Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 06:16

Maitre Danh Vo donne deux conférences au sujet de la “JADE”

by biogee

Image

Nous avons le grand plaisir d'annoncer deux conférences avec Maitre Danh Vo, éngergéticien, spécialiste en  XOA  BO’P, formateur en TAIJI et Chi Gong dans la Salle du Poilu à Villars sur Var.

Il est également membre de la fédération française de WUSHU.

Pierres de JADE pour la PROTECTION ET LA PROSPERITE : samedi à 14 heures

L'utilisation des JADES par les thérapeutes et Maitres REIKI en Asie: dimanche à 11.30 h

Monsieur Vo sera présent sur le Marché Biogée pendant les deux jours.

biogee | 26 Juni 2014 um 16:55 | Kategorien: Uncategorized | URL: http://wp.me/p38WRg-h3
Partager cet article
Repost0
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 16:43

Normes contraignantes en matière de droits humains.

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU s’est prononcé jeudi 26 juin 2014 en faveur d’un projet de résolution ouvrant la voie à la définition de normes contraignantes pour les entreprises multinationales en matière de droits humains.

Une bonne nouvelle. à concrétiser

Au moment où les forces du capital essaient d’imposer aux peuples et aux États leurs volontés à travers le Traité transatlantique et le TISA cette décision est une bonne nouvelle.

Elle reste maintenant à concrétiser lors du groupe de travail intergouvernemental qui devrait être créé d’ici 2015. Une course de vitesse est engagée car les multinationales sont prêtes à tout pour garder leur impunité. L'exemple du bras de fer judiciaire autour de la grave pollution pétrolière par Chevron-Texaco en Équateur le montre.

 

France et USA contre les droits de l'homme.

….les…représentants français qui, comme leurs collègues allemands et américains notamment, ont voté contre la résolution du Conseil des droits de l'Homme.

Ils s'opposent ainsi à une volonté de réguler et contrôler les impacts des multinationales sur les droits humains et d'assurer l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités. Il serait intéressant que ces représentants explicitent les raisons de leur opposition.

 

Les multinationales déstabilisent les Etats.

Parmi les impacts négatifs sur les droits humains figure aussi le rôle des multinationales dans la déstabilisation des États et le déclenchement des conflits, notamment en Afrique…

 

L’ONU doit mandater des enquêteurs.

L’ONU peut et doit sans plus attendre nommer des groupes d’experts chargés d’enquêter sur ce phénomène et plus généralement sur tous les impacts des activités des multinationales sur les droits humains comme elle l’avait fait notamment au début des années 2000 pour la RDC et le Libéria avec alors l’appui de la France !

Le droit international et les institutions dans lesquelles il s'incarne doivent être modifiés en vue de tenir compte des agissements des multinationales.

Réforme démocratique et progressiste

Une réforme démocratique et progressiste des textes fondateurs de la Cour pénale internationale (CPI) est urgente si on ne veut pas qu’elle se discrédite davantage auprès d’une très grande partie de l’humanité.

 

Nota 1 : Les intertitres sont de mon fait.

 

Nota 2 : JP Duparc. Economiste communiste.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 08:30

Villars-sur-Var  - 12 et 13 juillet 2014

BULLETIN D’INSCRIPTION

Salon Professionnel Biogée 2014

 

Demande d’inscription au Salon Biogée 2014

Toute inscription devient définitive après réception du bulletin d’inscription dûment complété et du chèque correspondant libellé à l’ordre du « Trésor Public » et adressé à la mairie de Villars-sur-Var Place Robini – 06710 – Villars-sur-Var.

Nom :                                                                                                Prénom :                                                  

Nom de société :                                                                           Spécialité :                                                                                                                           Adresse :                                                                             

CP                                       Ville :                                                                                                                                        

Téléphone fixe :                                Mobile :                                           Mèl. :                                                   

Site Internet ou Blog                                                                  Taille du stand désiré :                      (largeur en mètres)

Stands vendeurs

Prix unitaire/jour

Mesure/Quantité

Nombre de jours

Prix total

Taille du stand

10,00 € (le mètre linéaire)

 

 

 

Table de 2 mètres

7,00 €

 

 

 

Chaise

3,00 €

 

 

 

TOTAL

 

 

Ateliers ou Activités proposées :                                                                                                            Jour(s) choisi(s) et Durée prévue par atelier ou activité 

