Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 18:52

Par Sébastien Bohler. Docteur en neurosciences.

Directeur du magazine : Cerveau et psycho.

 

Il y a 200 000 ans, depuis l’Afrique, l’humanité partait à la conquête du monde. Elle détenait une arme secrète : son cerveau. Une machine à penser, à tirer parti de son environnement, à se reproduire et à dominer.

 

 

Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bu, au cœur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d’assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours plus de nourriture, de sexe et de pouvoir.

 

Ainsi nous somme 8 milliards d’êtres humains sur Terre à rechercher encore et toujours la croissance dans tous les domaines. Pour ce faire, notre espèce hyper-consommatrice surexploite la planète, modifie son écosystème…et se met gravement en péril.

 

 

Comment se fait-il que, ayant conscience de ce danger, nous ne parvenions pas à réagir ? Peut-on résoudre ce bug et redevenir maîtres de notre destin ? Oui, à condition d’analyser en chacun de nous et non pas seulement à l’échelon économique et politique ce mécanisme infernal qui pousse notre cerveau à en demander toujours plus.

 

Plaquette du livre de Sébastien Bohler, chez Laffont

Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 08:26

Quand une cause semble juste et commune à des formations politiques différentes, il ne semble pas anormal que celles-ci se coalisent pour la défendre.

C’est ainsi que l’on a vu Les Républicains, les Socialistes, la France Insoumise, le PCF, se mettre ensemble pour refuser la privatisation des aéroports de Paris.

Mais cela n’a pas du se faire sans difficultés, pour certaines formations politiques.

En effet, le PCF et la France Insoumise se sont toujours opposés aux privatisations.

Du côté des Républicains et des Socialistes, tous deux artisans de toutes les plus grandes privatisations françaises, cette nouvelle position pourrait avoir de quoi surprendre un peu.

Encore plus surprenant lorsque est lancé la procédure d’un référendum. On se souvient quand même que les français avaient voté à 55% contre le TCE, vote qui avait ensuite été invalidé par le parlement.

 

Ces deux mouvements, sont-ils en train de refuser le « libéralisme économique » et se reconvertir à une économie où l’Etat détient des leviers économiques et stratégiques ?

L’avenir nous le dira.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 08:30

Les plus grandes autorités de l'Etat ont tranché.

Le cousin de ma cousine ne pourra pas être interdit de manifestation sur simple décision du Préfet.

Cela fait plaisir d'avoir raison de temps en temps.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 17:52
La disparition de la biodiversité des espèces cultivées est une menace pour nous tous et met déjà en danger la sécurité alimentaire de millions de femmes, d'hommes et d'enfants. 
Si nous n'agissons pas aujourd'hui, la perte de la biodiversité aura un impact majeur sur la capacité de l'ensemble de l'humanité à se nourrir dès 2050 selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. 
Il n'y a pas de temps à perdre !
 
 
 
J’AGIS
 
 
 
Ne laissons pas notre avenir alimentaire aux mains des multinationales : 
4 multinationales se partagent aujourd'hui 60 % du marché mondial des semences, imposant des variétés modifiées et infertiles au détriment des semences paysannes. 
Résultat : 75 % de la diversité des cultures a été perdue au cours du dernier siècle.
 
En soutenant nos projets vous pouvez : 
- Aider les populations les plus vulnérables à résister aux multinationales
- Favoriser l'utilisation de semences traditionnelles
- Renforcer la sécurité alimentaire des populations en développant notamment l'agro-écologie
 
 
Les populations menacées ont besoin de vous, 
agissez concrètement à leurs côtés :
 
 
 
Votre don de
80 €
  soit 27 € après déduction fiscale 
permet à des producteurs horticoles, 
tels que ceux du Mali, d’obtenir deux mois de semences biologiques.
 
