Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 14:42



Antilibéraux !
José Bové candidat

Le retrait de José Bové, fin novembre 2006, de l’équipe nationale porteuse du projet antilibéral, fut le révélateur de la possible désagrégation du mouvement.
José Bové avait compris que le Parti Communiste tenterait d’aller jusqu’au bout pour imposer sa Secrétaire Nationale M.G. Buffet.
En même temps, par son exigence à ne revenir dans l’équipe des représentants nationaux que si Olivier Besancenot était capable de se joindre au mouvement, José Bové prenait le parti du « rassemblement », contre la « dispersion » possible des antilibéraux.
Il mettait, ainsi, le doigt sur l’irrationalité de la position isolationniste de la Ligue Communiste Révolutionnaire.

PCF : Revirement
Jusque là le PCF avait accepté le vote au «double consensus » pour la Candida- ture Commune à la présidentielle, tant dans les Comités Locaux, qu’au niveau des organisations rassemblées dans le Collectif

National. Coup de théâtre : Désavouant ses représentants nationaux du Comité National Unitaire, le PCF décidait que « seuls » les Comités Locaux étaient souverains pour désigner le candidat du rassemblement.
A ce stade de la construction du mouvement, le PCF était certain d’être encore majoritaire grâce à son nombre d’adhérents.
L’inutile passage en force du PCF
Mais dans la dynamique électorale, à terme, le PCF serait devenu minoritaire dans les Collectifs et dans le rassemblement comme l’ont prouvé les meetings unitaires. Trop risqué pour ce parti en déclin historique.
Il lui a fallu réagir vite et essayer de surfer sur la vague antilibérale pour engager une hypothétique remontée dans l’échiquier politique.
Malgré une apparente majorité à la base, la réunion nationale des 9 et 10 décembre 2006, démontrait qu’une partie seulement du PCF soutenait M.G. Buffet. La salle était coupée en deux. MG Buffet n’obtint pas le consensus. Refusant d’admettre à nouveau que les Collectifs de base se prononcent au consensus, le PCF, provoquait un vote interne en son sein qui offrait à la Secrétaire Nationale un confortable 81 %, en recul cependant de 17 % sur le vote interne précédent.

Dernier débat unitaire, avec le PCF, dans les Alpes-Maritimes le 6 12 2006



Notre présentation page 10

Les idées antilibérales sont majoritaires à gauche
José Bové, soutenu par près de
30 000 signatures, s’engage !


La vie de la Région


Chemin de Fer de Provence, Comités de Lignes en réunions



G. Piel et E. Malausséna à La Mure le 22 11 06

De Plan du Var dans les Alpes Maritimes, à La Mure dans les Alpes de Hautes Provence, les échanges de la population avec les élus de la Région, et les responsables de l’exploitation, se poursuivent.
Poursuite des travaux et nouveau matériel
La Région a délibéré, le Chemin de Fer de Provence est entré dans les compétences de la seule Région. Il est d’ailleurs amusant d’entendre le Sénateur Maire de Nice demander la modernisation de cette voie, alors que les travaux se poursuivent en continu, que d’anciennes rames sont rénovées par les salariés aux ateliers de Lingostière (ci-contre à gauche), que les nouvelles rames hyper modernes sont commandées (ci-contre à droite).
L’Etat enfin a accepté de verser sa côte part, et les diverses améliorations (rails, ponts, passages à niveau, tunnels) se poursuivent à un rythme soutenu.
Les horaires fonction du matériel et de sa qualité
Le manque de matériel et sa vétusté entraînent des difficultés horaires et des mécontentements. Mais le retard était tel, qu’il faudra encore de nombreuses années pour être au « top », comme l’a indiqué G. Piel. La nouvelle grille horaire intègre l’obligation de ne pas faire circuler toutes les rames afin, qu’à tour de rôle, l’une d’entre elle puisse se trouver en réparation à l’atelier de Lingostière.
Les tarifs évolueront favorablement
Les usagers considèrent que les tarifs sont trop chers. Dans quelques mois, la Région pourra appliquer sur cette ligne toutes ses délibérations à savoir, la carte travail, la carte jeunes et étudiants, les dispositions pour les chômeurs en recherche d’emploi, les réductions pour les Rmistes et les handicapés, etc…