Thème et titre de votre conférence/atelier

Marchandises (liste détaillée à joindre, aucun produit non mentionné ne pourra être déballé)La participation au Salon Biogée est soumise à à vérification/évaluation de l’organisation pour éviter d’avoir des exposants en nombre avec le même produit et éviter des problèmes dérivant de la concurrence. Seront considérés pour chaque secteur d’activité l’ordre d’arrivée des inscriptions. Les marchandises de qualité BIO certifiée, les activités à caractère écologique et citoyen, les produits artisanaux sont prioritaires ainsi que les producteurs bio. Les revendeurs ne seront pas acceptés !                                                                                                                                     

Date et signature (précédées de la mention manuscrite « Je garantis l’exactitude des informations fournies et accepte de les justifier »). Les exposants déclarent d’être d’accord avec les règles du salon ci-dessus. En cas de nécessité d’électricité veuillez bien penser à emmener vos propres rallonges et multiprises.

 

Nous vous proposons de mettre un lien sur votre site ou votre blog  sur le blog du Salon Biogée ainsi qu’un article avec photo. Merci de bien vouloir nous communiquer votre lien et votre accord. RAPPEL : Prix pour votre stand (base de calcul) : Mètre linéaire : 10 € (max. 3 m) pour une journée, Location de matériel : Table de 2 m = 7 Euros/Chaise : 3 Euro

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 05:16

Sur ARTE le lundi 16 juin 2014, Jean d’Ormesson philosophe de 89 ans antimarxiste et de droite a déclaré, en résumé :

Jean d'Ormesson va jouer le rôle de François Mitterrand 1° Je suis de droite, mais il m’arrive de pencher vers la gauche.

2° J’admire la religion musulmane, mais pas les extrémistes, tout comme les extrémistes religieux des autres religions.

3° Les musulmans ont toujours accepté les Chrétiens et les juifs et ont vécu en paix ensemble.

4° Je détestais Saddam Hussein et Kadhafi dit-il.

C’étaient d’horribles dictateurs, mais ils étaient malgré tout des protecteurs des chrétiens d’Orient et évitaient les conflits religieux.

Image illustrative de l'article Saddam Hussein       Kadhafi : Vie et mort d'un dictateur - Hélène Br...

 5° Nous ne pouvons pas imposer la     démocratie à ceux qui n’en veulent pas.

 6° Les interventions des Américains ont installé le pire, et le pire existe toujours.

Notre conclusion provisoire :

Il faudrait donc prendre du recul sur les actions de l’Occident qui ne règlent en rien les problèmes de fond, et au contraire permettent l’émergence de forces encore plus patriarcales, plus fondamentalistes, plus conservatrices…

A titre de rappel :

Ce sont les Américains qui ont armé les « fous de Dieu » en Afghanistan, qui n’étaient pas majoritaires et étaient combattus par d’autres groupes ou tribus, comme par  exemple les hommes de Massoud.

Ce sont les occidentaux (pas les français) qui ont envahi l’Irak sous le prétexte « d’armes de destruction massives », et permettent à ce jour la quasi victoire des djihadistes.

Ce sont les occidentaux (avec les français de Sarkozy) qui ont envahi la Lybie et ont permis la mise en place de mafias qu’elles soient djihadistes ou tribales.

Ce sont les occidentaux qui laissent en Syrie les pays Arabes réactionnaires financer les mouvements religieux fondamentalistes, et n’aident pas les forces démocratiques qui ont été à l’origine de la révolution contre Assad.

 

Question ?

Qui a donc intérêt à ce que ce soient les fondamentalistes religieux qui émergent dans ces pays ?

Poser la question, c’est poser la question du pétrole, de la finance, car dans la plupart des cas, ces fondamentalistes sont d’accord avec le système « libéral capitaliste », à condition que ce soient eux qui en bénéficient (voir la Tunisie, l’Egypte…).

Et cela explique, en grande partie, pourquoi il fallait éliminer les dictateurs qui avaient nationalisé le pétrole ou  qui maîtrisaient à leur profit des pans entiers de l’économie (ex : Tunisie).

Il y aurait comme un accord tacite entre les forces mondialisées de la finance et les djihadistes.

 

Le problème du statut des femmes.

Sur ARTE, ce même soir.

C’est au Mexique (pays musulmans ?) où le meurtre de femmes est le plus important au monde.

C’est en Inde où les viols (pays musulmans ?) est une véritable plaie qui met ce pays au ban des nations non progressistes.

Bien, sûr d’autres exemples ont été cités qui sont tous plus épouvantables les uns que les autres.

Notre appréciation provisoire :

L’assujettissement des femmes est une donnée mondiale, le système patriarcal est partagé, par les trois religions monothéistes : Juifs, Chrétiens, Musulmans (mais pas seulement) avec des variantes et des degrés selon : les époques, les espaces géographiques, les histoires des pays dans lesquels la laïcité est plus ou moins forte...