 
JE FAIS UN DON
 
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 17:27
 
 l’UE

Stop aux catastrophes comme au Brésil ! La France doit assumer sa responsabilité et instaurer des règles contraignantes pour l’importation de matières premières

AFFICHER LA LETTRE DE PÉTITION

Au Brésil, le barrage d’une mine de fer a de nouveau cédé. 12 millions de tonnes de déchets miniers contaminés provenant de la mine Córrego do Feijão se sont déversées dans la région du Minas Gerais.

Le complexe minier, les habitations, les fleuves et la végétation tropicale ont été recouverts par jusqu’à 15 mètres de boue toxique. Au moins 157 personnes sont mortes et 182 autres portées disparues.

Le Brésil est le deuxième producteur de minerai de fer au monde, avec une extraction annuelle de plus de 430 millions de tonnes (2016). L’exploitant minier brésilien Vale est le deuxième plus grand groupe de matières premières et le premier exportateur mondial de minerai de fer, avec un chiffre d’affaires de 34 milliards de dollars (2017).

Il y a 3 ans, une rupture de barrage dans une mine de fer détenue par Vale à Mariana au Brésil avait déjà fait 19 morts. 64 millions de m3 de boues ont contaminé le fleuve Rio Doce jusqu’à l’Atlantique.

Les responsables de la catastrophe ne se trouvent pas seulement en Amérique du Sud, mais également en Europe et en Amérique du Nord. Nous consommons chaque année des millions de tonnes de produits sidérurgiques pour nos voitures, nos machines, nos produits de consommation et l’industrie du bâtiment.

La France importe presque 14 millions de tonnes de fer (2016) par an, la valeur des produits sidérurgiques importés s’élevant à 15 milliards de dollars.

Le gouvernement et les acteurs économiques français doivent assumer la responsabilité des chaînes d’approvisionnement. Ils doivent garantir le respect des normes environnementales et de sécurité ainsi que des droits de l’homme et du travail lors de la production des matières premières.

Les engagements volontaires des entreprises ne suffisent pas, nous avons besoin de réglementations et de lois contraignantes

Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 00:54

Les chrétiens, furent les premiers antisémites.

L’histoire européenne est pleine de fureurs, de pogroms, de périodes de rémissions, de calmes relatifs, concernant les juifs.

Les grands Etats Chrétiens et l’Eglise avaient adopté la position commode consistant à rendre l’ensemble du peuple juif et leurs descendants, responsables de la mort du Christ.

Ce soubassement idéologique a été la base durable de l’antisémitisme.

De nos jours, cela a beaucoup changé.

 

Le mythe d’un peuple juif « riche ».

Le deuxième ferment, toujours aussi issu de l’antagonisme chrétien, a été de transférer aux juifs ou tout au moins à certains juifs, le rôle de collecteurs d’impôts, de banquiers, de prêteurs, dans la mesure où la plupart des autres métiers qui organisaient le monde médiéval, puis pré capitaliste, leur étaient interdits.

 

Le troisième ferment s'est concrétisé dans la Shoah.

Le monde occidental a été le lieu de l’écrasement des juifs qui ne formaient pas nécessairement un peuple homogène, car les personnes de confession juive étaient traversées par des courants divers, des luttes de classes et des prises de positions idéologiques bien différentes.

De plus, dans le monde occidental il y eut aussi des défenseurs des juifs poursuivis par les nazis et les collaborateurs.

Mes parents, communistes et devenus athées, cachèrent des juifs dans leur cave et nous fûmes élevés dans l’idée que les juifs étaient des victimes et que l’antisémitisme et le racisme éraient à combattre pied à pied.

 

Le quatrième ferment a été la création d’Israël.

 

Théodore Herzi, fondateur du premier congrès sioniste.

 

Dans le Moyen Orient, bien qu’il y ait eu aussi des périodes antisémites et des longues périodes de cohabitations heureuses, la fracture ne fut pas aussi forte qu’en occident.