Station d’épuration inaugurée
à St Sauveur sur Tinée


Il n’est pas toujours facile pour la Région de prendre la parole à côté du Conseil Général 06 ou de la ville de Nice. On a vu une Conseillère Régionale privée de discours à Nice lors de la sortie de la première rame de tramway. Il est cependant des communes où des élus républicains jouent le jeu, et c’est ainsi qu’Edgar a développé, à St Sauveur-sur-Tinée, les orientations et aides de la Région en matière d’environnement, de patrimoine, d’eau et d’assainissement. Ce domaine n’est pas une compétence obligatoire de la Région, mais celle-ci resserrant son dispositif continuera d’aider les Pays et intercommunalités rurales.


Gaz à effet de serre, une situation qui se dégrade

En ce jeudi soir du 21 décembre 2006, le Centre Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement 06, avait initié une réunion concernant les aides aux énergies renouvelables, en ses locaux à Nice.
Etaient invités un haut responsable du Conseil Général 06, deux Agents des Impôts de l’Etat, et Edgar Malausséna Conseiller Régional, membre du Conseil d’Administration du CAUE.


Intervention d’Edgar Malausséna. Celui-ci a insisté sur la mauvaise situation internationale depuis Rio.
Extraits : « Depuis Kyoto les instances internationales se réunissent, s’interrogent en vain. Au niveau des 41 pays développés qui s’étaient engagés en 1992 à réduire leurs émissions dans le cadre de la Convention climat (Rio), les résultats ne sont pas brillants. Selon le dernier bilan établi pour l’année 2004, les émissions de l’ensemble des pays occidentaux, sont loin de se réduire : + 11 % depuis 1990.


Exemples de mauvais élèves :
Les USA sont à + 16 % alors qu’ils auraient du baisser de 7 %. L’Espagne : + 49 %. Le Portugal : + 41 %. La Grèce : + 27 %. L’Irlande : + 23 %
Exemples de bons élèves :
Le Royaume Uni : - 14 %. L’ Allemagne : - 17 %.
Exemple de stagnation : La France : - 0,8 %.

Conséquences ? La Région s’engage. La Région est donc solidaire de la communauté internationale qui a édicté les mesures décidées dans le Protocole de Kyoto et entend y apporter sa contribution.

Edgar a développé les deux volets énergétiques de la Région, à savoir :
1) L’aide au solaire, au photo voltaïque et au bois, 2) Le volet Economie d’Energie dans le cadre du plan régional Eco Energie. Rappelons que sur les 163 communes du 06, seulement une dizaine est entrée dans ce plan, dont Mouans-Sartoux, Carros, Villars-sur-Var, Saint Laurent du Var…

Concilier les énergies renouvelables et le paysage


Edgar est aussi intervenu, lors de cette réunion organisée par le CAUE, sur la question de l’antagonisme entre les énergies renouvelables et le respect des paysages et du patrimoine.
En effet, les Bâtiments de France appliquent strictement les lois, en particulier pour les Hauts et Moyens Pays des Alpes-Maritimes, afin de protéger le patrimoine.
Résultat : des centaines de particuliers se voient refuser l’installation de panneaux solaires afin de ne pas contrevenir aux lois et règlements.
Pour sortir de cette impasse, Edgar a proposé une réunion à l’Association des Maire de la Montagne. Etaient présents, JP David Président des Maires ruraux du 06, E. Malausséna et son 2ème Adjoint M. Decarlis, le CAUE et les Bâtiments de France.