Mais dans les trois cas, nous assistons toujours à une lutte frontale ou diffuse entre les laïques et les fondamentalistes religieux, comme en Tunisie, en Egypte, en Israël, ou en France :

En France :

° Suffrage universel. Les femmes ont obtenu leur droit de vote, quand de Gaulle gouvernait avec les socialistes et les communistes.

° Avortement.

Simone Veil, en 1993.Le projet sur l’interruption volontaire de grossesse de Simone Weill était passé grâce aux votes des députés des gauches, car une large majorité des députés de droite était contre.

° PACS. Combattu jusqu’au bout par les droites.

° Mariage pour tous. Les droites alliées à l’Eglise  catholique et aux  plus fondamentalistes des prêtres  catholiques ont combattu jusqu’au  bout ce droit à s’unir  selon son  cœur et à partager le même avenir  sécurisé. Et ce, alors que de  nombreux    croyants français  s’étaient    prononcés « pour »    le  mariage pour tous.

   Comment la "Manif pour tous" a bousculé les partis

      Quelques conclusions très provisoires :

Les politiques interventionnistes sans apparents discernement, des occidentaux (américains en tête), décrites ci-dessus, amènent inexorablement aux poussées des divers fondamentalistes. (Les interventions étrangères ont ravivé les antagonismes entre chiites et sunnites, dus à l’effondrement des pouvoirs forts de l’époque).

Retournement idéologique.

Et c’est alors que ces mêmes pouvoirs financiers et politiques nous excitent contre les fondamentalistes qu’ils ont eux mêmes promus.

En occident, qui sont les dindons de la farce dans cette histoire ?Souvent une large partie d’authentiques démocrates laïques qui finissent par se ranger sous la bannière idéologico-religieuse de ceux qui nous ont mené à cette situation, et à juste titre par rejet des fondamentalismes religieux ?

Questions ?

A quand la solidarité internationale des démocrates laïques, en faveur des révolutions laïques, démocratiques, libérées des pouvoir de la finance ?

A quand la mise au ban par l’ONU, des pays qui ne respectent pas l’égalité hommes/femmes ou qui n’en prennent pas le chemin ?

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 11:17
 

Monsieur et Madame Ricciardi, installés à Malaussène depuis l'an dernier, s'étaient rendus l'année précédente à Cherasco (Cuneo) - ville italienne jumelée avec Villars sur Var - où ils ont pris contact avec les éleveurs transformateurs d'escargots. Cherasco, ville piémontaise, est bien connue pour son élevage d'escargots.

Les escargots de la ferme de Malaussène, au contraire de la production intensive et poussée qu'on peut trouver un peu partout en Europe, sont nourris grâce à des plants de navets, salades, choux, orties et autres produits naturels dans des serres ouvertes, en cycle biologique complet en plein air.

Un escargot adulte a entre 3 et 5 mois: on le remarque au bord de sa coquille, car celle-ci est solide, ainsi qu'à sa grosseur. Il faut savoir qu'un escargot peut vivre 10 à 15 ans en captivité.

La "Fête de l'escargot" aura lieu le 12 et 13 juillet à l'Auberge des Pignes, à la gare de Villars sur Var.

Venez nombreux.

Image



Partager cet article
Repost0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 17:05

Augmentation des coûts de production du nucléaire de 21% en 3 ans (et qui continueront de croître dans les années à venir) ;

« mur d'investissement » de 110 milliards à venir sur les réacteurs existants pour les faire tenir jusque 40 ans (et au minimum 60 milliards supplémentaires si on les prolongeait à 60 ans) ; un coût de l'EPR multiplié par 3 ;

une sous-évaluation manifeste de coûts pourtant conséquents concernant le démantèlement, la gestion des déchets, et évidemment le risque d'accident et donc l'assurance (la Cour des Comptes écrit que, de fait, l'Etat assure "gratuitement" le risque)…

Suite au rapport de la commission d’enquête parlementaire, plus personne ne pourra prétendre que le nucléaire est bon marché et que la prolongation du parc à 60 ans serait une simple formalité. 

Depuis 6 mois en effet, à l’initiative du groupe des députés écologistes, une commission d’enquête sur les coûts du nucléaire a œuvré d’arrache-pied à faire toute la lumière sur les coûts de cette filière que l’on nous présente souvent comme bon marché, compétitive, amortie.

En qualité de rapporteur, j’en ai remis le rapport le 10 juin au président de l’Assemblée nationale. L’objectif de cette commission d’enquête était de faire toute la transparence et de contribuer à rétablir la vérité des prix entre les différentes énergies.