 

 

C’est avec la naissance du mouvement sioniste et sa réplique des frères musulmans en particulier en Egypte que les rapports se gâtèrent.

 

Et la création d’Israël radicalisa des pays plutôt modérés.

Ainsi Nasser répondit à cette création en déclarant l’islam religion d’Etat…la suite on la connaît.

 

L’Occident s’est dédouané de son antisémitisme et de ses terribles et immenses responsabilités dans les crimes antisémites en soutenant la création d’un Etat juif en Palestine.

 

Et l’inversion s’est produite, l’antisémitisme relatif de l’Orient est devenu un instrument politique et religieux des peuples arabes, en soutient aux Palestiniens.

 

La double nationalité juive ?

Le cinquième ferment consiste à laisser croire que les juifs seraient juifs avant d’être français, ce qui est pour la quasi totalité d’entre eux totalement faux.

Mais, il existe cette propagande de droite chez des instances juives qui tendent à laisser penser que les juifs français auraient une « autre patrie », qui s’appellerait Israël.

 

Donner du grain à moudre aux extrémistes musulmans ?

Malheureusement les discours extrémistes des dirigeants actuels d’Israël alimentent cette idée qui renvoie tous les juifs, à leur religion avant de les classer comme des français d’abord.

Si l’on y rajoute les prises de positions en faveur d’Israël et de sa politique de colonisation par des hauts responsables français de confession juive, on peut dire que ceux là, jouent aussi contre leurs coreligionnaires.

Tout au moins ils alimentent les idées de radicaux musulmans contre les personnes de confession juive, y compris lorsque celle-ci font profession de laïcité, ce qui est un comble.

 

Je me sens enfant de Zola et de « J’accuse ».

Zola était du côté de Dreyfus, des plus faibles et des opprimés.

 

 

 

Et je ne suis pas certains que ceux qui défendent actuellement les juifs à travers les positions sionistes sont eux, les descendants de Zola.

 

Je considère que le sionisme actuel est une opinion politique à laquelle nous sommes en droit, démocratiquement, de nous opposer.

 

Je me situe comme beaucoup de français sur ce paradigme politique, parce que justement je suis de tout mon être opposé à l’antisémitisme.

Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 17:03

Je ne suis pas un spécialiste des questions policières, des enquêtes concernant les délinquants, les casseurs, que d’ailleurs je n’aime pas.

Et quand j’entends les comptes-rendus des manifestations sur les medias et que je ne vois que des images de violences, je me dis que peut-être nous sommes en guerre...civile.

Gilets jaunes à Villars-sur-Var.

Et puis nous recevons des gilets jaunes dans la salle communale de Villars, et là, personne n’est violent et tous pensent que les violences les desservent, ou qu’elles sont quelquefois les bienvenues pour le pouvoir en place.

 

Vrai ! Dans l’opinion les violences les desservent.

Mais vrai aussi, que si les gilets jaunes avaient défilé sans incident ou dégradation, en ce moment le Président de la République et ses ministres, ne couraient pas nombre de réunions pour expliquer le sens de leurs réformes en cours (qui donc sont nécessairement bonnes, le tout étant de savoir pour qui ?), et n’auraient pas lâché du lest.

 

La conquête de l’opinion : un enjeu réel.

En fait, sur le fond, les français massivement sont d’accord (pas nécessairement sur tout), avec les gilets jaunes, sachant que tous les gilets jaunes n’ont pas toujours les mêmes revendications…loin ‘en faut et que le RIC ne peut-être l’unique solution à la complexité de la V° République.

 

Comment donc, renverser cette hyper majorité en faveur des gilets jaunes ?

Si les casseurs, ont éveillé l’opinion, par leur continuité et leur persévérance délictueuse, ils permettent aussi, le décrochage de plus en plus de français qui disent en avoir assez de la tournure prise par les événements.

Cela ne peut donc servir que la cause du gouvernement qui ainsi pense arriver à renverser les opinions favorables en opinions défavorables.