Une démarche concertée
Il a été convenu de créer un Comité de Pilotage afin d’élaborer une charte.
Celle-ci définirait des orientations dites « philosophiques », tiendrait compte des aspects règlementaires et technologiques qui permettraient de décliner une démarche (protocole) dynamique en direction des élus.
Agir sur le territoire et les installateurs
Ceux-ci pourraient agir sur leur « Plan Local d’Urbanisme ». Cette charte aurait aussi pour but d’intervenir auprès des installateurs qui auraient à faire preuve de plus de diversification dans leurs propositions. Affaire à suivre…



Lycées de la Région Se lancer dans la gestion des énergies


La Région a décidé de lancer un audit global sur l’énergie concernant les fluides (Electricité, Gaz et Eau) dans les 10 (plus deux à venir) Lycées des Alpes-Maritimes, et les 15 du Var qui ont décidé d’être « pilotes ».
En effet, suite à l’abandon de la ligne Boutres-Carros qui devait traverser le Verdon, ces deux départements sont fortement concernés par les économies d’énergie.


Une mobilisation insuffisante.
Pour ce qui est de l’action dans les Lycées pilotes, deux départements ont souscrit à cette démarche à ce jour. Ce sont ainsi 25 Lycées qui se sont portés volontaires :
- 10 lycées dans les A-M (plus 2 à venir) ;
- 15 dans le Var.
Cette première démarche des A-M et du Var se concrétisera par un diagnostic élaboré par un Bureau d’Etudes.
Une Plaquette élaborée par la Région sur le sujet, a été envoyée à tous les Proviseurs. Mais il est constaté une faible mobilisation car il semblerait que cette plaquette soit mal connue.
La Région pense qu’il faut former les personnels techniques, et c’est pourquoi dans la Convention entre la Région et les Techniciens Ouvriers de Services, il y a un chapitre sur les économies d’énergies.

Ensemble : Environnement et Economies
Cette démarche environnementale a des conséquences économiques fortes, car dans les budgets que la Région alloue aux Lycées, 45 % représentent les dépenses d’électricité, de gaz. Pour 2007, 41 Millions d’€ seront votés pour la dotation de fonctionnement des Lycées : c’est dire les économies d’énergies réalisables.
De plus, la Région a voté 3 500 € pour les Lycées faisant partie du Plan.

La malette miracle !


Une mallette sera distribuée par les élus référents dans les Lycées qui seront entrés dans le Plan. Cette mallette qu’Edgar a présentée au Conseil d’Administration du Lycée Beau-Site à Nice comporte plusieurs instruments de mesure :
1) Un appareil multifonction qui mesure les courants d’air, l’humidité de l’air, la température, la lumière/luminosité ;
2) Un capteur enregis- treur de température.
3) Un mesureur afficheur des puissances électri- ques.
4) Un logiciel de traitement des données qui permet d’analyser les valeurs relevées.
5) Une plaquette d’information pédagogique à l’attention du person- nel éducatif de l’établissement.
Là aussi, il faudra du temps pour aboutir à une mobilisation générale, mais il faut à tout prix intervenir sur tous les domaines possibles afin d’obtenir quelques résultats sur ces graves sujets.




Concours d’architecture au CAUE

En présence de M. Maccario Inspecteur d’Académie et de M. B. Asso Président du CAUE et de techniciens,

E. Malausséna a participé au concours concernant les photos, des Ecoles et Lycées, représentatives du patrimoine que sont les bâtiments de la République. Beaucoup de monde pour regarder et apprécier.




Objectif Emploi
Source : Notre Région PACA Novembre 2006


Voté voici près de deux ans, le Plan Régional pour l’Emploi rend ses premiers fruits. L’engagement financier de la Région sur cinq ans s’élève à 250 M€.
En deux ans, le PRE a déjà favorisé la création de près de 6000 emplois, alors que l’objectif fixé pour 2009 était de 10 000. On constate donc une avance sur les prévisions.


Cinq lignes directrices
Aide à la création d’emplois d’utilité sociale. Soutien à la création d’activités. Insertion professionnelle des personnes privées d’emploi. Mise en place d’un dispositif d’anticipation et d’accom- pagnement des mutations économiques. Soutien au développement de l’emploi dans les secteurs stratégiques pour la Région (BTP, Hôtellerie -café- restauration, Industrie agronomique, trans- port et logistique.
Nouveaux métiers dans des secteurs émergents
Dans le secteur utilité sociale, la Région a mis en place une vingtaine de métiers nouveaux : agent de développement artistique et culturel, chargé de développement numérique, animateur de zones d’activi tés, agent chargé des flux et d’économiser l’énergie, agent de développement sportif, chargé de mission de développement local, aide à la personne.