Alors que s’élabore la loi sur la transition énergétique et avant que les parlementaires soient amenés à définir la stratégie énergétique de la France, il était indispensable de sortir des idées reçues. Cet objectif a été clairement atteint.

Certes nous n’avons pas été en mesure de faire toute la lumière sur une filière cultivant l’opacité (mais ces incertitudes en disent même parfois plus long) mais cela a été l’occasion de mettre sur la table des chiffres dont tout le monde n’avait pas conscience… certains avançaient même l’idée d’une « rente nucléaire ». 

Ce rapport ne se contente pas d’énumérer des constats.

Il a aussi permis l’adoption de recommandations : sur la reprise en main par l’Etat de la politique énergétique ; sur le passage à 50% de nucléaire en 2025 (dont le directeur énergie du ministère de l’Ecologie a indiqué que cela signifierait que 20 réacteurs seraient alors inutiles) ; sur la recherche sur le stockage des déchets en alternative à Cigeo ; sur la protection des travailleurs sous-traitants… Ces avancées, votées par la majorité, ser ont autant de points d’appui pour la future loi. 

Je crois pouvoir dire que ce rapport témoigne de l’utilité du travail parlementaire et de la capacité des écologistes à peser, à faire avancer les choses, lorsqu’ils participent aux institutions.

Au moment où arrive la loi sur la transition énergétique, cette capacité à peser, à être à la hauteur de notre responsabilité, se pose plus que jamais.

C’est ce que nous faisons déjà depuis des mois de l’extérieur avant même que le projet de loi ne soit arrêté par le gouvernement.

Pour lire la suite


Par Denis Baupin, député EELV de Paris, rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur le coût du nucléaire

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 23:27

La rime séductrice aux arômes CAFE MALICE

by biogee

 

Café Malice c'est avant tout une histoire d'amour et d'amitié, de coeurs en goguette, des chansons de cabaret... des histoires de nénettes! Mademoiselle Lise, bergère de poésie et d'amours passagères, sa besace pleines de chansons et de malices, apprivoise un jour sa complice, Marion.

 

Les deux femmes jouent dans la rue, les bistrots et les cafés sur des accords féminisés.

 

Aujourd'hui Café Malice, c'est quatre amis, Messica, Dimitri, Marion et Lise, qui vous offrent pour le plaisir de coquines chansons qui défrisent.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 08:08
 
  Partager :
           

Le Clan Jogbahn lutte contre l’accaparement de ses terres (photo: J. Taylor pour FoE International.

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

Au Libéria, la société d'huile de palme Equatorial Palm  projette d’étendre ses plantations sur les terres de la communauté Jogbahn. Mais, présente sur ce territoire depuis plusieurs siècles, la population n'a pas donné son consentement pour cèder ses terres.

En fait, les habitants ne comptent jamais abandonner « la forêt qui abrite tout ce que leurs ancêtres leurs ont légué ».

Bien que le Clan Jogbahn ait la loi de son côté ainsi que le soutien de la présidente libérienne en personne, EPO continue ses activités comme si de rien n’était et mène des études de terrain approfondies laissant présager de futurs déboisements.

Écrivons aux dirigeants d’EPO et de son principal actionnaire KLK :  le Clan Jogbahn ne veut pas de vos plantations sur ses terres. C’est son droit et vous devez le respecter !

PÉTITION  

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 15:18

L'insoutenable illégitimité de la dette

Le premier ministre, Manuel Valls, en a fait un argument massue pour justifier le programme de stabilité et la réduction de 50 milliards d'euros de la dépense publique : " Depuis plus de trente ans, nous vivons au-dessus de nos moyens.


" Le rapprochement qu'il effectue avec l'endettement de la France sous-entend que la dépense publique est la cause première de la dette publique.

 

Faux, répond le groupe d'économistes de gauche et de syndicalistes constitué au sein du Collectif pour un audit citoyen de la dette publique (CAC), qui a publié, mardi 27 mai, une étude analysant les composantes de la dette publique.

 

L'explication - ou plutôt les explications - réside ailleurs :

1° des recettes dont s'est privé l'Etat " en multipliant les cadeaux fiscaux " depuis le début des années 2000

et 

2° des taux d'intérêt excessifs auxquels l'Etat s'est financé.

Ces deux facteurs, à eux seuls, contribuent pour 59 % à l'actuelle dette publique.


En trente ans, ont calculé ces économistes, la part des recettes de l'Etat dans le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 5,5 points.