 

Cela ne veut pas dire que l’Etat est à l’origine des casseurs.

Non pas !

Mais l’histoire est pleine d’histoires de provocations étatiques et d’utilisation politique de la peur de la « chienlit ».

Par exemple, en 1968, nous avons connu ces « appariteurs musclés » qui étaient des agents actifs de désordres…

 

La réponse policière.

Oui, c’est certains, des policiers sont attaqués, mais rappelons aussi qu’être CRS c’est quand même un métier qui recèle quelques risques et qu’il est moins dangereux d’être comptable dans une grande entreprise.

On va me répondre qu’il faut bien maintenir l’Ordre.

Tout à fait d’accord, mais lorsque dans les territoires ruraux on ferme à tour de bras les gendarmeries, les services publics, que les Maires n’arrivent pas à eux seuls à contenir les incivilités, l’ordre républicain n’est plus assurés, et les frustrations se cumulent en exaspération, tant chez les citoyens paisibles que chez ceux qui en profitent pour faire n’importe quoi.

 

Cette exaspération s’est d’ailleurs exprimée lorsque des gilets jaunes ont suivi le pas de casseurs, ou lorsque ils ont été traités de la même manière que des casseurs.

 

Bilan policier et judiciaire.

Lorsque l’on fait le bilan, c’est un peu comme quand on comptabilise les morts et les blessés lors des conflits entre les palestiniens et israéliens.

Le rapport est de 1 à 50 ou 100, tant sur le plan des atteintes physiques que des condamnations judiciaires.

Et ce rapport déséquilibré, augmente encore plus les frustrations et les sentiments d’injustice, chez les manifestants qui au départ étaient dans des démarches pacifiques.

C’est le cercle vicieux.

 

La réponse administrative : « Le cousin de ta cousine ».

Et l’on en arrive à une situation peu enviable, où si le cousin de ta cousine est considéré comme éventuellement dangereux, tu pourrais être interdit préventivement de manifestation, car susceptible de mauvaises actions, par «cousinage », puisque tu as fréquenté le cousin de ta cousine. Sait-on jamais ?

 

Et la justice dans tout cela, alors qu’elle est déjà bien malade, faute de moyens ?

Et bien la justice pourra être saisie, à tes frais bien sûr, pour que celle-ci se prononce pour ou contre la décision administrative d’un Préfet, dans deux ou trois ans…

Et ne comptes pas trop sur la procédure du « Référé », car il faudra que tu prouves que tu y fais appel pour raison « d’urgence »…

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2019 7 06 /01 /janvier /2019 17:27

Mesdames, Messieurs, mes chers amis,

Depuis 20 mois la France connait un rythme important, de « réformes ».

Et suite à ces réforme des contestation se sont faits jours et nous vivons la crise la plus longue depuis mai 1968, avec un soutien massif de la population française.

Personnellement, je me refuse à avoir une opinion sans avoir réfléchi aux causes profondes du grand malaise français.

 

De nombreux villarois m’interrogent.

Souvent la question est posée de manière simple : 

« Es-tu pour ou contre les gilets jaunes ».

 

En tant qu’élu républicain, je me dois de respecter les idées de mes concitoyens qui se reconnaissent dans les trois mots fondateurs de nos Républiques successives :

« Liberté. Egalité. Fraternité ».

Mais ce respect ne m’empêche pas d’avoir des opinions. Et comme je n’appartiens plus à aucun parti politique je suis totalement libre de mes paroles.

 

                                                 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Chers concitoyens, voici des années que je répète ici, devant vous, et ailleurs, les mêmes analyses.

Selon moi, les trois mots républicains fondateurs de notre société française semblent dans certains cas de lointains souvenirs.

Et si grâce à notre vigilance nous vivons dans un pays encore bien « libre » par rapport à d’autres, il y a longtemps que l’Egalité et la Fraternité ne sont pas réellement appliquées dans notre pays…comme dans d’autres.