Professionnaliser ces secteurs
Par exemple, dans le secteur des spectacles, les postes d’agents de développement artistique peuvent toucher en PACA quelques 9000 entreprises qui jusque là fonctionnent sur des bases aléatoires qui les rendent fragiles. D’ailleurs, ce secteur sombrait dans la précarisation et il fallait bien « relancer la machine », grâce à de nouvelles compétences acquises. Les 300 emplois créés vont sans aucun doute inverser ces tendances négatives.
On se retrouve dans une situation proche de celle des milieux sportifs, où il est prévu 1000 postes d’éducateurs sportifs en cinq ans.
Dans les secteurs insertion et développement des activités économiques près de 120 emplois ont vu le jour.
Collaboration et créations d’emplois indirects
La Région intervient dans tous ces secteurs en collaboration avec ses partenaires habituels, missions locales, associations, groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification, représentants des branches professionnelles. En 18 mois on comptabilise 5250 emplois nouveaux indirects qui ont émergé.
Philippe Chesneau, Vice-président délégué à l’emploi et aux politiques territoriales : « Le parti a été pris de cibler en priorité le volet non marchand de l’économie…L’enjeu est de créer, à terme les conditions d’une économie régionale prospère et durable qui profite à tous ».


La Formation vers l’emploi

A Villars-sur-Var le stage d’insertion, débroussaillage, élagage, travaux en hauteur, conduite d’engins, a pris son rythme de croisière. Bien sûr, tout ne fonctionne pas au quart de poil. Il faut passer par des mises au point, par des discussions individuelles et collectives.
Les habitants du secteur, au début interrogatifs, ont pris l’habitude de découvrir des espaces restaurés et des essences locales (oliviers, chênes…) qui étaient enfouies sous les autres espèces.
Reste maintenant à préparer la sortie vers le monde du travail, et ce n’est pas la moindre difficulté.

Vie associative rurale
Echanges franco-italiens
Le colloque à Massoins a tenu ses promesses


Après le colloque sur les services publics à Villars-sur-Var et après des mois de préparation, des déplacements à Impéria, une mobilisation d’élus qui oeuvrent à l’intérieur de l’appel des Vallées, un choix éclectique d’intervenants, une atmosphère de détente dans un cadre rural, un repas de près de 70 personnes affamées autant de culture que de nourritures terrestres, la rencontre de Massoins le 26 novembre a bien eu lieu.


De gauche à droite, Edgar Malausséna
Robert Charvin, PP Danna, Eliane Guigo
A l’initiative conjuguée des Associations

Lu Villarenc et de l’Appel des vallées, a eu lieu un colloque sur le thème du rural et de la montagne.
Les sujets abordés ont été nombreux. E. Malausséna a résumé les caractéristiques historiques et politiques du 06 sur deux siècles, PP. Danna est intervenu sur la « Convention Alpine », Anne Sic sur les caractéristiques de l’Agriculture locale et ses besoins, L. Chesnel a démontré l’utilité de l’économie sociale et solidaire, E. Guigo a planché sur les services publics, JM Dalmasso a décortiqué les logiques des pôles d’excellence rurale, M Meaufront a montré le rôle des Maisons de Pays et la nécessité de politiques culturelles fortes dans le monde rural, J. Molinari a donné des informations précieuses sur les transports, R. Loiret a aidé à comprendre la démarche de l’écodéveloppement, G. Broquet a insisté sur les démarches inter- communales pour les écoles des Hauts et Moyens pays…
Les amis italiens élus régionaux et provinciaux H. Boccacci, M. Fusco, F. Bonelli, R. Giordano ainsi que M. Torelli (associatif) nous ont décrit les caractéristiques des différents dispositifs inter collectivités en Italie et tout particulièrement en montagne…
Robert Charvin s’est tout à fait bien acquitté de sa mission d’animateur et de médiateur.