 

Si cette part était restée constante, la dette publique serait inférieure à son niveau actuel de 24 points de PIB, soit 488 milliards d'euros.

 Si l'Etat, parallèlement, avait emprunté au taux réel au lieu de recourir aux marchés financiers, le niveau de la dette serait inférieur de 29 points de PIB, soit 589 milliards.

A cela s'ajoute celui de l'évasion fiscale, estimé à 20 % de la dette de l'Etat en 2012.


" Il faut combattre l'idée que le déficit provient des dépenses excessives, assure Michel Husson, membre du conseil scientifique d'Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne), qui a coordonné ces travaux. 

Elles ont au contraire un peu baissé, de 2 points en trente ans, en proportion du PIB.

 

Le problème vient des recettes.

En fait, en baissant les recettes, on fabrique du déficit.

" L'étude démontre ce mécanisme d'alternance entre gonflement du déficit du fait de la baisse des recettes puis réajustement par le freinage des dépenses. "

La tendance permanente au déséquilibre budgétaire est donc engendrée par les choix de politique fiscale qui, à leur tour, viennent ensuite légitimer le recul ultérieur des dépenses publiques ", indique-t-elle.

 

Le rapport détaille les principales périodes de baisse des impôts.

 

Les mesures Jospin (2000-2002) :

-39,9 milliards entre impôts ménages (- 11,9 milliards), impôts indirects (- 10,4 milliards) et impôts entreprises (- 17,6 milliards).

 

Les mesures Chirac (2006-2007) :

-12,4 milliards, dont 6 milliards impôts ménages et 6,4 milliards impôts entreprises. Les mesures Sarkozy (2007-2012) : -22,7 milliards, dont 10,1 milliards pour les ménages et 12,6 milliards pour les entreprises. Auxquelles il faudra bientôt rajouter :les mesures Hollande...


Le décrochage des années 2000

" Le principal décrochage, sur le plan des cadeaux fiscaux, se situe dans les années 2000, relève M. Husson.Notre travail rejoint les analyses développées en 2010 par Gilles Carrez - alors rapporteur général (UMP) de la commission des finances de l'Assemblée nationale - et par les économistes Paul Champsaur et Jean-PhilippeCotis."

 

Dans leur rapport sur les finances publiques remis à Nicolas Sarkozy le 20 mai 2010, ces derniers écrivaient :

" Si la législation fiscale était restée celle de 1999, (...) la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd'hui qu'elle ne l'est en réalité, générant ainsi une économie annuelle de charges d'intérêt de 0,5 point de PIB. "" Nous arrivons à peu près aux mêmes résultats ", note M. Husson.

Outre le déficit primaire - l'écart entre les recettes et les dépenses hors intérêts -, les intérêts de la dette sont la seconde source d'augmentation de la dette publique.

De 1980 à 2013, la dette est passée de 20,7 % à 93,5 % du PIB.

Pour les deux tiers (62 %), la hausse est imputable au cumul des déficits et, pour 38 %, à l'effet boule de neige déclenché à partir du moment où les taux d'intérêt auxquels l'Etat emprunte sont supérieurs au taux de croissance.


" C'est surtout dans les années 1990 que nous avons connu des taux d'intérêt très élevés, en raison du choix de n'aller que sur les marchés financiers alors que d'autres sources de financement étaient possibles, explique M. Husson. 

 

Aujourd'hui, il y a un effet d'accumulation.

Une dette de l'Etat, ce n'est pas une dette d'un ménage où, au bout du crédit, on a fini de rembourser.

C'est une dette perpétuelle en ce sens que, constamment, chaque année, l'Etat emprunte non seulement pour couvrir son déficit mais aussi pour rembourser.

C'est une sorte de «dette revolving». On n'élimine jamais complètement les effets du passé. "

 

Aujourd'hui, l'Etat continue de payer les taux exorbitants des années 1990 et les " cadeaux fiscaux " des années 2000

 - baisses d'impôts et niches fiscales -, qualifiés comme tels parce que, concentrés sur les contribuables les plus aisés, ils n'ont pas eu l'impact économique escompté sur la consommation et sur la croissance. Ce qui pose la " légitimité " de la dette.

 

L'analyse de ces économistes met à mal le discours politique actuel s'évertuant à rabâcher qu'il n'existe pas d'autre politique économique possible. Elle invite, au contraire, à réfléchir sur les dégâts qui pourraient survenir à répéter les erreurs du passé.

Et à trouver des réponses à ces deux questions : Que faire du poids accumulé de la dette passée ?

Comment se financer indépendamment des marchés financiers ?

 

roger@lemonde.fr

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 14:58
Partager cet article
Repost0