 

Mes positions concernant une société française qui perd son modèle social sur de nombreux points, ont amené certains de mes collègues élus, à me reprocher de vouloir « faire payer les riches ».

Vous savez, pour moi, ce n’est pas une insulte, car depuis longtemps je constate que les TRES RICHES, savent cacher leurs revenus, savent spéculer, savent éviter l’impôt en plaçant des sommes astronomiques dans les paradis fiscaux et des niches fiscales, qui assèchent les finances françaises.

Savez-vous que notre dette est d’environ 80 milliards par an, et que les tricheries fiscales des TRES RICHES sont évaluées à 90 milliards par an ?

Si ces personnes, ces entreprises étaient lourdement sanctionnées, en ce moment nous ne parlerions sans doute pas des « gilets jaunes ».

 

Savez-vous que selon le professeur financier à l’Université de Zurich Marc Chesney,  si l’on appliquait une taxe de 0.2% sur les toutes les transactions électroniques, personne ne paierait d’impôts.

Pour la France les transactions financières représentent 218 mille milliards d'euros par an. Un taux de 0,2% suffirait alors à rapporter 436 milliards d'euros. Soit bien plus que l'ensemble des recettes fiscales.

 

Alors, je vais vous livrer le fond de ma pensée d’élu.

En fait, j’en ai plutôt assez, en tant que Maire, de faire attention à tout, à attendre des années certaines subventions de l’Etat et maintenant de la Région, parce que la France serait en déficit à cause de ces grands privilégiés de la fortune.

Je vous le dis : Ceci n’est plus supportable

 

Vous savez, en 1968, un mois avant la révolte, le journal le Monde titrait « La France s’ennuie ».

En 2018 des commentateurs, dits avertis (qui eux, ne sont pas des journalistes d’investigation que je respecte), ont parié sur la passivité des français, et n’ont pas mesuré ce qui se passait entre l’Etat et ses concitoyens.

 

 

Mais comment n’avoir pas vu les nuages qui s’amoncelaient, suite à des décisions gouvernementales successives ?

Alors, vous allez m’excusez si je vais être un peu long dans mon énumération.

 

Quelles ont été ces décisions gouvernementales :

 

1° La suppression partielle de l’impôt sur la fortune.

2° La mise en place de la « flat taxe » qui exonère les grandes entreprises du paiement progressif par tranches.

3° La loi travail qui a approfondi la loi votée, par 49-3, sous la précédente présidence.

4° La suppression du statut public de la SNCF.

5° La réforme des prud’hommes avec la possibilité de limiter les indemnités suite à un licenciement sans cause réelle ou sérieuse. Le Conseil d’Etat vient de censurer cette mesure.

6° La suppression de compétences importantes pour les communes (tourisme, eau et assainissement).

7° La diminution des dotations aux collectivités

8° La suppression de la taxe d’habitation.

9° La baisse des financements des bailleurs sociaux.

10° La réforme de la justice qui supprime les tribunaux de proximité.

11° La réforme du bac et « parcours sup » avec des choix prématurés pour les lycéens.

12° La baisse des pensions.

13° La baisse des aides aux logements.

14° La hausse de la CSG.

15° Le gel du SMIC.

16° La réforme en cours des retraites par points variables selon la situation économique.

17° La réforme de l’assurance chômage qui encore une fois laisse penser que tous les sans travail sont des fainéants.

18° La suppression partielle des emplois aidés qui met sur la paille des dizaines d’associations caritatives.

19° Le maintien des taux des livrets A en dessous de l’inflation, faisant perdre du revenu aux personnes modestes.

20° La réduction de la vitesse à 80km/heure, au lieu d’entretenir les routes et maintenir les lignes de la SNCF.

21° Le maintien du projet de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

22° La hausse des taxes sur les carburants touchant les moins aisées et en laissant de côté la taxation des avions et des bateaux.

