour terminer cette rapide analyse, le nombre de décès bien supérieur en France par rapport à l »Allemagne prouve que les comportements des habitants devant la maladie et les soins préventifs ne sont pas les mêmes.

 

Analyse 2 : l’Europe des restrictions budgétaires durables.

Cependant, il apparaît que les préconisations européennes en matière de restriction budgétaire durant 40 ans, aient jouée très négativement sur la santé globale des habitants des deux pays, entre autres.

En effet, dans ces deux pays, le nombre de lits et de personnels hospitaliers publics ont fortement régressé.

 

Analyse 3 : Quand l’Europe renie ses principes budgétaires

Devant le désastre sanitaire causé par la COVID 19 nous avons vu l’Europe renier beaucoup de ses principes budgétaires, et ne plus faire référence aux fameux 3% du PIB à ne pas dépasser.

En France le Président Macron a « ouvert des vannes » alors qu’il affirmait que cela était impossible quelques années et mois auparavant

C’est hélas bien trop tard ! On ne rattrape pas en deux ans, 40 ans de restrictions budgétaires, que l’on approuve, surtout en matière de santé publique.

Partager cet article
Repost0