Bref, un bon colloque qui devrait se poursuivre par un approfondissement de la Convention Alpine.

Val de Blore ? Naturellement !


Tradition conviviale des Hauts et Moyens Pays des Alpes-Maritimes.
L’association « Val de Blore Naturellement » avait organisé le 21 octobre, une soirée repas et danses.
Les raisons de ce rassemblement de près de 80 personnes, tenaient aussi dans le fait que l’une de D. Barruchi, E. Guigo et E. Malausséna en plein chant

ses membres avait gagné son procès contre le Maire, et que sur la question des permis de construire l’association avait eu gain de cause. Par ailleurs, concernant le Lycée de la Montagne les prévisions associatives étaient les bonnes. Le lycée, contre lequel l’association s’était battue, n’a pas recruté sur le périmètre des vallées proches, où les enfants ont déjà accompli leur scolarité primaire et secondaire.
Ce sont les internes venus d’ailleurs qui se sont inscrits, et dans ces conditions, l’internat est déjà trop petit. De plus l’absence de filière « montagne » a donné un lycée d’enseignement général… avec activités sportives montagnardes.

Vie associative
Sacs plastiques
Fragmentables ou Biodégradables ?

On reconnaît de gauche à droite S. Ghazouane (AlterEkolo),
M. P. Desjardins (API : association des commerçants), M. D. Girard (Concept Environnement),
Mme Elodie Malausséna (ADDAM), E. Malausséna (Conseiller Régional), Ali Kaabaj (ADDAM)

Qui a voté à l’unanimité la distribution de sacs plastiques fragmentables qui ne se dégradent pas, aux seules grandes surfaces ?
Le Conseil Général des Alpes Maritimes (y compris le Conseiller Général Vert…).
Qui a accepté de soutenir le dossier de l’Association ADDAM afin de distribuer aux petits commerçants des sacs plastiques qui se biodégradent très rapidement ? Les Conseillers Régionaux écologistes Gérard Azibi et Edgar Malausséna, Délégué Régional à la Gestion des Déchets.

La différence entre l’original et la copie


C’est toute la différence entre une démarche de publicité environnementale réalisée par des non spécialistes, un peu à la va vite, au profit de la grande distribution seulement, et une pratique de terrain, partie du milieu associatif écologiste, relayée par des élus eux-même insérés dans les démarches associatives.
C’est ainsi qu’en relation avec l’Association des commerçants des quartiers Saint Roch de Nice, les Associations ADDAM et Concept Environnement, s’est créée une osmose qui a abouti à la distribution de 15 000 sacs plastiques dans le quartier de St Roch à Nice.
De nombreux organismes économiques ont été intéressés par cette démarche écologiste globale.
Ils étaient présents au lancement de l’opération, le 14 décembre 2006.

De gauche à droite,
P. Allemand,
P. Desjardins,
D. Girard,
E. Malausséna

Des élus avaient été invités à soutenir ce lancement, citons Mrs. J. Rivière Député UMP, P. Allemand 1er Vice-président PS de la Région, J. Victor Conseil Général local du PC.

Après les discours des personnalités politiques et associatives, Edgar Malausséna a annoncé la poursuite de l’opération sur d’autres quartiers le long du Tramway en 2007. Le Conseiller Régional Délégué à la Gestion des Déchets a précisé que seule la Région avait financé cette opération.




Vie associative

Un Noël Solidaire


Il n’est pas facile en Région PACA, et dans notre département de créer des liens nouveaux de solidarité entre migrants sans tomber dans le communautarisme, que celui–ci soit lié à un pays d’origine, à un continent ou à une religion.

Le Président T. Mantsounga attendri devant un père noël à genoux pour donner des « bisous » aux petits.