23° La passivité en matière d’environnement qui s’est traduite par le départ de Nicolas Hulot.

 

Et oui, ainsi, en 20 mois, toutes les couches non spéculatives de la société, ont été concernées à des titres très divers.

Et nous avons vu d’immenses manifestations syndicales et politiques, dont les commentateurs ont passé leur temps à en minimiser l’importance.

 

Et patatras !

Voici que la révolte est venue de là, où ne l’attendait pas.

Et du coup, ce qui n’était pas possible l’est brusquement devenu.

Et du coup, on s’est rappelé que « l’Egalité et la Fraternité », cela voulait encore dire quelque chose au cœur des français.

 

Personnellement, et je n’engage que moi, je ne crois pas que le versement de primes, d’oboles, vont changer quelque chose au système inégalitaire actuel.

Ce qui a été octroyé sous la pression des gens en colère, sera repris d’une manière ou d’une autre…et tout recommencera,

 

Pour notre part, nous les élus villarois, nous faisons ce que nous pouvons pour nos concitoyens.

Depuis 1999, nous n’avons pas modifié les taux d’imposition des impôts locaux.

Nous n’avons non plus, pas augmenté le prix de l’eau qui se trouve être un des plus bas du Département.

Nous avons versé des aides à la formation.

Nous versons des aides à la cantine.

C’est notre contribution à l’Egalité et à la Fraternité.

 

Mes amis, il est de tradition de souhaiter les bons vœux pour l’année qui vient.

Je vais le faire, en souhaitant un avenir meilleur pour chacun de nous et pour notre France que nous aimons.

 

Merci à tous d’être présents et d’avoir eu la patience de m’écouter, surtout si à divers moments de mon intervention vous n’avez pas été d’accord avec moi.

 

Malausséna Edgar

Maire de Villars sur Var

06710 Mairie de Villars sur Var

Tél.: 04 93 05 32 32 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 02:42

Tous les morts n'ont pas le même hommage.

 

Je comprends en effet que la Nation se recueille pour l'idole des jeunes et des moins jeunes.

Je comprends que l'on rende hommage à un officier de police qui a donné sa vie pour sauver une otage.

Je comprends que l'on loue un homme (immigré) pour avoir sauvé un enfant qui allait tomber d'un balcon.

Oui je comprends !

 

Mais les 9 gilets jaunes ? Comment ne pas rester abasourdi devant le peu de considération pour les 9 morts gilets jaunes emportés par la valse des camions et des véhicules personnels.

Ils sont morts alors que sûrement ils défendaient les droits fondamentaux qui ont fondé La République, la première, la révolutionnaire.

 

Tous les humains doivent être traités de manière égale et en particulier devant l'impôt, à la proportion des moyens de chacun.

Tous les humains ont le droit à la rébellion lorsque les lois portent atteinte aux plus grand nombre, au profit de quelques uns.

Tous les humains ont le droit de vivre dignement dans une société où les richesses s'accumulent et se volatilisent dans des paradis terrestres bien réels.

Et parmi ces morts, il y en avait sûrement qui adoraient leurs animaux de compagnies auxquels ils vouaient un amour au delà de notre espèce,, montrant par là, que la vie sur terre, passe par les hommes, les bêtes, les plantes, les sols, l'air, l'eau...la vie quoi !

 

Que ces 9 morts ne tombent pas dans l'oubli. En tous les cas je ne les oublierai pas.

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 08:21

Des commentateurs déconnectés.

Voici des mois, dans les TV bien informées (BFM, LCP, Arte, la 5…), tous les commentateurs s’accordaient pour dire que les slogans du genre : « convergence des luttes » (CGT, France Insoumise…) étaient des utopies qui n’avaient aucune chance de voir le jour.

Cela me rappelait le titre du Monde juste avant l’explosion de mai 1968, qui annonçait que la France, en quelque sorte, dormait.