Le pari qu’a fait l’Association des Congolais de la Côte d’Azur a été d’éviter tous ces pièges. Et ça marche plutôt bien. Les tournois de foot rassemblent de nombreuses nationalités africaines, y compris de France. L’aide ne se focalise pas que sur certaines catégories de migrants. Au contraire toutes les épo-
ques sont représentées, aussi bien l’époque des anciens devenus français depuis trente ans, que celle des étudiants congolais en difficulté qui ont besoin de soutien, que de mamans françaises ou étrangères qui veillent sur le devenir des petits.
Un conteur enflammé et engagé

La difficulté ?
L’absence de moyens financiers pour la solidarité ou de la simple convivialité. Dans une démarche progressive l’Association bénéficie depuis quelques temps d’aides très mesurées, gérées avec parcimonie et surtout grand cœur par ses responsables. Un programme d’aide médicale aux enfants du Congo devrait voir le jour. Bref, ça bouge, mais doucement, avec réflexion et engagement fort des bénévoles.

Une vue de la salle où l’on distingue E. Malausséna venu soutenir ces initiatives

Le Café de la Démocratie et l’Ecologie

Irruption de l’environnement…

Ce soir là, le petit café rue Dalposo à Nice était comble. Deux intervenants :
Daniel Fimbel (écolo- giste membre du PS) et E. Malausséna. Sujet : « L’irruption de l’environnement dans la campagne électorale ». Daniel ….a insisté sur la durée du phénomène et les différentes phases par lesquelles était passé ce thème. Il a montré la différence entre environnementalisme et écologie. Il est intervenu sur les questions présentant des caractères d’urgence.
E. Malausséna a essayé de montrer que le problème central du rapport des activités humaines à la nature, avait commencé dès que l’homme, le plus ancien qu’il soit, avait cessé de ponctionner la nature pour ses besoins immédiats en essayant de la domestiquer.
Il a rappelé qu’un certain nombre de civilisations très structurées avaient disparu à cause de l’épuisement de leur environnement dû à des pratiques irresponsables.
Au fil des questions Daniel et Edgar sont tombés d’accord pour dire qu’il était quasi impossible de régler les problèmes globaux de l’écologie politique sans envisager un profond bouleversement de la Société productiviste.
Edgar est intervenu pour souligner les grandes avancées du programme de N. Hulot, mais il lui a semblé que celui-ci ne prenait pas en compte les rôles de la Banque Mondiale, du FMI et de l’Accord Général du Commerce et des Services qui ont pour but de ne faire jouer que le marché au détriment total du droit environnemental et social.




Vie Sociale

Nous sommes tous…
Des terriens


L’argent a tous les droits
Alors que les capitaux ont le droit de se déplacer en toute liberté, sans arrêt d’un bout à l’autre de la planète, alors que les « golden boy » ont vu les rapports de la bourses augmenter dans certains cas pour l’année 2006 de 45 %, alors qu’un Johnny Halliday après avoir gagné des milliards grâce à
l’achat de ses disques par les français s’en va conserver sa cagnotte en Suisse, alors qu’un seul homme pourrait acheter EDF, en la privatisant à son profit, le Ministre Candidat expulse et renvoie des hommes, des femmes, des enfants pauvres et victimes des conditions politiques et économiques dans des pays où quelquefois ils risquent la mort.
Un soutien humaniste !
Des dizaines d’anonymes et d’élus se sont réunis le 19 novembre pour parrainer des enfants scolarisés en France et leur famille sous menace d’expulsion en même temps que leurs parents qui la plupart du temps travaillent depuis longtemps en France.
La manifestation a eu lieu place du Palais de Justice de Nice, en présence « d’expulsables » le plus souvent masqués, pour se protéger des repérages de la police.
Les élus des gauches tous présents………
On remarquait les élus de toutes les tendances. Parti Socialiste, Parti Communiste, Alternatifs, AlterEkolo. Tous avaient tenu à marquer leur solidarité. Pour les AlterEkolo on notait la présence d’E. Malausséna et J. Chesnel.
……………………………sans Les Verts
Une absence. Aucun élu cantonal, régional, municipal VERT du Département n’était présent.


Après la rue, la plage, l’expulsion…
Pour quand un toit pour tous ?
Ci-dessous on reconnaît des militants AlterEkolo venus prêter main forte pour installer des tentes.


Les enfants de Don Quichotte expulsés !
La période électorale était propice à la médiatisation d’une situation qui ne cesse d’empirer vu le chômage et la hausse des loyers. Après Paris, d’autres villes ont connu l’installation de tentes pour les SDF.
A Nice la municipalité s’est distinguée en forçant ceux-ci à quitter le trop chic jardin Albert 1er pour aller sur la plage, où elle a ensuite essayé de les expulser pour raison de …tempête.
M. Abada le coordonnateur de l’opération a été arrêté après avoir giflé un policier en civil qui avait cassé son appareil téléphonique.




Vie politique nationale



José Bové
Rassemblement Antilibéral


José Bové avait annoncé qu’il ne serait candidat que si Olivier Besancenot et Marie-Georges Buffet étaient de la partie, cependant…

Le poids de l’urgence sociale et environnementale
Devant les urgences sociales et environnementales, devant les difficultés de la gauche marxiste à exister électoralement dans ce pays, devant l’implosion constatée à la LCR et au Parti Communiste, il fallait se décider.
Une démarche mesurée et enthousiaste
Les 20 et 21 janvier 2007, devant 600 personnes réfléchies et enthousiastes, représentant 300 Comités, et grâce à près de 30 000 signatures (www.unisavecbove.org) l’appelant à se lancer dans la campagne électorale présidentielle, José Bové a dit « OUI ». Continuons à signer.

Des soutiens diversifiés
Il a reçu le renfort immédiat de Clémentine Autain, de six Députés Communistes, de Conseillers Régionaux, de Conseillers Généraux, de Maires, se situant chez Les Verts, les Alternatifs, le PCF, et divers gauche.
Un premier regroupement d’élus lance un appel de soutien à cette candidature.

Un véritable pari !
C’est un véritable pari. En effet, ce mouvement n’est pas encore structuré. Il n’a pas de « trésor caché », il ne dispose pas d’élus encartés.
Mais ce qui peut apparaître comme un handicap, est en même temps une force. Il va falloir tout inventer, tout créer…
D’abord récolter les 500 signatures.
Ensuite créer les structures financières nécessaires à une telle campagne, trouver les locaux de campagne dans tous les coins de France. Organiser des meetings…

Bref, la galère…Mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle lorsque l’on sait que les idées antilibérales sont largement majoritaires à gauche ?
Il s’agit de construire en même temps ce mouvement antilibéral qui fait défaut à la France.




ATTAC Revient

Les militants d’ATTAC ont tranché Les fraudeurs n’ont plus que 4 sièges sur 42 au Conseil d’Administration.

Deux nouvelles têtes président aux destinées de l’Association :
Jean-Marie Harribey
Aurélie Trouvé.


Deux missions urgentes
Pour le nouveau Conseil d’Administration il s’agit de :
 Sortir de la crise interne, en s’appuyant sur des forces nouvelles. C’est la « collégialité » qui va se substituer au fonctionnement classique qui consiste à mettre en place une direction qui pense et derrière laquelle on doit s’aligner.
 Peser sur les débats des prochaines élections.
Une nouvelle orientation
Rapprocher l’écologie et le social.
Cette orientation satisfait pleinement les AlterEkolo :
C’est donc une rupture avec l’ancienne équipe présidée par Jacques Nikonoff qui avait fait dériver l’association vers une démarche dictée par une vision du marxisme à nos yeux dépassée et qui réduit les perspectives altermondialistes aux seules luttes sociales, ou presque.
Après le Non à l’Europe libérale
L’Association altermondialiste, qui est en train de récupérer nombre d’adhérents, vient d’éditer un livre-manifeste dont les propositions sont proches de la charte du Collectif Unitaire antilibéral.
ATTAC compte bien s’inviter dans la campagne présidentielle, tout en gardant son rôle d’Association d’Education Populaire.

Partager cet article
Repost0

commentaires