 

L’histoire ne se répète pas, mais elle nous instruit.

Bien sûr, l’histoire ne se répète jamais de la même façon, et les mouvements sociaux ou révolutionnaires ne se décrètent pas par la volonté d’un homme et d’un parti.

Bien sûr, l’histoire se révèle aux endroits où on ne l’attend pas, mais…

 

Comment ne pas voir les nuages qui s’amoncelaient, suite à des décisions politiques de la majorité parlementaire ?

1° La suppression de l’impôt sur la fortune.

2° La loi travail.

3° La suppression du statut de la SNCF.

4° La réforme des prud’hommes.

 

5° La suppression de compétences importantes pour les communes (eau et assainissement).

6° La diminution des dotations aux collectivités

7° La suppression de la taxe d’habitation.

8° La baisse des financements des bailleurs sociaux.

9° Le projet de maintien de l’enfouissement des déchets nucléaire à Bure.

10° La réforme de la justice.

11° La réforme du bac et « parcours sup ».

12° La baisse des pensions.

13° La baisse des aides aux logements.

14° La hausse de la CSG.

15° Le gel du SMIC.

16° La réforme en cours des retraites par points.

17° La réduction de la vitesse à 80km/heure.

 

Tous touchés, mais pas « Tous ensemble ».

Ainsi, très rapidement, toutes les couches non spéculatives de la société, ce que l’on appelle « Le peuple » et dont certains à gauche se moquent en disant que ce terme est trop vague et ne peut pas remplacer le concept de « classes, toutes ces couches ont été touchées à des titres très divers.

Et nous avons vu d’immenses manifestations syndicales et politiques (France Insoumise seulement) dont les commentateurs ont passé leur temps à en minimiser l’importance.

 

 

Mais c’était la résistance de ceux qui étaient encore « inclus », « organisés » et dans laquelle une grande partie du peuple ne pouvait pas directement se reconnaître.

Dans ces manifestations syndicales et politiques, sur de nombreuses pancartes on pouvait lire « Réveillez-vous ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le réveil des dominés et des déclassés.

Une partie populaire non incluse ou en déclassement a fini par réagir au moment ou l’on ne l’attendait pas.

Et le gouvernement a sans doute oublié que la France est un pays gouvernée par trois principes républicains : « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Bien sûr cela fait longtemps que ces 3 principes ne sont plus appliqués. Mais…

Mais, ils ressurgissent toujours, là où on ne les attends pas. Et c’est malheureusement sur la question de l’écologie et de la transition écologique que la révolte est venue.

 

Une transition nécessaire mais une injustice de plus

1° La transition écologique est nécessaire car nous sommes tous au bord du gouffre, et les plus faible encore plus que les dominants ou les classes aisées.

Mais :

2° Cette transition pèse sur ceux qui ont le moins de moyens, alors qu’ils ont déjà subi toutes les réformes notées ci-dessus.

 

Il ne faut pas se leurrer non plus.

Il y a aussi des hypocrites qui n’ont pas manifesté leur opposition lorsque ces lois successives sont venues heurter nos concitoyens.

Et maintenant certains d’entre eux se pavanent en soutiens bien tardifs. On avait connu cela aussi en 1968.

Ainsi, il ne faut pas s’étonner des « convergences-divergences » que l’on constate chez les gilets jaunes.

Cela est dû à la spontanéité du mouvement, à l’appartenance à des courants de pensées totalement divergents.

 

Et sur le plan politique ?

Sur le plan politique, la course de vitesse est engagée entre le Rassemblement National et la France Insoumise qui avait la première lancée des rassemblements et des manifestations.

Pour l’instant le RN est solidement en avance et les diverses droites qui veulent le concurrencer sur son terrain devraient se souvenir que certains de leurs ancêtres historiques et politiques  avaient dit « Plutôt Hitler que le Front Populaire », avec les résultats que l’on avait ensuite connus.

Partager cet article
Repost0